samedi , 6 juin 2020
PME

Contribution des PME musulmanes après l’indépendance

Les PME font partie des forces motrices des économies modernes. La contribution des Petites et Moyennes Entreprises (PME) dans une économie porte sur la modernisation technologique, les nouveaux produits et procédés, la création d’emplois et la promotion des exportations, entre autres. Mais, qu’en est-il de l’évolution des PME musulmanes après l’indépendance? Rencontre avec Said Thupsee, un promoteur des PME à Maurice. 

Au cours de son passage à la ‘Small and Medium Enterprise Development Authority’ (SMEDA), Said Thupsee a rencontré les responsables de plusieurs PME, notamment des musulmans. Ces derniers ont commencé avec très peu de soutien mais ont beaucoup accompli au cours de la périodes post-indépendante de Maurice.

« De petites entreprises sont devenues de grandes entreprises, offrant dans la foulée des emplois à beaucoup de gens. Ahmad Owadally, Fezal Gokhool de Just Forward Ltd, les Omarjee, Siddick Mosaheb et d’autres font partie des entrepreneurs qui ont beaucoup contribué à notre économie. Leur secret : ils n’ont cessé d’innover, de diversifier dans leurs secteurs respectifs et ont réinvesti leurs profits pour agrandir leurs petites entreprises, » dit-il.

Il raconte qu’Ahmad Owadally a démarré sur une petite échelle faisant des travaux manuels à Highlands, mais a laissé un commerce florissant à son fils Noorani qui a pris la relève. Il a eu recours aux machines sophistiquées et à plus d’employés pour dynamiser la compagnie. Son entreprise fait concurrence aujourd’hui avec le géant ABC Coach.

La compagnie Omarjee s’est spécialisée dans le domaine des chaussures avant l’Indépendance. Aujourd’hui, elle est devenue une référence pour les chaussures de sport. Mieux, elle s’est diversifiée en agences de voyage, Omarjee Travels depuis quelques années déjà. Par ailleurs, Siddick Mosaheb a lancé son entreprise artisanale à Pailles pour agrandir son travail. La créativité et l’exclusivité sont les facteurs qui ont boosté son entreprise dont le magasin se trouve à Caudan.

Pour sa part, Fezal Gokhool, directeur de Just Forward Ltd fabrique des T-shirts et des blouses haut de gamme ciblant les touristes depuis 10 ans déjà. Il exporte ses produits aux îles avoisinantes et importe les matières premières de la Chine. Beaucoup d’autres PME musulmanes ont évolué pour devenir des grosses boîte. EIles contribuent en termes d’emplois et d’impôts au gouvernement, entre autres.


Foires régionales

Selon Said Thupsee, les différents gouvernements qui se sont succédé, ont apporté beaucoup de changements dans le monde des PME après 1968. On a vu l’organisation des foires régionales, le lancement des « booster loans » et de nouveaux modes de financement. « On est mieux structuré mais le seul souci, c’est qu’on souffre d’un manque de suivi. Les entrepreneurs ne bénéficient d’aucun suivi des officiers de la SMEDA. Si le gouvernement veut vraiment aider les PME, il doit mettre en place une structure pour faire un suivi personnalisé auprès des PME », affirme-t-il. Il souligne que la SMEDA devrait donner des lignes directrices aux responsables des PME. b Pour notre interlocuteur, les PMEs ont travaillé dur pour connaître le succès. Il souligne que même l’octroi d’un prêt reste un gros problème pour les petits entrepreneurs. « Les banques recherchent un actif comme garantie avant de vous accorder des prêts. C’est le processus logique, mais qu’en est-il des gens vraiment pauvres qui veulent lancer une entreprise? Que font les autorités pour eux,? » s’interroge-t-il.

Historique des PME

En 1976, la Small Scale Industry Unit (SSIU) a été créée sous l’égide du ministère du Commerce et de l’Industrie de l’époque. Il est également devenu le point central du ministère pour fournir des conseils aux petits entrepreneurs. Ensuite, en 1983, la SSIU devient l’Organisation de développement de la petite industrie (SIDO).

L’Organisation pour le développement des petites et moyennes industries (SMIDO), qui faisait elle-même partie de la loi cadre sur l’expansion industrielle, a été établie en tant qu’organisme parapublic. C’était la démarche la plus importante dans la promotion des PME. En 2005, suite à la fusion de l’Organisation de développement des petites et moyennes industries (SMIDO) et de l’Agence nationale de promotion de l’artisanat (NHPA), l’Office de développement des petites entreprises et de l’artisanat (SEHDA) a été créé. Le but de la fusion était de rationaliser et d’optimiser l’utilisation des ressources dédiées au secteur des petites entreprises à Maurice.

L’introduction d’une nouvelle loi en 2009, sur le développement des petites et moyennes entreprises, va créer la SMEDA. Elle favorise le développement et la croissance des PME à Maurice. La SMEDA fournissait un soutien aux petites et moyennes entreprises existantes et potentielles en vue de leur permettre de créer de nouvelles entreprises. En 2018, la SME Mauritius a pris naissance pour donner un nouveau souffle à l’entrepreneuriat mauricien.

 

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

L’Eid-ul-Fitr vécue par les enfants : célébration différente mais empreinte de joie

Cette année, la célébration de l’Eid-ul-Fitr a été très différente. Avec le confinement, les enfants …