samedi , 11 juillet 2020

Introduction de charges fiscales et sociales : vives inquiétudes dans le milieu des affaires

Le cœur n’y est plus. C’est en ces termes qu’on peut qualifier le ‘mood’ dans le monde des affaires depuis la présentation du Budget 2020-2021 par le ministre des Finances, Renganaden Padayachy. Business Mauritius annonce que la communauté des affaires est inquiète par l’introduction de charges fiscales et sociales qui fragiliseront encore davantage les entreprises.

«Il a fait le contraire », se lamente un homme d’affaires dont les compagnies brassent un chiffre d’affaires d’environ Rs 700 millions par an. « Il aurait dû venir avec des mesures pour réconforter les entrepreneurs après les malheurs du confinement pour les affaires et venir avec des mesures pour que nous puissions reprendre notre envol. Or, il attache des boulets à nos pieds avec une taxation et des charges sociales fortes. Ce n’est pas le moment », fulmine-t-il. Un autre homme d’affaires craint fort qu’avec le découragement pas mal d’entrepreneurs vont « give up » grossissant ainsi le nombre de chômeurs. « Il nous a imposé le système français qui ne sied nullement au contexte mauricien », dit-il.

Dans le milieu de la haute finance, on prévoit le pire. Voire l’évasion fiscale, la délocalisation, l’utilisation des juridictions étrangères pour investir à Maurice (Round tripping). « Combien de High Income Earners accepteront d’accorder environ 50% de leurs revenus au gouvernement. Surtout quand on sait à quel point l’argent des contribuables est mal géré pour ne pas dire gaspillé, pour reprendre les perpétuelles dénonciations de Bureau de l’Audit. Renganaden Padayachy devra s’attendre à un brutal retour du balancier », prévient un gestionnaire des patrimoines financiers.

Business Mauritius tire la sonnette d’alarme

La principale source d’inquiétude concerne une politique fiscale accrue qui fragilisera davantage les entreprises, tout en contribuant à freiner le développement et à menacer l’emploi.

Kevin Ramkaloan, CEO de Business Mauritius, a souligné que «la taxe sur le Revenu Brut risque d’être un frein à la relance et une taxe sur la réussite, qui pénalisera toutes les entreprises, qu’elles gagnent de l’argent ou pas». Pour Business Mauritius, «cette taxe est un net obstacle à la croissance».

La communauté des affaires est aussi inquiète par la forte augmentation du Solidarity Levy, qui augmente le pourcentage de taxation personnelle à 40% pour les Mauriciens à revenus élevés. Tout en étant d’accord sur le principe de la solidarité, cette quintuple augmentation nous place à un niveau de taxation plus haut que celui d’économies développées telles que celles des États-Unis, du Canada, de la Nouvelle-Zélande ou de Singapour. Il est aussi regrettable que ce Levy cause un manque d’équité entre étrangers et Mauriciens, le Solidarity Levy ne s’appliquant qu’aux Mauriciens. Ce Levy risque aussi d’amplifier le « brain drain », car cela rendra un retour au pays moins attractif pour les talents mauriciens.

Charges sociales

Les charges pour les entreprises vont aussi encore augmenter avec l’introduction de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), tandis que nombre d’entre elles ont du mal à sortir la tête de l’eau. «La réforme du système des pensions est nécessaire et aurait dû être lancée depuis longtemps. Cependant la CGS ne correspond à une réforme de fond qui aurait était nécessaire. Cela amènera une charge supplémentaire conséquente aux entreprises à un moment où celles-ci vivent une récession historique. De plus, les entreprises se préparent déjà à l’introduction du PRGF qui a déjà un coût substantiel sur les entreprises», affirme Pradeep Dursun, COO de Business Mauritius qui regrette un manque de consultation à ce sujet. Sur les lois du travail, Pradeep Dursun rappelle le besoin de flexibilité afin de permettre aux entreprises de gérer la situation de crise que nous traversons. Par exemple, un cadre directeur pour le Work from Home aurait été salutaire.

Le support financier annoncé pour le chômage technique durant les 6 prochains mois a été bien accueilli. Ceci contribuera à la sauvegarde de l’emploi dans les secteurs impactés.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Pour des solutions financières sur mesure : Afsar Ebrahim lance KICK Advisory Services

Afsar Ebrahim vole de ses propres ailes depuis le 1er juillet 2020. Il a quitté …