samedi , 16 novembre 2019
Accueil / Actualités / Media Trust Award 2019 : huit journalistes à l’honneur
Media Trust Award 2019

Media Trust Award 2019 : huit journalistes à l’honneur

Le Media Trust Award Night 2019 a eu lieu ce samedi 2 février 2019 à l’hôtel Hennessy Park, à Ébène. huit journalistes ont été primés dans différentes catégories. Le tandem Rizwaan Khodabux/Fernando Thomas et Nafissah Fakun du Défi Media Group se sont illustrés lors de la soirée.

C’est dans une ambiance « décontractée » qu’a eu lieu cette édition du Media Trust Award Night and Gala Dinner. Un événement qui vise à récompenser l’excellence dans le journalisme. Cette année, environ 90 entrées ont été reçues pour les différentes catégories du prix Nicolas Lambert. Huit journalistes ont été primés lors de la soirée et c’est la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) qui se taille la part du lion en remportant trois des sept prix décernés alors que le Défi Media Group s’est illustré dans deux catégories. Le tandem Rizwaan Khodabux/Fernando Thomas s’illustre dans la catégorie

« investigation » pour son article sur des prescriptions mal rédigées à l’hôpital Jeetoo paru dans le journal Le Défi Plus. Nafissah Fakun, de News on Sunday (une publication du Défi Media Group) remporte le prix « Économie et Finance » pour son papier intitulé « Credit Cards : Savior or dept trap ».

Lors de son discours, le président du Media Trust, Shayman Surajbali, a déclaré que plusieurs formations, assurées par des professionnels internationaux, sont offertes aux journalistes mauriciens mais également à ceux des Seychelles. « Des journalistes ont été formés dans le domaine de l’investigation grâce au soutien de l’ambassade des États-Unis à Maurice. Aujourd’hui, le paysage médiatique est en train de changer en raison des avancées technologiques et nous devons suivre le rythme en nous assurant que nous disposons d’un personnel qualifié. La formation coûte cher et elle ne représente qu’un petit item dans le budget du gouvernement », a-t-il souligné. Shayman Surajbali a ajouté qu’en dépit des ressources limitées à la disposition du Media Trust, l’organisme viendra de l’avant avec d’autres projets. Parlant du Prix Nicolas Lambert, il a rappelé que celui-ci vise à récompenser l’excellence dans le journalisme à Maurice.

Le président de la République par intérim, Barlen Vyapooree, présent pour la troisième année à la cérémonie de récompenses du Media Trust, a déclaré que le journalisme est à la fois un art et une science. « Cela demande aussi que de bonnes pratiques soient observées et je pense que le Media Trust est en train de travailler en ce sens », a-t-il avancé. Barlen Vyapooree soutient qu’il est important pour un journaliste d’être objectif et de faire montre d’intégrité. « Un article doit avant tout être basé sur les faits réels et dépourvu de l’opinion personnelle du journaliste. Des fois, de fausses nouvelles arrivent dans le domaine public et ce sont aux journalistes de s’assurer que cela n’arrive pas », a-t-il ajouté.

Les lauréats des différentes catégories

Développement durable :     Roshan Hassamal (MBC)
Égalité des genres:     Azeem Khodabux (MBC)
Journaliste sportif :     Benito Paris (MBC)
Économie et finance:     Nafissah Fakun (News on Sunday)
Production multimédia:     Yashraj Saurty  (Top FM)
Article de presse écrite:     Eve Fidèle (Business Magazine)
Investigation:         Rizwan Khodabux (Défi Plus)
Prix Nicolas Lambert:     pas attribué

Christina Chan-Meetoo : «Il y a beaucoup de potentiel chez certains journalistes»

Christina Chan-Meetoo, présidente du Jury, a, lors de son allocution, souligné le nombre record d’entrées reçues pour cette édition. « Il y a eu environ 90, soit presque le double comparativement à la précédente édition », dit-elle. La Senior Lecturer en Communication à l’Université de Maurice a toutefois fait ressortir que plusieurs textes soumis manquaient d’informations et étaient donc incomplets « publiés probablement dans l’empressement ». Elle a aussi souligné le manque d’équilibre et de diversité de certains articles. Sur un point positif, néanmoins, Christina Meetoo indique que les membres du jury considèrent qu’il y a beaucoup de potentiel chez certains journalistes chez qui ils ont décelé une passion pour le métier.

Les réactions

Nafissah Fakun : « Un prix que je dédie à toute l’équipe de News on Sunday et à la famille du Défi Media Group. Ce prix n’est toutefois pas une finalité en soi. Le travail continue. Je vais essayer d’apporter encore plus ma contribution à ce métier qui me tient beaucoup à cœur. J’espère que l’article en question sera un ‘eye opener’ pour ceux qui raffolent des cartes de crédit. Il faut être très prudent lors de l’utilisation de ces cartes. Enfin, je tiens à remercier Eshan Dinally et Ehshan Kodarbux qui représentent pour moi de vrais ‘role models’. Et sans oublier mes parents qui me soutiennent constamment dans mon parcours et qui me donnent la possibilité de réaliser mon rêve. »

Rizwaan Khodabux : « La souffrance des patients est double, D’abord, parce qu’ils sont malades. Ensuite, ils souffrent car ils se retrouvent à faire des va-et-vient incessants dans les couloirs de l’hôpital. Parmi, un patient  qui a dû faire trois allers retours entre la pharmacie de l’hôpital et la salle de consultation. Tantôt, il manquait un tampon sur la prescription, ou alors la signature du médecin ou encore la date mentionnée était inexacte. Il y a certes eu pas mal de critiques après la publication de l’article. Or j’estime que Fernando et moi nous avons été, ne serait-ce que pour cet article, la voix des sans-voix ».

Fernando Thomas :  «  C’est une enquête qui nous a pris près de trois mois de travail sur le terrain. Hôpital après hôpital, nous sommes allés à la rencontre de ces patients qui souffraient et qui ne pouvaient réceptionner leurs médicaments faute du tampon du médecin sur les ordonnances. Le travail de terrain n’a pas été facile. Mais nous avons bravé les regards et passé de longues heures à poireauter dans les hôpitaux. D’où le fait  que nous avons  pu obtenir des ordonnances qui ont été publiées. Je remercie ceux qui ont collaboré à la réalisation de l’enquête. Je remercie mon mentor et chef d’édition, Eshan Dinally. Il est celui qui a tiré les ficelles dans l’ombre durant tout le déroulement de l’enquête. Je remercie également ma famille et surtout ma mère.»

Azeem Khodabux : « ‘Elle-Maurice’ s’agit d’une compilation des métiers atypiques qu’exercent les femmes mauriciennes, notamment dans le domaine de la maçonnerie, la mécanique, chauffeur de taxi, dresseuse de lion, entre autres. Je tiens à remercier le directeur d’information, Ravin Joypaul et tout particulièrement le Directeur Général, Anooj Ramsurrun pour leur soutien indéfectible. Ce dernier croit dans la capacité et le talent de ses collaborateurs  et nous aide à promouvoir notre travail. »

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

121119_depute2_3

Circonscriptions Nos 2 et 3 : la parole aux élus

Dans les circonscriptions Nos 2 et 3, ce sont les candidats du MMM et de …