vendredi , 9 décembre 2022

Dans une Internal Communication : l’ex-CTO de MT évoque des « captures de données »

De nouveaux éléments ont été mis en évidence dans l’affaire alléguée de « sniffing » ou de « survey illégal  ». Dans une « Internal Communication » rédigée par l’ex-Chief Technical Officer, Girish Guddoy, il allègue que l’équipe indienne a effectué plusieurs « data capture » à la Landing Station de Baie-du-Jacotet. C’était lors de l’émission « La vérité sur Baie-du-Jacotet » sur Téléplus, vendredi soir.

Cette « Internal Communication » portant l’entête de Mauritius Telecom, datée du 12 juillet, était adressée à l’acting CEO de Mauritius Telecom, Michel Degland avec copie à la Chief Legal & Regulatory Officer, Velamah Cathapermal-Nair. Dans cette note, Girish Guddoy fait un compte rendu des événements survenus le 14 et le 15 avril dernier, soit lorsqu’il avait été amené à rencontrer pour la première fois « Monsieur Moustache », le technicien indien avant qu’il ne les accompagne à la Landing Station de Baie-du-Jacotet pour le « survey ».

En effet, dans un premier temps, l’ex-CTO indique avoir reçu un appel de son CEO, Sherry Singh, le 14 avril, vers midi, lui demandant de le rencontrer à son bureau. Une fois sur place, Girish Guddoy dit avoir rencontré, en sus de Sherry Singh, deux autres personnes « (…) one of them being a complete unknown person to me and the other one was Mr Deeal of the Counter Terrorism Unit ».

Girish Guddoy indique que l’inconnu (NDLR : Monsieur Moustache) s’est présenté comme un Indien et a demandé à visiter la Landing Station de Baie-du-Jacotet pour un « survey ». Si dans un premier temps, l’Indien aurait fait comprendre qu’il cherche à obtenir des informations sur le trafic internet, il devait par la suite préciser, selon Girish Guddoy, qu’il souhaite, en fait, faire de la capture de données. « The foreigner then said that he wanted to capture a two-minute sample of our internet trafic at BJCLS », peut on lire. Une requête à laquelle Sherry Singh aurait refusé, selon l’ex-CTO, mettant ainsi fin à la réunion.

Girish Guddoy indique que le lendemain, au cours d’une conversation téléphonique, Sherry Singh lui demandera néanmoins d’accompagner une équipe indienne à Baie-du-Jacotet pour effectuer le « survey » discuté la veille. Une fois l’accès à la Landing Station accordé à l’équipe indienne, Girish Guddoy indique les Indiens se sont connectés à des « links » du câble SAFE et ont ensuite pu capturer des données. « The survey was carried using their tools whereby they connected to several internet links that we have on the SAFE cable and they did a two-minute data capture on each of those links », écrit l’ex-CTO. Il précise qu’une fois l’exercice terminé, les outils utilisés par les Indiens ont été retirés. Girish Guddoy devait enfin informer l’ex-CEO de ce qui s’est passé.

Accès à Baie-du-Jacotet

Présent lors de l’émission sur Téléplus, l’ex-CEO de Mauritius Telecom, Sherry Singh, a reconnu avoir donné accès à la station de Baie-du-Jacotet « sous la pression du Premier ministre ». « Il n’y avait pas d’autorisation par écrit donnant accès à Baie-du-Jacotet, tout cela s’est fait par téléphone, ce qui est grave. Il y a eu plus qu’un survey (…) », précise l’ancien CEO de MT.

Trois tentatives de « sniffing »

Selon Sherry Singh, l’équipe indienne aurait fait au moins trois tentatives de « sniffing ». D’abord, les indiens auraient tenté de se connecter à l’équipement du câble SAFE. Après deux tentatives infructueuses, les techniciens se sont ensuite connectés, avec succès, au niveau des « links » entre les deux Fibre Patch Panels, soit celui de SAFE et de MT. C’est ainsi qu’aurait eu lieu l’interception des données pendant deux minutes sur chaque « link ».

Lettre du 12 avril

Au parlement, le Premier ministre a indiqué que le 12 avril 2022, une lettre avait été envoyée à Sherry Singh évoquant le « survey ». Toutefois, Sherry Singh soutient que ce n’est que lors de son interrogatoire qu’il a pris connaissance de cette lettre. « Soit elle n’a jamais été envoyée par le PMO, soit c’est une fabrication. Mais nous n’avons jamais reçu cette lettre à Mauritius Telecom, elle n’est pas mentionnée dans le Registry  », dit-il.

« Le PM a menti »

Sherry Singh est d’avis que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, n’a pas dit toute la vérité à la population. « Je considère que le Premier ministre a induit le parlement en erreur. À plusieurs reprises, il a menti à la population. Il a donné des instructions pour que l’accès soit accordé à des ‘third parties’ dans une ‘restricted zone’. Il n’avait pas le droit de faire ça car les procédures n’avaient pas été suivies. Le plus grave, selon moi, c’est d’avoir permis à des ‘third parties’ d’intercepter ou de capturer des données que j’interprète comme une trahison de la population. Aucun cadre de loi ne permet une telle chose. »

Deepak Balgobin : « C’est un complot pour déstabiliser le GM »

« Nous n’avons rien à cacher et rien n’a été fait en catimini ». C’est ce qu’a indiqué le ministre des Technologies informatiques, Deepak Balgobin, lors de la conférence de presse du gouvernement tenue au bâtiment du Sun Trust à Port-Louis ce samedi. Deepak Balgobin n’a pas manqué de remettre en question le « rapport technique » soumis le 12 juillet à l’Acting CEO de Mauritius Telecom. « Une feuille de papier sans aucune signature. (…) Pourquoi les données prises n’ont pas été mentionnées étant donné qu’il s’agit d’un rapport technique ? » a-t-il demandé. Le ministre se demande ainsi s’il ne s’agirait pas d’un « complot afin de déstabiliser le gouvernement » et « pour mettre du poison dans la tête de la population ». Egalement présent lors de la conférence de presse, le ministre des Infrastructures nationales, Bobby Hurreeram, dira quant à lui que « tout a été fait dans la légalité ». « Une enquête policière est en cours et la vérité claire sortira  », a-t-il déclaré.

Xavier-Luc Duval : «Plus aucun doute sur ce qui s’est passé à Baie-du-Jacotet»

Xavier-Luc Duval est d’avis que les documents « très compromettants pour le pouvoir » qui sont sortis, lors de l’émission « La vérité sur Baie-du-Jacotet », corroborent les dires de Sherry Singh au sujet de ses révélations sur le scandale de « sniffing ». « Nepli kapav dout verasite de ceki finn passer Baie Jacotet… li kredibiliz ceki Sherry Singn inn dir », a avancé XLD lors d’une conférence de presse de l’Entente de l’Espoir, tenue hier. Selon le leader de l’opposition, le but de toute cette affaire est de faire installer un appareil « de tapping et de sniffing » par un pays étranger. « L’horreur de se ki pe arive, ceki enn pays etranze ti pou kapav ekout tou ceki li le lor Moris. Enn pays etanze gagn nou tranzaktion banker, nou bann mesaz … », a martelé Xavier-Luc Duval en accentuant que ces informations sont des biens personnels.

Dr Navin Ramgoolam : «Le PM ne peut demeurer un jour de plus à la tête du pays»

« À la suite des autres révélations faites par l’ancien Chief Executive Officer (CEO) Sherry Singh sur TéléPlus vendredi 22 juillet, le Premier ministre Pravind Jugnauth ne peut demeurer un jour de plus à tête du pays ». C’est ce qu’a soutenu le leader du Parti travailliste (PTr), Dr Navin Ramgoolam, lors de la conférence du parti à l’hôtel Le Labourdonnais à Port-Louis ce samedi 23 juillet. Il a lancé un appel à l’unification de tous les partis de l’opposition afin de se concerter pour une action commune. « Connaissant Pravind Jugnauth, il va s’accrocher au pouvoir et il ne va pas démissionner. C’est pour cela que nous devons nous unir pour le faire partir », a-t-il expliqué.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Osman Mahomed en mode réflexion ?

Partira, partira pas ? C’est ce qu’ils sont nombreux à se demander au sujet du …