dimanche , 25 août 2019
Accueil / Actualités / Abdool Rahim Boodhoo, boucher : «Un kilo de viande se vendait à Rs 5»
Abdool Rahim Boodhoo
Abdool Rahim Boodhoo, dit Rahim Bleu

Abdool Rahim Boodhoo, boucher : «Un kilo de viande se vendait à Rs 5»

Abdool Rahim Boodhoo,75 ans, est l’un des plus anciens bouchers du marché central. Il a bienveillamment partagé avec nous sa longue expérience dans le domaine de la boucherie et la façon dont se faisait le Qurbani à son époque.

Abdool Rahim Boodhoo, plus connu comme Rahim Bleu, est boucher au marché central depuis plus de 57 ans. Il nous raconte comment à son époque les familles musulmanes célébraient le Qurbani. « Dans la façon de le faire rien n’a changé. On met en pratique les mêmes rites sauf que le prix de la viande a connu une forte hausse. Cependant, si on tient compte des nombreuses années qui se sont écoulées, certainement le prix ne pouvait rester le même. À cette époque déjà le prix du bœuf sur pattes était fixé par le gouvernement pour la période du Qurbani seulement comme c’est le cas aujourd’hui encore», nous a-t-il indiqué. « Un kilo de viande se vendait à Rs 5.00 et avec les os à Rs 2.50. Bon nombre de gens achetaient des bœufs sur pattes comme c’est le cas aujourd’hui. Certes il y a une différence dans le prix mais il faut aussi comprendre l’évolution du marché. Tout a changé de 1988 à ce jour, » ajoute-t-il.

Il fait ressortir qu’à l’époque Dawood Dostally et Hossen Ameer, (tous deux marhoom) étaient deux grands importateurs de bœufs. Ils faisaient venir des bœufs de Madagascar à cette occasion.

«Auparavant les Mauriciens accomplissaient leur Qurbani à Maurice. On n’achetait pas de parts en Inde, à Madagascar ou dans un autre pays. Tout s’organisait ici même. Mais au fil des années les choses ont beaucoup changé, avec le Qurbani à l’étranger et le prix d’une part affiché de Rs 700 à Rs 1 200. Beaucoup de gens ont été attirés par ce prix très bas ce qui fait qu’un bon nombre de personnes vont faire leur Qurbani à l’étranger», ajoute-t-il.

Notre interlocuteur se rappelle qu’en 1988 on pouvait acheter un bœuf pour environ Rs 7 000 alors que maintenant l’achat d’un bœuf peut couter 7 à 8 fois plus cher.

Bhai Rahim a connu une enfance difficile. Il a commencé à travailler comme apprenti culottier à l’âge de 10 ans chez le tailleur Marcel Joseph (Ciseaux d’Or) à la rue l’Eglise. Il profitait de son temps libre pour venir au marché central et faire de petits boulots pour se faire un peu d’argent de poche. Les bouchers lui faisaient faire le pesage des viandes et lui donnaient alors 50 sous. Passionné par ce travail, il décida d’en faire son métier. C’est bhai Isoop Badurkhan, qui le prit sous son aile et lui apprit le métier de boucher. Ayant emmagasiné une bonne expérience, il réussit à trouver un étal pour se mettre à son compte. Dès lors a commencé une nouvelle aventure pour bhai Rahim Boodhoo.

Commentaires

A propos de Fareed Dean

Ceci peut vous intéresser

Pakistan

72e anniversaire d’indépendance du Pakistan : ambiance empreinte de patriotisme

C’est sous une pluie fine que le haut-commissaire du Pakistan, le Dr Syed Rizwan Ahmed, …