vendredi , 22 novembre 2019
Accueil / Actualités / Les préparatifs pour l’Eid-ul-Fitr : ils étaient sous forte pression
métiers

Les préparatifs pour l’Eid-ul-Fitr : ils étaient sous forte pression

La veille de la célébration de l’Eid-ul-Fitr, tout le monde est sur la brèche. Certains font le grand nettoyage de leur maison et de leur cour tandis que d’autres font les dernières emplettes. Cependant, il y a une poignée de musulmans qui profitent de ce jour pour faire du commerce. Comment arrivent-ils à gérer la pression pendant ce jour fatidique ?

Ackbar Rohomutally, bandari : «Le moment le plus difficile, c’est l’égouttage du riz»

Ackbar RohomutallyOn est mardi 4 juin 2019. Le soleil est déjà couché et tout le monde attend impatiemment la sirène qui  annonce la fin du Ramadan. Pour Ackbar Rohomutally, bandari, à Vallée-des-Prêtres, il y a autre chose qui occupe son esprit : « Décongéler la viande pour le lendemain ». Il a pris des commandes pour préparer 26 degs de briani le lendemain. Même si ce n’est pas la première fois qu’il le fait pour un millier de personnes, cependant il le prépare dans trois degs. « Mais pour Eid, nous devons cuire la même quantité dans plusieurs degs », explique-t-il.

Heureusement qu’Ackbar bénéficie de l’aide de son fils, Akhmez, et de son ami, Afzal. Après avoir mis la viande dans les degs pour la décongéler, ils doivent se réveiller à 2 heures du matin pour la mariner jusqu’à l’appel de la prière Fajar. « Nous avons 17 commandes le matin et 9 l’après-midi et nous sommes pris toute la journée par la cuisson », raconte Ackbar. À cause de son emploi du temps très chargé ce jour-là, il ne fait qu’accomplir le namaz Eid et n’a malheureusement pas le temps d’aller rendre visite à ses proches. « La famille connait l’engagement de ce métier le jour de l’Eid, donc ceux qui viennent à la maison, viennent me voir dans le lieu de cuisson », dit-il. C’est le lendemain seulement qu’il pourra se déplacer pour rendre visite à ses proches.

Son épouse, ses enfants et ses belles-sœurs lui donnent un coup de main dans les autres tâches, comme la préparation des achards et la mise en place de tous les autres ingrédients. L’oignon frit est déjà prêt deux jours avant la cuisson.

En retournant à la maison après le namaz Eid, Ackbar se met tout de suite au travail. Les clients commencent à prendre livraison de leurs degs à partir de 11 heures.  « Le moment le plus difficile pour moi, c’est le l’égouttage du riz car je dois assurer que le riz n’est pas trop cuit (canz). Nous devons tous faire vite pour remplir les 17 degs », explique-t-il. Une fois ses commandes du matin honorées, il doit recommencer le même procédé après le namaz Zohr pour les commandes de l’après-midi.

Ayereen Rizwana Dhurrun, esthéticienne : «C’est l’une de mes journées les plus épuisantes de l’année»

Ayereen Rizwana DhurrunPour Ayereen Rizwana Dhurrun, la veille de l’Eid est une journée de travail très mouvementée. L’esthéticienne débute à 9h00 pour finir avec sa dernière cliente à minuit. « Dans une journée normale je peux faire plusieurs choses, mais pour Eid, les clientes me demandent plus d’épilations de sourcils, de brushing et d’application de mehendi », nous dit-elle.

La professionnelle souligne qu’il lui est impossible d’accepter toutes les clientes ce jour-là. « Je prends au maximum 15 clientes car les services sont variés en fonction des clientes.  J’ai des clientes qui confirment leur rendez-vous  au début du Ramadan et celles qui me recommandent à leurs amies ou je me fais de nouvelles clientes. »

Le salon d’Ayereen se trouve à Cité Martial, à Plaine-Verte. Elle est contrainte de refuser des clientes à la dernière minute ou même 2 à 3 jours avant Eid si ces dernières n’ont pas pris rendez-vous.  « C’est l’une de mes journées les plus épuisantes de l’année mais c’est un bonheur pour moi de pouvoir rendre toutes ses femmes très jolies. Car elles l’ont bien mérité après un mois de jeûne et de sacrifice à nettoyer la maison et préparer l’iftaar et sehri tous les jours pour leurs familles. »

Nazlee Toorab, une autre esthéticienne

Mais ce rythme de travail n’est pas le même dans toutes les régions. Par exemple, à Rose-Hill, Nazlee Toorab explique que c’est le calm plat et elle attend ses clientes patiemment la veille de l’Eid. « J’espère qu’elles viendront car j’attends surtout celles des régions avoisinantes. D’autant plus que cette année je me suis même permise de mettre une publicité dans le journal avec une promotion spéciale mais pour le moment, c’est calme. En général, je termine à 20 heures la veille de l’Eid, mais avec la concurrence, le travail a nettement diminué. »

Pâtisserie Al-Fayaz à Plaine-Verte : «Les clients nous demandent d’emballer les gâteaux dans des Eid Box»

Pâtisserie Al-FayazAbdur Rahim Oozeer, propriétaire de la pâtisserie Al-Fayaz à Plaine-Verte, nous raconte que la veille de l’Eid est une journée chargée et épuisante pour lui et pour toute la famille qui l’aide à honorer ses commandes. « Comme d’habitude, on est débordé de commandes. Mais cette année, à cause d’un manque de main-d’œuvre, nous étions sous une grosse pression la veille de l’Eid. Les membres de la famille ont mis la main à la pâte », raconte Abdur Raheem Ozeer. Notre interlocuteur nous explique que la vente des gâteaux-pâtisserie est en baisse chaque année durant le mois de Ramadan et qu’il se concentre davantage sur la vente de Naans. Mais la veille de l’Eid, il y a une forte affluence dans la pâtisserie dès le matin. Les gâteaux sucrés comme le maysoor, les napolitaines, les barfi et les maspins sont très demandés, selon le propriétaire de la pâtisserie.

« Les clients nous demandent d’emballer les gâteaux dans des Eid Box, mais par manque de temps, nous ne fournissons pas ce service », poursuit-t-il. C’est à 5 heures le matin qu’il rentre dans la pâtisserie et ce n’est qu’à 18h qu’il aura un peu de temps pour souffler. « Tenir une pâtisserie n’est pas une chose facile, il y a beaucoup de préparations et même la confection prend du temps. Sachant qu’on ne pourra satisfaire tous les clients au dernier moment, nous fermons la pâtisserie à 18 heures
précises », conclut-il.

Ahmad Fakuddeen Jilani  et Nufaisah MOSAHEB

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

121119_depute2_3

Circonscriptions Nos 2 et 3 : la parole aux élus

Dans les circonscriptions Nos 2 et 3, ce sont les candidats du MMM et de …