lundi , 1 juin 2020
la foire Da Patten

Appel à un traitement humain : les commerçants de la foire Da Patten en colère

C’est avec colère que les commerçants installés à la foire Da Patten à côté du stade de Rose -Hill se sont confiés à nous pour faire part de leurs multiples problèmes.

Nasreen et Madiha, deux commerçantes qui travaillent à cette foire, se font les porte-parole des marchands pour raconter leur calvaire quotidien. Nasreen, dont le père était parmi les premiers marchands d’Arab Town il y a 37 ans de cela, nous indique qu’au mois de novembre 2017 tous les marchands ont été forcés à quitter le lieu pour s’installer à la foire Da Patten. Elle fait ressortir que les marchands avaient réclamé un délai d’un mois pour quitter le lieu car les commerçants profitent du mois de décembre pour se faire un peu d’argent. Or, le maire de la villes-sœurs ayant fait la sourde oreille à leur demande, ils ont dû s’installer à la foire Da Patten vu que les travaux n’étaient pas encore terminés au mois de décembre 2017.

Nasreen pour sa part trouve que les marchands ont été sévèrement pénalisés vu que certains jours les clients se font rares. Elle raconte que la majorité des marchands se sont endettés pour restaurer leurs étals et ajoute que la situation s’empire de jour en jour. « C’est ene crime sa. 75% nous revenus fine baisser et marchand la foire pou bizin alle demande charité si situation-là pas amélioré, » lance-t-elle. Et comme si cela ne suffisait pas, son enfant est tombé malade et elle doit trouver l’argent nécessaire pour acheter les médicaments. Le ramadan de cette année risque d’être vécue dans une ambiance frugale.

« Nous pencore capave alle acheter banne kitchose nécessaire pour le mois de ramadan. Péna travail et dimoune pas vini dans la semaine, » indique-t-elle. Elle souligne avec tristesse que depuis le matin aucun client ne s’est encore présenté devant son étal.

Situation difficile

Nasreen et Madiha réclament une rencontre urgente avec le Deputy Prime Minister, Ivan Collendaveloo, ainsi qu’avec la vice-Premiere ministre, Fazila Jeewa Daureeawoo pour les mettre au courant de la situation dramatique des marchands. « Nous demande ki gouvernement donne nous priorité dans Urban Terminal et ki zotte arrête prend d’avance avec marchands chaque 6 mois, » laisse-t-elle entendre. Très critique vis-à-vis de la mairie de Beau-Bassin Rose –Hill, elle demande au maire de montrer de la compassion à l’égard des marchands.

« Nous pas banne dimoune barbare nous. Si li envie, le maire capave donne nous rendez-vous et nous montré li couma marchand la foire pe souffert », laisse-t-elle entendre.

Les deux femmes sont décidées à se battre pour faire entendre leurs voix car elles ont à faire vivre leur famille et souhaitent rencontrer le Premier ministre. « Nous demande ène rencontre avec Pravind Jugnauth ki ena l’humanité dans li pou li écoute banne ti dimoune kip e souffert, » Les marchands de la foire Da Patten sont exaspérés et disent que les travaux de Metro Express à l’endroit indiqué à Arab Town n’ont pas encore commencé alors que les autorités ont forcé les marchands à évacuer le lieu. Elles veulent être traitées comme des êtres humains et non comme des bêtes.

« Nous banne Morisien pareille couma tout dimoune et nous demande ki zotte traite nous couma humain et pas couma zanimo. » Nasreen et Madiha espèrent que leur appel à un traitement plus humain ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Rashida Nanhuck, directrice p.i. du MSB : «De nombreux avantages avec le Work From Home»

C’est essentiellement de chez elle que la directrice par intérim du Mauritius Standards Bureau (MSB), …