jeudi , 6 août 2020

Bloqué à Madagascar : Ryad Subratty hébergé chez une famille non-musulmane pour le Ramadan

Il ne s’attendait nullement à vivre un tel Ramadan loin de sa famille. Ryad Subratty est resté bloqué à Tananarive, Madagascar, depuis le 19 mars et est contraint d’observer le jeûne dans des conditions qui lui sont totalement étrangères.

Ryad Subratty explique que depuis l’annonce de la fermeture des frontières mauriciennes, il a accepté d’être hébergé chez une sénatrice de la JCI-Madagascar. Au début, il pensait que le gouvernement rapatrierait les Mauriciens bloqués à Madagascar dans les plus brefs délais. « Lorsque le ministre des Affaires étrangères a annoncé que le gouvernement allait rapatrier les Mauriciens bloqués à Paris, à Johannesburg et à Mumbai sans mentionner Madagascar, j’ai perdu tout espoir de passer le Ramadan avec ma famille », confie le Head of Operations d’une firme privée.

Pris de court, il a commencé alors à faire des provisions pour le mois sacré. Heureusement, sa collègue de la JCI, une non-musulmane, a accepté de continuer à l’héberger pour le Ramadan. « J’ai cherché en premier un calendrier pour le Ramadan. Le premier jour de jeûne, le sehri s’est terminé à 4h23 et l’iftaar était à 17h33. D’habitude, pour le sehri, je consomme des toasts, des croissants et du café. Pour l’iftaar, je prends du thé, un pain au chocolat ou un gâteau au yaourt. Je prépare mon dîner après les taraweeh », explique-t-il.

Bien qu’il soit hébergé par une famille non-musulmane, Ryad Subratty soutient qu’il a la possibilité de prier cinq fois par jour et à l’heure. « La famille qui m’a accueilli comprend parfaitement que le Ramadan est un mois sacré et elle veille à ce que j’ai tout le confort pour pouvoir prier en toute tranquillité », dit-il.

Plusieurs défis

Néanmoins, Ryad Subratty révèle qu’il fait face à plusieurs défis. « Je vis actuellement à la périphérie de Tananarive. Pour avoir des produits halal, je dois me rendre dans le centre-ville qui se trouve à deux heures de route. Avec le confinement, les supermarchés ferment à 13h. Je dois louer une voiture pour une demi-journée afin de faire mes courses. C’est difficile de se déplacer actuellement », souligne-t-il.

De plus, il raconte qu’il arrive difficilement à mettre la main sur des produits de base tels que le riz basmati, la farine et des dattes, qu’il a l’habitude d’utiliser pendant le Ramadan. « Le Ramadan, c’est aussi le mois du Coran. Malheureusement, je n’ai pas de Coran avec moi. Je fais la lecture sur mon smartphone mais il n’est pas recommandé de fixer l’écran pendant de longues heures. Les mosquées sont fermées aussi », se désole-t-il. Il ajoute qu’il va continuer à profiter de ce mois sacré et espère rentrer à Maurice pour fêter l’Eid avec sa famille.

Il convient de souligner que notre compatriote s’est rendu à Madagascar le 14 mars pour un séjour d’une semaine. « J’avais prévu de séjourner en été mais désormais, l’hiver approche à grands pas. Je n’ai pas les vêtements appropriés dans mes valises et les magasins sont tous fermés. Espérons que d’ici la semaine prochaine, je serai en mesure de me procurer quelques vêtements chauds », espère-t-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Les heureux élus du pèlerinage – Wajdan Ali : une Saoudienne de 25 ans guérie de la Covid-19

«Je suis submergé de joie», confie Ni Haoyu. À l’image de ce Chinois, de nombreux …