vendredi , 30 septembre 2022
Twahair Badullah (au centre) à son arrivée en Arabie saoudite, en début de semaine. Il est entouré de l’ambassadeur Showkutally Soodhun (à g.) et de Nizam Vavra, directeur de la pâtisserie Eclair.

Décès de Twahair Badullah à Makkah : l’ICC perd son bras droit

C’est avec une vive peine que nous avons appris le décès de Twahair Badullah, Hadj Officer à l’Islamic Cultural Centre (ICC), cette semaine dans la ville sainte de Makkah.

Parti en pèlerinage en tant que membre de la Hadj Mission de l’île Maurice, Twahair Badullah est décédé à l’âge de 58 ans, à Makka, le mercredi 29 juin, avant la Salat-ul-Fajr suite à un arrêt cardiaque. Les pèlerins mauriciens sur place sont sous le choc et n’arrivent pas à croire que le Hadj Officer de l’ICC n’est plus. Twahair Badullah était considéré comme le pivot central dans l’organisation du Hadj depuis des années. D’ailleurs, il a fait partie de la Hadj Mission pendant au moins une vingtaine d’années.

Ancien étudiant du collège Islamic de Plaine-Verte, Twahair Badullah était un passionné du théâtre et un excellent volleyeur. En tant qu’étudiant, il avait formé un groupe au nom de Korom Vieux Zenesse (KVZ) et en 1982, il s’est joint au Korom Zeness Madad (KZM) des frères Banni. Entouré d’une équipe de jeunes volontaires, chaque week-end, il organisait des sorties et autres randonnées. Ceux qui l’ont côtoyé disent que Twahair Badullah avait une autre vision du social et il aimait dialoguer avec les sans-abris au jardin de Plaine-Verte. Avec ses amis, il a aidé à changer la face de ce jardin où un panneau du KZM trône toujours à l’entrée.

« Twahair avait le don du social dans ses veines. Il ne pouvait pas voir une personne souffrir sans l’aider à trouver un repas et parfois il les aidait à trouver un emploi pour subvenir aux besoins de leurs familles », disent ses proches.

Plusieurs cordes à son arc

Passionné d’art théâtral, Twahair Badullah est connu pour avoir aidé à monter plusieurs pièces de théâtre en créole, des sketchs et des comédies. Il était aussi un photographe amateur qui avait un certain penchant pour les objets rares et insolites, et immortalisait des moments inoubliables. Concernant son parcours professionnels, il a travaillé durant quelques années à l’hôtel La Pirogue avant de se mettre à son compte en ouvrant un petit local au nom de Reezak à la rue Sir Seewoosagur Ramgoolam (ex-Desforges).

En 2001, l’Islamic Cultural Centre, qui se trouvait alors à la rue Labourdonnais, Port-Louis, était à la recherche d’un « Trainee ». Twahair Badullah postule et il est embauché de par son intéressant parcours. En 2003, il est confirmé à son poste et il commence à s’impliquer de plus en plus dans l’organisation du Hadj et multiplie les voyages en Terre sainte. Ainsi, durant une vingtaine d’années, il a fait le va-et-vient en Arabie saoudite où il a tissé des liens d’amitié avec les responsables du Hadj de l’organisme connu comme Muassasa à l’époque.

Au sein de l’ICC, on estime que « Bhai Twahair » connaît les rouages de l’organisation du pèlerinage sur le bout des doigts. Toutefois, il ne s’occupait pas seulement du dossier Hadj au sein de l’organisme de la rue La Paix, car la majorité des activités organisées portent son empreinte. Depuis quelques années, il se rendait à Rodrigues avec une équipe de l’ICC pour distribuer des vivres aux habitants.

Marié, Twahair Badullah était père de trois filles et d’un fils. Son épouse et sa benjamine étaient en sa compagnie à Makkah cette semaine. Ses funérailles ont eu lieu mercredi après Zohr et la Salat-ul-Janazah à la mosquée Al Haram a été lue par environ 500 000 personnes. Il a été inhumé au cimetière Jannat al Mu’alla, à Makkah, en présence de l’ambassadeur Showkutally Soodhun, des membres de la Hadj Mission et de plusieurs hadjees mauriciens. Qu’Allah lui réserve une place de choix au Jannat-ul-Firdaus.

STAR présente ses plus sincères condoléances à la famille de Twahair Badullah ainsi qu’à ses proches.

Samad Sairally, chairman de l’ICC : «Twahair était une encyclopédie vivante»

Samad Sairally, président du board de l’ICC, est atterré par la nouvelle du décès de Twahair Badullah. « Il était une encyclopédie vivante et connaissait par cœur l’organisation du Hadj », dit-il d’emblée. Il affirme que le peu de temps qu’il a eu à travailler aux côtés du défunt, il a appris à apprécier « son dévouement pour l’avancement de l’ICC dans tous les domaines ».

« C’était un homme dévoué pour la cause des hadjees et aussi pour la culture islamique. Son travail passait avant sa famille et il était tout le temps devant son ordinateur à s’occuper des dossiers et à répondre aux courriels, et il assistait aux réunions du board et souvent il devait rencontrer le ministre concerné pour discuter de certains aspects du Hadj », confie Samad Sairally. Il ajoute qu’il connaît Twahair Badullah depuis longtemps mais qu’il a découvert « un homme cultivé au caractère sublime » depuis sa nomination à l’ICC.

« En dépit des critiques, Twahair ne reculait devant rien et il n’a jamais offensé personne par des mots déplacés. L’ICC perd son âme, car il était le moteur dans l’organisation des activités », conclut-il. Le Chairman de l’ICC exprime sa sympathie à la famille du défunt.

Showkutally Soodhun, ambassadeur : «C’était un modèle»

L’ambassadeur mauricien en Arabie saoudite, Showkutally Soodhun, se dit triste après le décès de Twahair Badullah. Il était à Djeddah quand il a appris la nouvelle et s’est rendu tout de suite à Makkah pour entamer les démarches pour les funérailles. « Twahair devait arriver sur le dernier vol mais j’avais fais une demande pour qu’il soit à Makkah une semaine plus tôt. Je l’ai accueilli à son arrivée et nous avons longuement parlé. Par la suite, il a accompli l’umrah en compagnie de son épouse et sa fille », indique-t-il.

Showkutally Soodhun qualifie Twahair Badullah de «  modèle de professionnalisme ». « J’ai moi-même pu témoigner de l’excellent travail effectué par Twahair qui pouvait miser sur ses quelque 20 années d’expérience dans l’organisation du Hadj et il avait de très bons contacts partout en Arabie saoudite et principalement avec les responsables du Hadj  », fait ressortir l’ambassadeur. Il ajoute que plusieurs Mauriciens présents en Terre sainte ont pu accompagner le cortège funéraire jusqu’au cimetière. « Li ena ene zoli destin. Tou letan li ti pe bien okip ban hadjees dan l’Arabie », conclut-il.

Shameemah, collègue de Twahair Badullah : «Il est irremplaçable»

Shameemah, employée à l’ICC, a côtoyé Twahair Badullah durant une vingtaine d’années. Elle est dévastée par la nouvelle du décès de son collègue qu’elle considérait comme son frère. « Mo pena mot pou exprim mo sagrin », dit-elle. Elle garde de son collègue l’image d’un homme dévoué, serviable et compréhensible. Elle dit que « Bhai Twahair » avait un cœur d’or et malgré les critiques et la pression, il n’a jamais baissé les bras.

Shameemah estime que l’ICC était « la deuxième maison de Bhai Twahair ». « Nou fin perdi ene kolonn vertebral », se désole-t-elle. Selon elle, Twahair Badullah passait plus de temps au bureau que chez lui. « Il venait tôt le matin et repartait parfois dans la nuit. Il s’occupait du dossier Hadj et aussi d’autres activités qu’organisait l’ICC », explique-t-elle.

Pour notre interlocutrice, le départ de « Bhai Twahair » est un coup dur pour l’ICC. « Il est irremplaçable. Li ti pe fer travay trwa dimoun ek li pa ti pe rekiler. Nou pa kapav imazine ICC san Bhai Twahair », soupire-t-elle. Shameemah se souvient qu’avant son départ dimanche, comme un signe prémonitoire, Twahair Badullah l’a appelée pour lui dire : « mo kit tou dossier avek ou mo aler moi. Sa mem mo dernier dossier sa, okip travay la aster. » « Kuma dir li ti koner ki pe atan li laba », dit-elle, émue.

Fareed Jaunbocus, ancien membre du board de l’ICC : «Son départ laisse un vide énorme à l’ICC»

Une perte irremplaçable pour l’Islamic Cultural Centre (ICC). C’est ainsi que Fareed Jaunbocus considère la disparition de Twahair Badullah. L’ancien membre du conseil d’administration de l’ICC ne tarit pas d’éloges à l’égard de celui qui occupait jusqu’ici le poste de Hadj Officer. « C’est un des rares fonctionnaires avec lequel j’ai travaillé qui, selon moi, va au-delà de son ‘job description’. C’est quelqu’un de très dévoué », déclare Fareed Jaunbocus.

Notre interlocuteur indique qu’il a eu l’occasion de connaître le Hadj Officer surtout lors de la bousculade à Mina en 2015 où cinq Mauriciens avaient trouvé la mort. « Les démarches pour retrouver les Mauriciens disparus étaient longues et ardues. Je dépendais beaucoup de lui. Bien qu’exténué par les multiples va-et-vient dans les hôpitaux et ailleurs, Twahair Badullah ne s’en est jamais plaint. Et de retour à Maurice, c’est lui qui s’est chargé d’aller rendre aux familles des défunts leurs effets personnels », raconte-t-il.

Le CEO de Strategos Ltd dit saluer son dévouement non seulement en Arabie saoudite mais aussi ici, à Maurice. « Il était toujours présent durant les week-ends pendant lesquels nous organisions les séances de formation pour les futurs hadjees. Et il était toujours parmi les premiers à se rendre en Arabie saoudite de sorte à pouvoir accueillir convenablement les Mauriciens qui arrivent et les aider avec les formalités. C’est une perte irremplaçable l’ICC  », ajoute-t-il.

Fareed Jaunbocus considère cependant qu’il y avait une dépendance excessive de l’ICC sur Twahair Badullah en ce qu’il s’agit de l’organisation du Hadj. « J’avais d’ailleurs prévenu, du temps où j’étais membre du Board, que ça allait être un problème le jour où il ne serait plus là. Il connaissait tous les ‘micro details’ au niveau des opérations et il était presque une institution en lui-même. Tous les Chairmen qui sont venus devaient se fier à lui. Son départ aujourd’hui laisse un vide énorme à l’ICC », estime-t-il.

Fareed Jaunbocus laisse entendre que le décès de Twahair Badullah en Arabie saoudite ne serait pas anodin. « Il s’est toujours occupé du Hadj. Et le destin a voulu qu’il parte durant la période du Hadj dans un endroit où des millions de personnes viennent pour prier et qu’il soit enterré au cimetière de Jannat-ul-Mu’alla », conclut-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Outstanding Cambridge Learner Awards : ces «Top Achievers» qui font honneur au pays

Les récipiendaires mauriciens de la 14e édition des « Outstanding Cambridge Learner Awards » ont …