mardi , 20 août 2019
Accueil / Actualités / Carnage dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande – Shafick Osman (Florida International University) : «Le monde est solidaire des musulmans aujourd’hui»
La mosquée Al Noor
La mosquée Al Noor

Carnage dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande – Shafick Osman (Florida International University) : «Le monde est solidaire des musulmans aujourd’hui»

Christchurch a été choisie délibérément de par son nom et le monde aujourd’hui a vu dans quelle atrocité peut se laisser aller les « White Supremacists », ceux qui dans leur for intérieur, pensent qu’ils sont supérieurs aux autres, toutes religions confondues !

Il ne faut pas oublier que ces mêmes « White Supremacists » ont tué des chrétiens noirs et des juifs, dans leurs lieux de culte, aux Etats-Unis, ces dernières années, en sus, bien sûr, des attaques meurtrières, à Quebec City, l’an dernier, contre des fidèles musulmans dans une mosquée…

Mais ironiquement, ces mêmes « White Supremacists » se réclament très souvent de la chrétienté mais d’une chrétienté blanche, « pure », et ils oublient ou plutôt ignorent que Jésus, lui-même, était sémite ! Ces « White Supremacists » ne savent probablement pas que la christianisme est né et arrivé, en Orient, au cœur même du monde sémite, et que ce n’est bien plus tard qu’il a été « accaparé » par l’Europe et « branded » comme une religion occidentale…

Enfin, que peut-on s’attendre de ces « White Supremacists » très souvent peu éduqués, avec des passés compliqués, avec leurs doses de frustrations, et qui ont fini par se faire embrigader par des idéologies racistes et violentes qui leur donnent de bonnes raisons de vivre et… tuer ?

Leurs discours et actions  haineux contre les gauchistes, socialistes, féministes, multi-culturalistes, juifs et musulmans, entre autres, ont fini par créer des chaînes de solidarité entre juifs et musulmans, entre chrétiens et musulmans !

Avant-hier, l’église noire de Charleston ; hier, la synagogue de Pittsburgh ; aujourd’hui, les deux mosquées de Christchurch. La série ne se terminera probablement pas mais les chaînes inter-religieuses sont désormais une réalité et aujourd’hui, le monde est solidaire des musulmans du monde entier, pas seulement ceux de la Nouvelle-Zélande !

Et le tueur Brenton Tarrant n’aurait probablement pas imaginé cela !


Les musulmans en Nouvelle-Zélande 1% de la population

Nouvelle-ZélandeLa petite communauté musulmane de Nouvelle-Zélande était sous le choc hier après avoir été la cible d’une attaque meurtrière dans deux mosquées de Christchurch alors qu’elle estimait jusque-là vivre « dans le pays le plus sûr au monde ». Les musulmans de Nouvelle-Zélande cohabitent d’ordinaire sans problème avec les autres communautés dans l’île où une majorité d’habitants voit d’un bon œil la diversité.

Population

On dénombre un peu plus de 46 000 musulmans en Nouvelle-Zélande, selon le dernier recensement de 2013, ce qui représente 1 % de la population. Le nombre de personnes se déclarant musulmanes a progressé de 28 % entre 2006 et 2013, selon l’agence des statistiques néo-zélandaise. Environ un quart d’entre elles sont nées dans le pays. Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise, s’est efforcée de rassurer cette communauté après la tuerie. « Nous sommes une nation fière d’avoir plus de 200 origines ethniques et 160 langues. Et à travers cette diversité, nous partageons des valeurs communes », a-t-elle affirmé.

Intégration

Mustafa Farouk, le président de l’association islamique de Nouvelle-Zélande, a souligné après l’attaque que la communauté musulmane s’était sentie jusque-là toujours en sécurité dans cet archipel isolé d’Océanie. La communauté estimait que « nous vivions dans le pays le plus sûr au monde, nous n’aurions jamais pensé que quelque chose comme cela pouvait arriver », a-t-il dit à la télévision TVNZ. « Les musulmans ont vécu en Nouvelle-Zélande pendant plus de 100 ans et rien ne nous est jamais arrivé de tel, donc ça ne changera pas notre sentiment sur le pays », a-t-il insisté. Les jeunes issus de la communauté musulmane « s’adaptent bien à la vie en Nouvelle-Zélande », comparés aux jeunes d’origine maorie ou à ceux d’origine européenne, selon des études réalisées par le centre de recherches interculturelles de l’Université Victoria de Wellington en 2010 (CACR).

Difficultés

La communauté fait face cependant à certaines difficultés dans cet archipel du Pacifique. Les immigrés musulmans sont vus « moins favorablement » que d’autres communautés par les Néo-Zélandais, selon ce centre de recherche. Par exemple, les immigrés venant de pays musulmans comme le Pakistan ou l’Indonésie affrontent des attitudes plus négatives que ceux venant de Chine ou des Philippines. Et même s’ils sont souvent plus qualifiés que d’autres communautés, les musulmans ont plus de difficultés à trouver un emploi, selon une enquête du journal New Zealand Herald en 2015.


Un sénateur australien reçoit un oeuf après ses propos islamophobes

Fraser AnningUn sénateur australien d’extrême droite a dû être maîtrisé samedi après avoir frappé un jeune homme qui lui avait lancé un oeuf pour dénoncer ses propos islamophobes au lendemain d’un carnage dans des mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch.

L’élu du Queensland (nord-est de l’Australie) Fraser Anning a provoqué une levée de boucliers vendredi dans la foulée de l’attaque de mosquées qui a fait 49 morts à Christchurch, en imputant ce carnage au «programme d’immigration ayant permis à des fanatiques musulmans d’immigrer en Nouvelle-Zélande».

«Soyons clairs, si les musulmans sont aujourd’hui les victimes, ils sont généralement les auteurs», a-t-il écrit dans un communiqué. «La religion musulmane est simplement l’idéologie violente d’un despote du VIème siècle se déguisant en leader religieux.»

Lors d’une conférence de presse samedi à Melbourne, un jeune homme dont l’identité est inconnue a lancé un oeuf sur le sénateur, qui a riposté en frappant plusieurs fois ce dernier au visage, avant d’être maîtrisé, vraisemblablement par un agent de sécurité.

Le Premier ministre Scott Morrison a jugé «consternante» la déclaration du sénateur, affirmant qu’elle n’avait «pas sa place en Australie».

Fraser Anning a plusieurs fois été l’auteur de déclarations racistes.

Il avait ainsi suscité un tollé en août pour avoir préconisé une «solution finale» -en l’occurrence un vote populaire- au «problème de l’immigration» et a recommandé un retour à l’ancienne politique discriminatoire dite de «l’Australie blanche».

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

eleves

À l’approche des examens : comment bien planifier le troisième trimestre

Le troisième trimestre scolaire est considéré comme le plus important. Néanmoins, de nombreux étudiants ne …