vendredi , 21 janvier 2022

Variant Omicron : les résultats des séquençages attendus

L’Omicron a-t-il déjà pénétré sur le territoire mauricien ? C’est la question que plus d’un se posent face à sa propagation dans un nombre croissant de pays.

On aura, cependant, une idée claire et nette à l’issue des résultats des séquençages effectués par le laboratoire central du ministère de la Santé. Des échantillons sont envoyés à l’étranger à des laboratoires travaillant en collaboration avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). « Les plateformes ‘N-Gene’ et ‘E-Gene’ sont utilisées à Maurice pour le séquençage et l’Omicron est détectable à travers ces plateformes », fait comprendre le Dr Janki Sonnoo du laboratoire central. « Les échantillons sélectés sont des cas positifs obtenus après un test PCR. Cela fournit et permet de cibler les différents gènes du virus : N-Genes ou E-Genes. Et pour le variant Omicron, les cas S-Gene Target Failure permettront de le détecter dans les échantillons en raison de sa mutation », dit-elle.

L’Omicron, explique-t-elle, compte 32 mutations et il est possible que « le virus esquive les vaccins ». C’est pour cela qu’on parle de « variant of concern » à l’OMS, affirme la spécialiste. Cependant, personne ne connaît sa virulence, car il faudra attendre les publications des laboratoires étrangers. Ce qui est certain, c’est qu’il se propage vite. « Il faudra du temps avant de dire avec certitude. Les laboratoires étrangers donneront les premiers résultats cette semaine », a fait comprendre Dr Sonnoo.

Concernant les deux passagers ayant débarqué à Plaisance en provenance de Johannesburg, samedi dernier, et qui ont été testés positifs, les résultats détaillés sont attendus d’ici 10 jours à deux semaines. Par ailleurs, vendredi, lors d’une conférence de presse, le ministre de la Santé, Dr Kailesh Jagutpal, a affirmé que le gouvernement se prépare à toute éventualité. À la question de savoir pourquoi fermer les frontières aux pays africains et pas aux autres où l’Omicron a été détecté, il répond : « Au début, il a fallu fermer les frontières aux pays d’Afrique de l’Est. Il se peut que ce variant soit détecté partout avec le temps et la fermeture des frontières n’aura ainsi aucune utilité. Il faut être réaliste. Comme avec le Delta, on ne pourra empêcher la propagation de l’Omicron. Nous ne connaissons pas la sévérité du variant. »

Tout savoir sur le variant Omicron

Le variant Omicron, détecté en Afrique du Sud, gagne rapidement l’Europe. Il est classé « variant préoccupant » de la Covid-19 par l’OMS et possède un nombre élevé de mutations. Voici ce qu’il faut savoir sur Omicron, sa contagiosité, ses symptômes.

D’où vient le nom ?

C’est l’OMS qui a nommé ce nouveau variant. Omicron est la 15e lettre de l’alphabet grec. Cela correspond au système mis en place par l’Organisation depuis l’apparition des variants, et qui permet de « nommer et suivre les lignées génétiques du SARS-CoV-2 » ainsi que de rendre les noms « plus accessibles à un public non scientifique », a déclaré l’OMS. Ce procédé est également utile pour ne pas nommer le variant par rapport au lieu géographique où il a été identifié et éviter les stigmatisations. À noter que les deux lettres avant Omicron, Nu et Xi, n’ont pas été attribuées.

D’où vient-il ?

Le variant Omicron, dont le nom scientifique est B.1.1.529, a récemment été détecté chez des personnes contaminées entre le 14 et le 22 novembre en Afrique du Sud dans la province du Gauteng où sont situés Pretoria et Johannesburg, selon l’Institut national des maladies transmissibles (NICD).

Doit-on s’en inquiéter  ?

D’après le virologue Tulio de Oliveira lors d’une conférence de presse menée par le ministère de la Santé sud-africain, ce nouveau variant semble plus contagieux et présente, qui plus est, un nombre élevé de mutations. D’autres spécialistes du domaine estime que ce nouveau variant ne veut pas forcément dire nouvelle vague ou que le variant soit plus dangereux. « Manifestement s’il circule dans certains pays dans lesquels il y a déjà une vague du variant DELTA qui est très contagieux, c’est que nous pouvons craindre qu’il soit au moins aussi contagieux que le DELTA », disent-ils.

Pour eux, Omicron s’agit « d’un variant hybride entre le BETA d’Afrique du Sud et le DELTA ». Il présente des profils de mutation un peu similaires à ces deux variants notamment des variants qui concernent la protéine Spike qui est la clé d’entrée du virus dans les cellules. À ce stade, les chercheurs du monde entier travaillent encore sur le sujet pour voir si Omicron doit être inquiétant. « Dans le doute, nous agissons comme si ce variant était potentiellement dangereux », font savoir les spécialistes. Certaines mesures ont été mises en place dans plusieurs pays, dont Maurice, notamment l’interdiction des vols en provenance de l’Afrique australe.

L’OMS a publié une note sur le variant Omicron et estime qu’à ce jour il est classé variant préoccupant et présente « un risque très élevé » au niveau mondial, mais qu’aucun décès n’a été rapporté. Selon les caractéristiques de ce variant, « il pourrait y avoir de futurs pics de Covid-19 qui pourraient avoir des conséquences sévères en fonction de différents facteurs et en particulier où ces pics se produiraient ».

Est-il dangereux ?

Si le variant semble plus contagieux que les autres, il n’est pas forcément plus dangereux au niveau de ses symptômes. Selon le National Institute for Communicable Diseases d’Afrique du Sud, aucun symptôme inhabituel n’a été signalé à la suite d’une infection par le variant omicron, et certains individus sont d’ailleurs asymptomatiques.

D’après le Dr Angélique Coetzee, présidente de l’Association médicale d’Afrique du Sud interviewée par The Telegraph, le variant provoque de légers symptômes : « les symptômes étaient différents, plus légers que ceux traités auparavant », comme des courbatures, une toux sèche. En revanche, elle a souligné une grande fatigue chez les patient(e)s mais pas de perte d’odorat ni de goût. Elle a également mentionné un cas de fièvre et de pouls élevé chez un enfant de 6 ans. « Je ne dis pas qu’il n’y aura pas de maladies graves mais, pour l’instant, même les patients que nous avons vus qui n’étaient pas vaccinés ont des symptômes légers », affirme Dr Angelique Coetzee. « Je suis persuadée que beaucoup de gens en Europe ont ce virus, mais cela n’a été que peu détecté parce qu’on était à l’affût de symptômes du Delta ».

Comment le dépister ?

Les tests PCR que l’on connaît peuvent détecter le variant Omicron avec un séquençage.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Psychologie de l’enfant : comment les plus petits vivent-ils cette pandémie ?

Confinement, fermeture des écoles, quotidien bouleversé, atmosphère incertaine… Voilà à quoi font face nos enfants …