mardi , 29 septembre 2020
Ameenah Gurib-Fakim

Commission d’enquête et Platinium Card : Ameenah Gurib-Fakim désavouée, lâchée et esseulée

La situation se corse pour l’ancienne présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim. Après son grand déballage du mardi 21août devant la Commission d’enquête présidée par le juge Ashraf Caunhye, ses conseillers légaux de l’époque de la crise au sommet de l’état l’ont désapprouvée. De son côté, cette semaine, Alvaro Sobrinho a révélé à l’Icac que la Platinium Card était destinée aux dépenses du Planet Earth Institute et non pour des dépenses personnelles.

De revers en revers. C’est le moins que l’on puisse dire pour Ameenah Gurib-Fakim qui avait dû démissionner sous pression le 23 mars dernier. Contrairement à ce qu’elle disait devant la Commission Caunhye le 21 août, le Senior Counsel Yousuf Mohamed, l’avocat Nadeem Hyderkhan et l’avoué Gilbert Noël se dégagent de toute responsabilité dans la mise sur pied de la commission d’enquête sur Alvaro Sobrinho.

Lundi, l’avoué Gilbert Noël est venu prendre à contre-pied Ameenah Gurib-Fakim sur l’institution d’une commission d’enquête. Le 21 août, elle disait que c’était l’avoué qui lui avait annoncé que la Présidence avait le pouvoir de mettre sur pied une commission d’enquête. à une question  du juge Ashraf Caunhye « si c’est la première fois que cela est évoqué et c’est par Gilbert Noël », elle répond : « Oui. Pour moi, ce qui importait, c’était de laver mon honneur et toute plateforme où je pouvais le faire était la bienvenue. » Mais, le lundi 27 août, Gilbert Noël dément : « Non… elle est la première à avoir parlé de cela. Elle a dit qu’il fallait laver son nom et la solution, c’était une commission d’enquête. » Toutefois, il admet avoir préparé les Terms of Reference de cette commission d’enquête tout en avouant « n’avoir jamais fait une telle chose avant. » Il dit avoir préparé un document volumineux « en glanant les informations dans la presse et je me suis basé sur des détails que ma cliente m’avait fournis. »

L’avoué Gilbert Noël a confirmé les propos de Me Yousuf Mohamed devant la Commission Caunhye, le jeudi 23 août, de lui avoir demandé de « hold on » son projet de mettre sur pied une commission d’enquête sans avoir l’aval du conseil des ministres. Lors de cette audition, le Senior Counsel n’avait pas ménagé son ancienne cliente en déclarant qu’elle « avait violé la Constitution. » De plus, il nie lui avoir dit  : « No, you can’t do it, but tactically you can. Go ahead » en déclarant que c’est elle qui « m’avait dit avoir institué cette commission d’enquête pour une raison tactique. The words ‘tactical reason’ came from her. » Il soutient ses propos par une correspondance entre Ameenah Gurib-Fakim et Ivan Collendavelloo, Premier ministre adjoint, dans laquelle elle avait prévenu ce dernier que faute de son soutien,  « I will do it my way. »

Le jeudi 30 août, Me Nadeem Hyderkhan de Mohamed Chambers enfonce un peu plus le clou en révélant « the input » de la Présidente : « La Présidente a ajouté les attributions 9, 10,11, 12 et 13 dans le document que j’avais préparé. »

En résumé, le Senior Counsel Yousuf Mohamed, l’avocat Nadeem Hyderkhan et l’avoué Gilbert Noël sont unanimes à dire que c’était Ameenah Gurib-Fakim qui avait institué cette commission d’enquête contre leurs avis et celui de Me Hervé Duval Jr. Ainsi, l’ancienne présidente de la République se retrouve complètement esseulée.

La Bar Council sollicité

Ameenah Gurib-Fakim et Yousuf Mohamed ont fait appel au Bar Council. L’ex-présidente réclame une enquête sur le Senior Counsel pour « breach of confidentiality » entre un avocat et son client. En guise de riposte, Me Yousuf Mohamed demande au Bar Council s’il y a conflit d’intérêt dans le cas de Mes Hervé Duval Jr et Yanilla Moonshiram qui représentent l’ancienne présidente de la République devant la Commission tout en étant membre du Bar Council. Me Yahia Nazroo, le secrétaire du Bar Council, a annoncé que ces deux cas ont été abordés en toute urgence, le mercredi 29 août.

La rigueur du juge Ashraf Caunhye

Ashraf CaunhyeConnu pour être calme, le juge Ashraf Caunhye ne se laisse pas faire. Cette semaine, en deux occasions, il est sorti de ses gonds en lançant de sévères mises en garde. Le Head of Wealth and Premier Banking de la Barclays Bank a été le premier à être rappelé à l’ordre, ce lundi. « You are looking for trouble now ! I better warn you ! We’ve been very patient ! We allowed you a lot of time. It was very clear what you were required to tell us », fulmine le président de la Commission d’enquête face au manque de précision dans les réponses du banquier. Par la suite, il déballe les dépenses effectuées par Ameenah Gurib-Fakim à travers la carte de crédit Platinium de Planet Earth d’Alvaro Sobrinho. (Voir plus loin) La seconde personne à se faire rabrouer n’était autre que le Senior Counsel Yousuf Mohamed qui souhaitait poser des questions à l’avoué Gilbert Noël. Devant son insistance, le juge Ashraf Caunhye n’a pas pu être plus clair : « You should not interfere and interrupt the proceedings of the Commission (…) At any stage no one must interfere. I won’t accept this from any witness. »

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Adjoint au maire de Beau-Bassin/Rose-Hill : Nazir Junggee prône une politique participative des citadins

Nazir Mohamad Ameen Junggee a été choisi comme adjoint au maire de la ville de …