Friday , 19 July 2024

Suite à la chute mortelle d’Oufraan Latona d’un camion-poubelle : les conditions de travail des éboueurs décriées

Plusieurs éboueurs et aussi ceux à la retraite ont contacté la rédaction pour faire part de leurs sentiments à la suite de la chute mortelle de Mohammad Oufraan Latona d’un camion-poubelle. Cet employé de la municipalité de Vacoas/Phoenix a rendu l’âme le mercredi 19 juin 2024.

Révoltés par ce décès qu’ils qualifient d’« un décès de trop », ses amis éboueurs dénoncent les conditions de travail et les dangers quotidiens auxquels ils sont exposés. Oufraan Latona avait fait une chute d’un camion-poubelle et est tombé sur l’asphalte. Il est resté plus d’une heure sur la route avant que les urgentistes du SAMU arrivent sur les lieux. Ses amis pleurent sa mort et promettent de ne pas rester les bras croisés pour que justice soit faite.

Ils racontent que sur les cinq camions d’ordures de Vacoas/Phoenix, seulement deux sont en service. Les camions en panne ne sont pas réparés et les deux camions en service sont en mauvais état. « Ena enn kamion pena larou secours depi 5 mois, ek ena lezot kamion pa finn ale lor fitness mé pe kontiy rouler », dénoncent-ils. On soutient qu’un camion rempli de déchets est tombé en panne. « Sa kamion rempli ek saleté la finn reste koumsa mem pendan 3 mois. Piblik finn bizin fer komplaint pou ki finalement finn enlev sa ban saleté la », avancent-ils.

Selon eux, les conditions de travail sont exécrables et les éboueurs sont exposés à la maladie. Ils estiment que les pneus des camions sont usés et représentent un danger quotidien, tout comme le pare-chocs, qui est retenu par un morceau de bois. « Eski bizin ena enkor mort pou ki zot pren ban mezir ki bizin ? » s’interrogent-ils. Les éboueurs comptent écrire une lettre au Dr Anwar Husnoo, ministre des Collectivités locales, pour exposer leurs doléances.

Nous avons vainement tenté de contacter la municipalité de Vacoas/Phoenix.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Interdite de porter le hijab pour suivre une formation : Shalma Auckbaraullee s’en remet à la justice

L’interdiction de porter le hijab pour pouvoir suivre une formation à l’institut Escoffier à Kendra, …