dimanche , 15 décembre 2019
Accueil / Actualités / Talha Ibrahim Atchia, lauréat et hafiz : «Les jeunes banalisent le taraweeh»
Talha Ibrahim Atchia

Talha Ibrahim Atchia, lauréat et hafiz : «Les jeunes banalisent le taraweeh»

Constat chagrinant de Mohamed Ibrahim Talha Atchia, hafiz et lauréat. Les jeunes délaissent le taraweeh pour se regrouper en dehors des mosquées pour s’adonner à des conversations mondaines.

«Je n’ai pas l’intention d’arrêter de diriger le namaz du taraweeh même si je partirai à l’étranger pour des études universitaires en 2020». Ce sont les paroles de Mohamed Ibrahim Talha Atchia, lauréat de la cuvée 2018 dans la filière scientifique.

«Li pou chagrinant pou moi si banne circonstance pas permettre moi dirige namaz taraweeh». Muhammad Talha n’ose pas penser à ce scénario. Ce jeune hafiz-ul-Quraan nous dit que le namaz taraweeh fait partie de sa vie et du Ramadan. Pour l’heure, il n’a pas encore décidé dans quel pays il ira étudier mais qu’importe le pays, il fera tout pour diriger le namaz de taraweeh : «Mo demande Allah duah faire moi réussi gagne sa l’opportunité pou dirige namaz taraweeh à l’étranger pendant mes études.»

Lauréat dans la filière scientifique en 2018, Mohamed Ibrahim Talha, âgé de 20 ans, à mémorisé  le Saint Coran à l’âge de 13 ans. Il dirige le namaz taraweeh depuis sept ans à la masjid Chisty Quaderi de Camp Chapelon à Pailles. «Lire et mémoriser le Coran est une obligation pour chaque musulman, mais c’est à notre Créateur de choisir la personne pour lui offrir comme cadeau, la mémorisation du Coran», dit-il. Mohamed Talha nous dit qu’Allah a réservé des faveurs ici-bas et dans l’Au-delà à celui qui a mémorisé le Saint Coran.

Faire plaisir à Allah

Ce jeune hafiz jette un regard critique sur les jeunes qui trouvent toujours des subterfuges pour ne pas accomplir le namaz et pire encore, durant le Ramadan. Il constate que les jeunes ont délaissé la masjid à l’heure du namaz de taraweeh : «Li bien chagrinant pou constater ki mo trouve seulement banne personnes âgées ki rester pou complete namaz taraweeh.» Mohamed Talha attribue cette situation à un manque de volonté : « Dimoune pe perdi l’intérêt pou vine musjid et banne jeune pe banalise namaz taraweeh.» C’est vraiment chagrinant que des jeunes n’accomplissent que huit rakaat et préfèrent rester sur le trottoir pour tenir des conversations mondaines et beaucoup de jeunes trouvent des prétextes farfelus pour s’absenter du namaz, martèle-t-il. «Zotte dire parent ki zotte fatiguer et ki éna devoir important pour le lendemain. Faux et archi faux ! Au contraire namaz pour apporte la lumière dans zotte l’esprit et Allah pou ouvert zotte chemin», réplique –t-il. Mohamed Talha trouve que les parents sont aussi responsables de cette situation car ils n’ont plus d’emprise sur leurs enfants. Il est d’avis que les jeunes doivent accomplir le namaz taraweeh dans sa totalité :  «Nous priorité reste pou faire Allah plaisir.»

Mohamed Talha caresse un rêve. Celui de voir plus de Mauriciens mémoriser le Coran et diriger le namaz de taraweeh : «Ene jeune ki fine mémorise le Coran, li pou réflechi 4 fois avant li faire le mal et li pou reste dans l’environnement propre.» Cependant, il n’est pas contre la venue des hafiz étrangers à Maurice mais il pense qu’il faut donner l’opportunité aux jeunes et ces derniers doivent montrer un véritable intérêt. Pour que cela se réalise, il faut plus de madrassah et nos musjids doivent commencer à mettre sur pied une structure pour l’apprentissage du Coran par coeur. Terminé cette époque où les enfants fréquentaient la madrassah pour apprendre que les choses basiques. Il faut également des classes du soir pour les adultes, les universitaires et les professionnels : «Nous bizin encourage banne Mauriciens et fine arrive l’heure pou ki Mauriciens éna potentiel pour dirige namaz Taraweeh. Nous pas manque hafiz à Maurice et nous bizin donne chance et encourage hafiz local.»

Même s’il est lauréat, diriger le namaz de taraweeh reste le même pour lui. Il n’a pas changé sa façon de faire les révisions même s’il a plus de temps cette année : «Même pendant l’examen, et l’école mo ti toujours ena ène l’heure pou révision.» Muhammad Talha nous dit qu’il n’a pas d’horaire fixe pour les révisions mais après le namaz Maghrib, il s’enferme pour «refresh» sa mémoire sur les nombre de pages qu’il doit réciter dans la soirée.

Pour conclure, Mohamed Talha nous dit que la mémorisation du Saint Coran est un trésor inestimable. Il remercie la Jummah Masjid et Quari Faki Ali pour leur soutien.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Entreprendre

National Entrepreuneurship & Leadership Summit 2019 – Entreprendre : les clés de la réussite

De plus en plus de jeunes souhaitent être entrepreneurs plutôt que salariés. Quatre entrepreneurs nous …