vendredi , 30 septembre 2022

Insuffisance rénale : Waseer Kodabuckus, 24 ans, a besoin d’un rein

Jouir d’une bonne santé est la plus grande richesse qu’une personne puisse avoir. Muhammad Waseer Kodabuckus, 24 ans, habitant rue Comet à Vallée-Pitot, a vu sa vie basculer depuis un an.

Waseer Kodabuckus est l’aîné d’une fratrie de trois enfants. Son frère est en situation de handicap tandis que sa sœur est encore étudiante. Jeune homme sans histoire, il menait une vie tranquille comme tous ceux de son âge et il a travaillé pendant trois ans et demi comme helper chez Soap and Allied. Avec ses économies et l’aide de ses parents, il a pu ajouter un étage à la maison familiale et avait d’autres projets en tête.

Mais en septembre 2021, sa vie a basculé à tout jamais. « Apré mo 23e anniversaire en 2021, mone tomb malade ek mo figir ti enfler. Mo ti pe fer la fiev », dit-il. Au travail, le médecin de la compagnie lui soumet à un test rapide antigénique et il est testé positif à la Covid-19. « Dokter la dir moi ale lopital Jeetoo pou fer lot test. Laba aussi mo ti positif. Mo ti admet ek ti sou observation. Zot ti fer test disang ek in trouve ki mo anemi », raconte Waseer.

Maladie rénale

Comme un malheur ne vient jamais seul, après d’autres prises de sang pour analyse, le médecin traitant informe à Waseer qu’il souffre de maladie rénale. Par la suite, des examens approfondis révèlent que ses deux reins ne fonctionnent pas comme ils le devaient. « Dokter dir moi bizin pa tarder, pena boku letan ek mo bizin fer dialyse tout suit  », poursuit-il. Il est alors admis pendant une quinzaine de jours à l’hôpital.

Sur le certificat médical de Waseer émis par le Dr K. Fagoonee, néphrologue, on peut lire que Waseer suit un traitement trois fois par semaine au Dr Jeetoo Dialysis Centre et qu’on lui a diagnostiqué une « end stage renal disease » ou le dernier stade de la maladie rénale, soit une insuffisance rénale. « Li difisil pou moi fer dialyse tou le lindi, mercredi ek vendredi. Mo koumanser 7h ek fini 10h. Kan mo fini, mo gagn febles ek mo la sante deteriorer », laisse-t-il entendre.

Aujourd’hui Waseer ne travaille plus et doit dépendre d’une pension. Mais pour lui, la vie ne s’arrête pas pour autant et il souhaite trouver la guérison. Il nous explique qu’après avoir fait la deuxième dose du vaccin anti-Covid-19 Sinopharm, il est tombé malade après quelque temps. « Mo pas kone si sa deuxième dose la ki fin ena kit leffet secondaire lor moi parski tou letan mo ti en bonne santé ziska mo fer sa 2e dose la », explique le jeune homme.

Un donneur recherché

Afin de retrouver sa santé, Waseer Kodabuckus lance un appel en urgence pour essayer d’avoir un donneur compatible qui pourrait lui faire don d’un rein. « Mo mama ti pe envi done moi ene so lerein mais dokter pan aksepte akoz mo mama ena ban probleme lasanté. Vi ki mo papa okip mo ti frere ki handicape ek li bizin lev li tou le zour, li imposib pou li si done moi ene le rein  », nous dit-il. Le Dr Gopal, un spécialiste en transplantation rénale qui exerce en Angleterre, sera bientôt à Maurice et Waseer souhaite trouver un donneur afin qu’il puisse être parmi les patients qui seront pris en charge par ce médecin.

Il est possible de contacter les parents de Waseer sur les numéros suivants : 57696058 / 57707192.

Séance de dialyse : La durée étendue

Auparavant, les patients dialysés bénéficiaient d’une séance de dialyse de trois heures. Mais en juin 2022, à la suite d’une question parlementaire et d’une requête du député Osman Mahomed auprès du ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, la durée d’une séance de dialyse a été étendue d’une heure et dure désormais quatre heures. Osman Mahomed explique que plusieurs patients dialysés étaient venus le voir pour faire une demande en ce sens.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Enveloppe remplie d’argent ramassée dans la rue : Roukman Buckseehosen retourne la somme à son propriétaire

Malgré les cas de vol et d’escroquerie qui prennent de plus en plus d’ampleur à …