vendredi , 6 décembre 2019
Accueil / Actualités / Judiciaire : 43 nouveaux avocats prêtent serment
avocats

Judiciaire : 43 nouveaux avocats prêtent serment

Moment de fierté et ouf ! de soulagement pour les 43 nouveaux avocats qui ont prêté serment ce vendredi 20 septembre devant le chef juge, Eddy Balancy, et les juges de la Cour suprême. Entourés de leurs amis, collègues et membres de leur famille, ces jeunes avocats se confient à nous avec joie. Rencontre. 

Neeloofur Daureeawoo : «Je souhaite contribuer à préserver la noblesse de cette profession»

Neeloofur DaureeawooC’est en tant que plus jeune avocate de la cuvée 2019 que Neeloofur Daureeawoo a prêté serment comme avocate vendredi 20 septembre. Neeloofur, 24 ans, se passionne pour le droit depuis qu’elle était toute jeune. Venant d’une famille dont les membres sont des professionnels du droit, elle a toujours su qu’elle voulait être avocate.

Après avoir terminé ses études secondaires au Lycée Labourdonnais, Neeloofur entame son LLB. C’est ensuite au BPP Bristol, au Royaume-Uni qu’elle passe ses examens du barreau. De retour à Maurice, Neeloofur fait son « pupillage » chez Gavin Glover SC, Iqbal Rajahbalee SC, Thierry Koenig SA, et au bureau du Directeur des Poursuites Publiques. En sus de son apprentissage au sein de la profession légale mauricienne, la jeune femme a aussi eu l’occasion d’acquérir de l’expérience de travail en Malaisie et en Suisse à WIPO, agence spécialisée de l’ONU. Elle est également une « Accredited Civil and Commercial Mediator ».

Neeloofur, qui est la fille de Racheed Daureeawoo, avocat, ancien magistrat, ancien député et ancien maire, et de la vice-Première ministre, Fazila Jeewa-Daureeawoo, avouée de profession, est extrêmement reconnaissante à ses parents qui l’ont toujours encouragée dans sa voie. Neeloofur devient ainsi la 10eme juriste de la famille. Elle a aussi une pensée spéciale pour ses professeurs du Lycée Labourdonnais.

« Alhamdullilah, mon vœu d’enfance a été exaucé. C’est une profession noble et je souhaite contribuer à préserver sa noblesse. Puisque mes parents sont dans le domaine légal, ils m’ont toujours guidée, et m’ont permis de voir plus clair dans ce que je voulais faire. J’ai beaucoup appris de leur éthique de travail. Je remercie aussi mes professeurs du Lycée, car ils m’ont aidé à acquérir une manière de réfléchir qui me sera utile toute ma vie », dit-elle.

La jeune femme parle aussi de l’influence de son grand-père, Rashad Daureeawoo SC, premier avocat de la famille, qui s’est toujours impliqué dans ses études et a suivi son parcours éducatif de près.

Dans son approche de la profession légale, Neeloofur Daureeawoo se sent particulièrement concernée par la cause des filles et des femmes. Elle croit en son pays et espère participer à l’avancement de Maurice.

« Il a toujours été très important pour moi de pouvoir aider les jeunes filles et les femmes. Toutes les filles méritent d’avoir accès à l’éducation, car elles ont de grandes capacités. Je pense également qu’il faut démontrer que la femme est aussi capable que ses pairs masculins », explique Neeloofur Daureeawoo.

La jeune femme dédie aussi ce succès à son grand-père, feu Dr Sayid Daureeawoo.

Elle est désormais prête à se lancer dans sa carrière d’avocate, et ainsi réaliser la vocation qu’elle se destine depuis sa plus tendre enfance.


Sunaina Tapsee: «Il y aura toujours de belles perspectives dans cette profession»

Sunaina TapseeElle est la toute première avocate de sa famille. Fille d’un père électricien en automobile et d’une mère au foyer, Sunaina Tapsee était très émue après la cérémonie de prestation de serment. « C’est une grande fierté pour notre famille. Mes parents rêvaient d’avoir un/e avocate dans la famille donc j’ai voulu réaliser leur rêve. Ils m’ont beaucoup soutenue dans mes études et ont été toujours là pour m’épauler ainsi que ma sœur aînée et mon petit frère, » confie la cadette de la famille Tapsee.

Ex-élève du collège Friendship et ayant fait ses études tertiaires a l’université du Central Lancashire (UCLan) et à la Manchester Metropolitan University, la jeune avocate compte se spécialiser en droit criminel. Elle ne croit pas que la profession d’avocat est saturée. « Dix ans de cela on disait que la profession était saturée mais on voit de plus en plus de jeunes qui deviennent avocats. Je pense qu’il y a de l’avenir dans cette profession car le monde continuera à évoluer et changer. Nous aurons toujours à faire face à beaucoup de nouvelles choses donc c’est pour cela que je pense qu’il y aura toujours de belles perspectives dans cette profession noble », ajoute-t-elle.

Sunaina soutient qu’il faut d’abord faire des recherches sur notre société et sur le taux de criminalité juvénile avant de fixer l’âge de la majorité pénale. Quant à l’âge légal du mariage, l’avocate est catégorique. « Il doit être fixé à 18ans. Je pense qu’à 16ans on n’a pas encore la maturité nécessaire pour s’engager dans l’union qu’est le mariage. La personne ne peut décider a cet âge d’être un époux ou une épouse», souligne-t-elle.


Shafaa Aisha Beedassy: «C’est un métier noble»

Shafaa Aisha BeedassyEntourée de sa famille, Aisha Shafaa Beedassy, ressent une grande joie. Après beaucoup d’années de sacrifices et de dur labeur, elle a pu réaliser son rêve d’enfance. « C’est difficile pour moi de décrire cette joie là devant mes parents qui sont honorés. J’ai passé de longues nuits sans sommeil loin de mes parents, » dit-elle.

Notre interlocutrice a choisi ce domaine depuis très jeune. Elle confie qu’au collège, elle participait aux débats et aux concours d’élocution avec une aisance devant l’auditoire. « J’ai choisi le métier d’avocat car c’est un métier noble. En tant que juriste mes fonctions seront de conseiller, représenter, assister et défendre mes clients. C’est un métier passionnant qui demande un sens de justice et également d’être honnête et fiable avec pour objectif de respecter la déontologie du métier », dit-elle.

Ancienne étudiante d’Ebène SSS, elle a entrepris ses études de droit à l’Université de UCLAN et Northumbria Newcastle. Elle a fait son pupillage chez Moollan Chambers, Uteem Chambers, au bureau du DPP et chez Legisconsult. Maintenant, elle compte se spécialiser en droit de la famille. « J’ai opté pour cette spécialisation car j’estime que la famille est sacrée et il y a trop de problèmes de violence domestique qui rongent notre société. Comme avocate je serai à l’avant-plan pour défendre les victimes. Aucune violence n’est admissible, tolérable ou excusable, » lance-t-elle.

Concernant l’âge de la majorité pénale à 12 ans, elle laisse entendre qu’elle n’a pas encore étudié le projet de loi mais précise que le sujet est complexe et qu’un grand débat pourra mieux nous éclairer. En ce qu’il s’agit de l’âge légal du mariage à 18 ans, elle n’a pas souhaité répondre car elle préfère chercher l’opinion d’un légiste avec plus d’expérience. « J’ai mon opinion personnelle sur la question d’un point de vue religieux et légal, » souligne la jeune avocate.

Shafaa Beedassy est passionnée de natation et de lecture. Elle tient à remercier son père Eshan et sa mère Halimah pour l’avoir soutenue durant ses longues années d’études.


Roubina Jabeen Umarkhan: «La fin d’une étape mais le début d’une autre»

Roubina Jabeen UmarkhanRoubina Jabeen Umarkhan se dit très soulagée d’avoir enfin prêté serment comme avocate mais aussi d’avoir terminé ses études de droit. Pour Roubina, qui a fait sa formation professionnelle au barreau (BPTC) à la Nottingham Law School de l’université de Nottingham Trent en Angleterre, c’est l’aboutissement de plusieurs années d’études. «Le parcours était beaucoup plus difficile pour moi car j’ai étudié le droit français. Mais je dois dire que c’est la fin d’une étape de ma vie mais en même temps le début d’une autre». Elle confie que depuis toute petit elle ne tôlerait pas l’injustice. « C’est ce qui m’a motivé à devenir avocate. J’aime cette profession car je pense qu’il est très important de faire triompher la justice, » souligne-t-elle.

Fille d’un père médecin et d’une mère femme au foyer, Roubina explique qu’elle ne compte pas se spécialiser. « Le droit mauricien est très vaste donc il n’y a pas vraiment de spécialisation. Je fais de tout. Comme on dit ‘Master of none and Jack of all trades.’ J’ai un master en droit de la propriété intellectuelle mais je n’ai pas encore eu l’occasion de travailler dans cette filière. Actuellement je travaille aussi sur un autre master, notamment le crime financier. Donc, j’aimerais bien aller dans cette direction car il y a beaucoup d’opportunités à Maurice », dit-t-elle. L’avocate pense qu’en général la profession offre d’excellentes perspectives. Commentant l’âge de la majorité pénale qui a été fixée à 12 ans, Roubina estime qu’il aurait du être fixée à 16 ans. « À 12ans on est encore un enfant irresponsable qui ne sait pas vraiment ce qu’il fait. Je pense que l’abaissement de l’âge de la majorité pénale n’est pas approprié pour la société actuelle. Je pense qu’à 16ans les adolescents sont doués de discernement moral et sont donc capables de différencier et choisir entre le bien et le mal », laisse-t-elle entendre. Quant à l’âge légal pour le mariage, la jeune avocate est d’avis qu’il faut le fixer a un âge bien plus avancé. « Je pense sincèrement qu’il faudrait fixer l’âge légal pour le mariage à 21ans. Le plus tard serait le mieux parce que le mariage est un engagement très important où des jeunes de 16 ans et même de 18 ans n’ont pas encore la maturité requise pour le gérer», argue-t-elle.


Sheik Muhammad Zaaffir Raymode : «Cinq ans d’études ont porté leurs fruits»

Sheik Muhammad Zaaffir RaymodeEntouré de sa famille, Sheik Muhammad Zaaffir Raymode est très content d’avoir réalisé son rêve d’être avocat. Cet habitant de Curepipe se dit soulagé que ces cinq ans d’études ont finalement porté leurs fruits. « C’est une grande joie car je suis le premier avocat de la famille. Pendant les cinq dernières années, j’ai travaillé très dur. Il m’a falllu être patient, déterminé et persévérant. Mes parents m’ont soutenu tout au long de ce parcours, » dit-il.

Le jeune avocat a choisi cette profession après ses études secondaires car il voulait faire une carrière dans un domaine où il y a beaucoup à apprendre et un environnement très stimulant. « Ce métier va me permettre d’être à la disposition des gens. C’est une profession noble», ajoute-t-il.

Après ses études au collège de St Esprit, il a posé ses valises en Angleterre. Il a entamé ses études à l’université d’Exeter et à la University of Law. Il a fait son pupillage chez sir Hamid Moollan Chambers et Abdul Kader Rajah, Senior Attorney.

Zaaffir est déjà embauché chez Eversheds, une firme juridique et a intégré l’équipe de litige. Il envisage de faire une spécialisation en droit de travail, protection des données et corporate. Il a aussi complété une maîtrise en lois du travail.

« Ma carrière vient de débuter. Il y a beaucoup à faire. Je suis intéressé par la plaidoirie», confie le jeune avocat. Notre interlocuteur estime que même s’il y a des nombreux avocats, il y a de la place pour tout le monde au sommet de la pyramide. Pour lui, il faut juste un peu de temps. Le passe-temps de Zaaffir est le football. D’ailleurs, il est un grand fan de Liverpool.

Concernant l’âge de la majoité pénale fixe à 12 ans, il estime que ce n’est pas une bonne initiative car les cas diffèrent. « Il faut voir les différents cas avant de se prononcer. En même temps j’accueille bien la décision de l’âge légal du mariage fixé à 18 ans, » dit-il.


Hasanali Pirbhai : «Être avocat va me donner une opportunité d’apprendre»

Hasanali PirbhaiAprès avoir franchi plusieurs étapes, Hasanali a finalement pu réaliser son rêve. Cet ancien élève de Le Bocage International School est au septième ciel. « C’est un moment de grand bonheur d’avoir pu compléter mes études et de devenir avocat. Il y avait plusieurs étapes à franchir, à commencer par les études, puis le bar et enfin le pupillage, » dit le jeune avocat.

Fils d’Akil et Fatim, tous deux directeurs de compagnie, Hasanali a voulu être dans ce domaine car il aime bien résoudre des puzzles et la loi c’est un puzzle. « Depuis mon enfance, je me suis intéressé aux environnements complexes et à résoudre des énigmes. Donc, être avocat va me donner cette opportunité d’apprendre aussi, » ajoute-t-il.

Hasanali envisage de se spécialiser en Corporate Law car cette filière évolue très vite et il aime travailler dans de telles conditions. Il estime aussi que cette filière est en grande demande. Pendant ses temps libre, il préfère la lecture. Apres ses études secondaire, il a continué ses études à l’université de Kent et à celle d’Edimbourg. Il a fait son pupillage chez Me Gujadhur.


Naaila Naima Goburdhun: «Devenir avocate était un rêve d’enfance»

Naaila Naima GoburdhunPour Naila Goburdhun, c’était un rêve d’enfance de devenir avocate. Elle se dit comblée de joie d’avoir enfin prêté serment comme avocate après ses études de droit. Pour elle, exercer comme avocat permet de pratiquer une profession noble. « Je me sens honorée après cette cérémonie de prestation de serment, » dit-elle. La jeune femme a fait ses études secondaires et tertiaires à Londres. Elle souhaite se spécialiser en droit criminel. « Je suis retournée pour mettre mon expérience au service de mon pays. J’espère accomplir mon travail honorablement, » ajoute cette habitante de Rose-Hill. Elle a fait son « pupillage » au sein du cabinet RD Chambers et ODPP.


Bibi Fatimah Sharfa Paurobally : «C’est un honneur de faire partie de cette profession»

Bibi Fatimah Sharfa PauroballyElle est la première avocate de la famille et fait aujourd’hui la fierté de ses parents. C’est accompagnée de ses proches que Bibi Fatimah Sharfa Paurobally est venue prêter serment. « C’est une grande joie pour moi d’être ici après tous ces efforts et ses sacrifices. C’est un jour solennel tant attendu et une grande fierté également. C’est un honneur pour moi de faire partie de cette profession surtout comme je suis la première de la famille », nous dit-elle toute joyeuse.

Si Fatimah a choisi cette profession, ce n’est pas par hasard. « Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été exposée à la profession. J’ai débuté mes études de droit et c’est ainsi que j’ai puisée mon inspiration auprès de certaines personnes de mon entourage», souligne-t-elle. Habitante de Curepipe, Fatima a suivi ses études secondaires aux collège Dunputh Lallah et Dr Maurice Curé. Elle s’est ensuite envolée pour la Malaisie pour continuer ses études tertiaires à l’INTI International University puis à l’université de Leeds en Angleterre. C’est auprès de Mes Razack Peeroo, Firoz Hajee Abdullah, Azam Neerooa et Mohana Naidoo que Fatimah a fait son pupillage. Elle hésite encore sur le choix de filière pour sa spécialisation. « Je pense me diriger vers le droit civil et familial mais débuter par le droit pénal en général. La profession d’avocat n’est pas aussi saturée qu’on le pense et je suis d’avis qu’il y aura toujours une place pour tous les avocats car c’est une profession libérale. Même si le secteur reste compétitif je suis sûre que je trouverai ma place », déclare-t-elle. Engagée dans le social, Fatimah aime la lecture mais aussi visiter les autres cours des différents pays. En plus de passer beucoup de temps avec son petit frère, Jilani.

Les nouveaux avocats

1. Suhashinee Bachun
2. Laura Louise Suzanne Bossu-Picat
3. Vanira Jenya Chinien
4. Pallavi Simran Chittoo
5. Karishma Choytun
6. Anuja Ghoorah
7. Indrabye Govind
8. Lakshchay Gunputh
9. Krish Lutchumon
10. Gitika Sweta Manna
11. Trishala Menaka Mohabir
12. Pajani Balasoubramanien Mukan
13. Bibi Fatimah Sharfa Paurobally
14. Sweta Teesta Pursem
15. Miguel Angel Ramano
16. Priyadarshini Soobhug
17. Rehashna Soukhee
18. Visheigen Valleeamah
19. Rojanjali Devi Vyapoory-Naiken
20. Hurshit Woomchurn
21. Chetan Prakash Ancharaz
22. Amit Ranveer Beedasee
23. Aisha Shafaa Beedassy
24. Neelofur Daureeawoo
25. Juhi Desai
26. Charles Maxime Doger de Speville
27. Naaila Naima Goburdhun
28. Helen Sareena Gujadhur
29. Tilak Raj Gujadhur
30. Khemant Kumar Khetoo
31. Kiran Thanuja Luchmun
32. Krishna Hekrish Narain
33. Jotsna Nuckcheddy
34. Anoushka Lutchmee Nunkoo
35. Romy Ortoo
36. Hasanali Pirbhai
37. Adarsh Kumar Ramkissoon
38. Dinisha Ramlochurn
39. Sheik Muhammad Zaaffir Raymode
40. Saloshni Naiker Rungasamy-Sawmynaden
41. Raveena Saccaram
42. Sunaina Tapsee
43. Roubina Jabeen Umarkhan.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

051219_carburant

Transport de carburant : les premiers camions Safety+ Edition à Maurice

Total Mauritius s’équipe de 12 nouveaux camions-citernes pour le transport de ses produits pétroliers. Ces …