mardi , 2 mars 2021
La dernière sortie publique des quatre leaders.

Marmite politique : l’entente PTr-MMM-PMSD au bord de l’explosion

  • Une déclaration d’Ehsan Juman sur Radio Plus a mis le feu aux poudres

Le MMM et le PMSD ne digèrent pas la déclaration du député du PTr, Ehsan Juman, sur Radio Plus, mercredi, à l’effet que le PTr est le parti le plus fort qui peut aller seul aux élections municipales et remporter les cinq villes. Ils ont ainsi décidé de rompre leur entente.

Cette déclaration d’Ehsan Juman est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. L’entente qui n’a jamais été parfaite entre Navin Ramgoolam, d’un côté, et Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval de l’autre s’est faite de moins en moins cordiale ces dernières semaines. Primo, Navin Ramgoolam ne veut pas renoncer à l’idée de se présenter à nouveau comme Premier ministre. Secundo, les trois leaders n’arrivent pas à s’entendre sur la répartition des tickets pour les élections municipales. Tertio, le MMM et le PMSD sont très déçus que le PTr n’a pu mobiliser l’électorat rural. Et maintenant que Nando Bodha a rejoint les rangs de l’opposition, les relations vont sans doute se tendre de plus en plus. Un potentiel challenger à Pravind Jugnauth, Navin Ramgoolam et Xavier-Luc Duval est né.

Ce samedi, c’est le début de l’escalade. Paul Bérenger annonce que le MMM ne participera plus aux réunions de l’entente de l’opposition. Xavier-Luc Duval enfonce davantage le clou avec une déclaration vexante pour les rouges en disant que Nando Bodha est le vrai challenger de Pravind Jugnauth au poste de Premier ministre. Paul Bérenger reproche au Parti travailliste de ne pas avoir apporté de démenti aux propos du député de la circonscription No 3. « Le MMM a pris note de la déclaration d’Ehsan Juman. Laquelle n’a pas été démentie par le PTr », a-t-il dit.

«Pas un cas isolé…»

Paul Bérenger indique que le sujet sera abordé dans les différentes instances du parti. « Le cas va être débattu, cet après-midi (NDLR : samedi après-midi) lors du comité central et mardi prochain lors du Bureau Politique (BP) du MMM », a fait ressortir le leader des mauves. Selon lui, il ne s’agirait « pas d’un cas isolé ». Paul Bérenger dit avoir des informations sur des « discours malveillants » qui auraient été tenus à l’encontre de son parti lors d’une réunion des délégués du PTr, cette semaine. Paul Bérenger soutient qu’il a fait part de son mécontentement au leader du Parti mauricien social-démocrate (PMSD), Xavier-Luc Duval et celui du Reform Party, Roshi Bhadain.

Le leader des bleus devait, pour sa part, indiquer qu’il n’a pas encore abordé la question avec le leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam. C’était également lors d’une conférence de presse ce samedi 20 février. Bien qu’il dit « qu’il n’y a pas de froid entre le PMSD et le PTr », la déclaration de Xavier-luc Duval à l’effet que Nando Bodha serait « enn vre challenger au lidership aktuel  » risque de faire des vagues. D’ailleurs, Xavier-Luc Duval estime que Nando Bodha est « l’un des seuls qui a une réelle chance de conquérir une bonne partie de l’électorat du Mouvement socialiste militant ». Pas sûr que dans le camp des rouges, ces propos soient bien accueillis vu que cela éliminerait de facto Navin Ramgoolam dans la course au poste de Premier ministre.

Nando Bodha, leader de l’Opposition

La séparation entre le PTr, d’un côté, et le MMM et le PMSD d’autre part, peut prendre la voie de non-retour. En effet, un fort courant au sein du parti de Paul Bérenger et de celui de Xavier-Luc Duval est en faveur de ravir le poste de leader de l’Opposition au travailliste Arvin Boolell. Détenant une majorité de 15 sièges – 9 au MMM, 5 au PMSD et Nando Bodha contre 12 au PTr, les mauves et les bleus projettent de confier ce poste à Nando Bodha. Une occasion de le positionner comme l’alternative à Pravind Jugnauth.

Elections municipales en 4e vitesse

C’est le conseil que donne à Pravind Jugnauth son entourage qui souhaite que les élections municipales soient tenues le plus vite possible. « Navin Ramgoolam, Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval sont à couteaux tirés. C’est le moment propice pour appeler les citadins aux urnes. C’est le moment pour le MSM d’engranger le plus nombre de sièges et le plus nombre de villes », nous confie un proche collaborateur du Premier ministre.

Au MSM, on ironise sur la rupture de l’entente : « C’est le divorce avant la lune de miel », « c’est le troisième divorce entre Ramgoolam et Bérenger », « Bodha, la nouvelle marionnette de Bérenger. »

Au cœur de l’info : les réponses sulfureuses qui sabordent l’entente

Dans l’émission Au cœur de l’info sur Radio Plus, mercredi, Ehsan Juman et Tania Diolle étaient les invités de Jane Lutchmaya et Eshan Dinally. Lors de l’émission, le député travailliste a égratigné le MMM et le PMSD en insistant que son parti peut aller seul aux élections municipales et prendre le contrôle des cinq villes. Voici un extrait :

Eshan Dinally : Jusqu’où pourra tenir l’entente entre le PTr, le MMM et le PMSD ? Irez-vous ensemble aux prochaines élections municipales ?
Ehsan Juman : Ce sera une alliance lorsque nous participerons ensemble aux élections municipales. Il y a un long chemin à parcourir avant de pouvoir conclure cette alliance. Ça, c’est une certitude !

Eshan Dinally : Un long chemin… alors que ces élections pourraient avoir lieu au plus tard en juin 2021 ?
Ehsan Juman : Toutes les options sont ouvertes. Laissez-moi vous dire qu’au sein du PTr, nous nous sentons si forts que nous pouvons aller seuls et rafler les cinq municipalités.

Jane Lutchmaya : Le PTr ira seul ? Les villes ne constituent pas tellement l’électorat du PTr, n’est-ce pas ?
Ehsan Juman : Je maintiens. Le PTr peut aller seul et rafler les cinq municipalités haut la main.
Tania Diolle : Owaaaaw, owaaaw, mais votre leader n’est pas au Parlement.
Ehsan Juman : Je connais la capacité du PTr, notre force de frappe. S’il faut contracter une alliance, on va discuter les modalités…

Eshan Dinally : Ne craignez-vous pas qu’Arvin Boolell sorte sa formule « Aret rever camarade ! »
Ehsan Juman : Vous dites que je rêve. Descendez sur le terrain et dans les rues et vous saurez si je rêve.

Jane Lutchmaya : Si le PTr est aussi fort, à quoi sert-il de s’allier avec le MMM, le PMSD et faire appel à la société civile et même à Bruneau Laurette ?
Ehsan Juman : C’est une action concertée des partis de l’opposition qui est plus productive que des actions séparées.

Jane Lutchmaya : Vous dites que le PTr est fort. Alors pourquoi cette action concertée ?
Ehsan Juman : Pour les élections, c’est une autre paire de manches.

Eshan Dinally : Doit-on s’attendre que le PTr aille seul aux élections municipales ?
Ehsan Juman : Ce n’est pas impossible. Le PTr est un grand parti.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Sécurité dans les parcs de loisirs : un audit complet de toutes les installations réclamé

Après un énième incident dans un parc de loisirs, la question d’un audit complet des …