lundi , 14 juin 2021

Exposé à la mosquée Ar-Rayhaan : le Waqf contre la pauvreté et l’inégalité sociale

Le Waqf ne se limite pas au don de terrain ou de bâtiment seulement mais a un usage beaucoup plus élargi. C’est en somme ce qu’ont fait comprendre Mosadeq Sahebdin et Zaheer Hissoob lors d’un exposé sur le concept de Waqf. C’était à la mosquée Ar-Rayhaan, à Plaine-Lauzan, dans la soirée du vendredi 15 janvier.

Donnant une définition du Waqf, Mosadeq Sahebdin explique qu’il s’agit, pour une personne, d’investir à travers le don d’une propriété, de l’argent ou de son temps dans le but d’obtenir un « sawaab-e-jaariya », soit des récompenses spirituelles perpétuelles. « Et toute ressource générée est utilisée pour le développement de la société, de l’économie et l’allègement de la pauvreté », dit-il.

Les types de Waqf

  1. Waqf religieux. Un exemple serait le don d’un terrain ou d’un bâtiment dans le but d’en faire une mosquée.
  2. Waqf philanthropique. L’initiative doit pouvoir bénéficier aux pauvres de la société ou le grand public.
  3. Waqf familial. L’initiative d’une famille pour un waqf sous forme de propriété ou d’argent pour se rapprocher d’Allah.
  4. Waqf en espèce. Il s’agit d’un investissement en espèce (cash) dont les revenus sont utilisés pour alléger la pauvreté.

Les spécificités du Waqf

Le bien qu’une personne souhaite offrir en Waqf doit lui appartenir. « On ne peut prendre le bien d’une autre personne et l’offrir en Waqf », précise Mosadeq Sahebdin. Aussi, une fois que le bien est donné, il ne peut être repris. « Les héritiers, par exemple, ne peuvent le réclamer par la suite », dit-il.

Waqfnama

Le Waqfnama est un document légal qui doit être rédigé dans le cadre du don qui est fait. Un document qui atteste de l’utilisation du Waqf. « C’est un document dans lequel le donneur spécifie l’objectif pour lequel ce don devra servir. Le donneur spécifie aussi qui sera le Mutawalli, soit le gérant (trustee). Il est à noter que ce dernier ne peut en faire un usage autre que celui spécifié par le donneur dans le Waqfnama », souligne-t-il.

Zakaat vs Waqf

Selon les explications de Mosadeq Sahebdin, contrairement à la Zakaat, qui est obligatoire sur ceux qui ont une certaine quantité de biens, le waqf est un acte volontaire ouvert à tous, même ceux qui ne disposent pas de grands moyens mais qui souhaitent participer afin d’obtenir le « sawaab-e-jaariya ». Autre différence, la Zakaat ne peut être investie, contrairement au Waqf.

Impact socio-économique

Le Waqf est l’un des trois piliers sur lesquels repose l’économie islamique, avec la Zakaat et la finance islamique. « Le Waqf permet d’atteindre au moins 2 des 17 Sustainable Development Goals (SDG) de l’ONU : la réduction de la pauvreté et la réduction de l’inégalité dans la société », dit-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Au Victoria Urban Terminal : les marchands ambulants relocalisés dans moins d’un an

Hydar Ryman : « Un endroit digne pour travailler en toute légalité » Commentaires