lundi , 19 avril 2021

La semaine des cafouillages

C’ est la semaine la plus confuse qu’on a vécue depuis la deuxième vague de Covid-19. Tout commence avec le déconfinement partiel. Avec un nombre croissant de cas positifs et de personnes en quarantaine, plus d’un s’attendait à une extension du confinement, or le gouvernement a décidé autrement. Et cela peut-être avec raison, car l’économie doit redémarrer, les selfemployed doit travailler pour nourrir leur famille. Mais le gouvernement a péché lamentablement dans la communication pour convaincre la population.

Le transport des étudiants pour les examens, mardi, est le plus gros cafouillage enregistré. Pas mal de ceux prenant part aux examens du National Certificate of Education (NCE) n’ont pas eu d’autobus à l’aller comme au retour. Un étudiant a dû marcher de Wooton jusqu’à Curepipe pour prendre part aux examens. Le lendemain, certains parents s’étaient résolus à ne pas envoyer leurs progénitures aux examens. Ce grand cafouillage est intervenu après les annonces en grandes pompes par le ministre du Transport, Alan Ganoo, le 28 mars, d’une série de mesures pour faciliter les étudiants, dont :

  • des dispositions prises avec les compagnies de transport pour la fourniture de services de bus pendant la période des examens afin de permettre aux étudiants de se rendre à leurs centres d’examen à temps ;
  • les opérateurs de bus ont été appelés à déployer et à mettre à disposition leur flotte de bus pour assurer le transport des étudiants ;
  • des dispositions spéciales ont également été prises pour les élèves fréquentant des centres d’examen dans la zone rouge ;
  • les minibus scolaires autorisés à circuler pendant les examens du National Certificate of Education (NCE) ainsi que pendant les examens de PSAC, à condition que les protocoles sanitaires soient strictement respectés et ;
  • depuis le 29 mars 2021, la NLTA met en place un service d’assistance qui fournira aux bus scolaires des autocollants spécifiques afin qu’ils puissent circuler dans différentes zones du pays, y compris la zone rouge.

Le débat sur les causes des trois premiers décès est le troisième cafouillage de la semaine. Le ministère de la Santé a maintenu que ces décès ne sont pas liés à la Covid19. Une position contestée par le Dr Vasantrao Gujadhur qui déplore que les paramètres utilisés ne seraient pas conformes aux Guidelines de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En fin de compte, les causes des deux autres décès ont été attribuées à la Covid-19.

Le traitement des bébés au département néonatal de l’hôpital de Candos est le quatrième exemple de cafouillage. Le ministère de la Santé avait justifié sa décision que le personnel prenait soin d’eux fera le va-et-vient entre le centre de quarantaine et l’Intensive Care Unit. Là aussi, le Dr Vasantrao Gujadhur ne l’entend pas de cette oreille en insistant que c’est trop risqué pour ces bébés et que le ministère aurait dû procéder à un redéploiement du personnel des autres hôpitaux. Au final, le ministère s’est ravisé, mercredi, en optant pour cette solution.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Mehraaj Shareef : visite du célèbre Naatkwaan Dr Nisar Ahmed Marfani

Dans le cadre du Mehraaj Shareef qui sera célébré dans la nuit du mercredi 10 …