samedi , 5 décembre 2020

Dr Mehjabeen Beebeejaun : conseils aux diabétiques

Durant le mois béni de ramadan, le jeûne est obligatoire pour chaque adulte en bonne santé. Cependant, sont exemptes de jeûner les personnes qui sont atteintes de maladies chroniques comme le diabète, entre autres. Si les patients diabétiques décident d’observer le jeûne, ils doivent suivre quelques conseils. Selon la diabétologue, Dr Beebeejaun, il est important d’établir un plan de santé individuel et d’avoir l’avis d’un médecin avant de jeûner.

Une question qui revient tout le temps à chaque ramadan : « Docteur, est-ce que je peux observer le jeûne ? » Le Dr Mehjabeen Beebeejaun a établi un « Ramadan Risk Calculator » qu’elle utilise lors de la consultation pour venir en aide aux patients diabétiques. Néanmoins, ce calculateur de risques ne s’applique pas aux femmes enceintes. Plusieurs critères sont énumérés tels que la prise d’insuline, les médicaments, l’hypoglycémie et des complications liées au diabète, entre autres. Des points sont attribués selon la nature de la maladie. Il est ainsi déconseillé aux patients qui obtiennent un score de +4 points d’observer le jeûne. Mais il faut préciser que si la personne choisit toujours de jeûner, elle doit être prise en charge par un professionnel qualifié pour éviter des complications.

Selon le Dr Beebeejaun, plusieurs personnes diabétiques évoquent souvent des problèmes de santé auxquels elles peuvent faire face lorsqu’elles observent le jeûne. « L’hyperglycémie essentiellement après l’iftaar, l’hypoglycémie durant la journée et des fois après le namaz taraweeh ainsi que la déshydratation sont autant de problèmes qui peuvent affecter une personne diabétique durant le ramadan », avance-t-elle. Elle ajoute qu’il est très important pour chaque patient diabétique de mesurer sa glycémie. « Mesurer la glycémie ne va pas rompre le jeûne », dit-elle encore.

Dr Mehjabeen Beebeejaun avance également que si une personne diabétique commence à ressentir un malaise durant le jeûne, il faut impérativement mesurer sa glycémie. « La personne peut faire face à une hypoglycémie (glucose<4.0mmol/L) ou une hyperglycémie (glucose> 16mmol/L). Dans les deux cas, cela peut être dangereux pour la personne. Il est alors conseillé de rompre le jeûne si la situation échappe à notre contrôle et devient alarmante », conseille notre interlocutrice.

L’importance du sehri

Selon la diabétologue, une personne diabétique ne doit en aucun cas manquer le sehri. « Il faut s’assurer de ne pas manquer le repas du matin car cela va aider à un équilibre dans le taux de glycémie. Il faut aussi boire beaucoup d’eau lors du sehri et aussi pendant l’iftaar. Je conseille toujours aux patients d’éviter de consommer plus d’un verre de jus. Les jus de fruits fraîchement pressés contiennent un taux de sucre élevé », fait ressortir Dr Mehjabeen Beebeejaun.

Pour le sehri, elle conseille de manger (en quantité modérée) des aliments riches en glucides comme la semoule, les faratas de blé, le riz basmati, le dholl et les pâtes entre autres. « Pour l’iftaar, éviter de manger plus de deux dattes car elles contiennent beaucoup de sucre. Veiller aussi à manger un fruit et un légume le matin et le soir », préconise-t-elle.

En ce qui concerne le traitement des personnes diabétiques, Dr Beebeejaun estime que certains médicaments peuvent augmenter le risque d’hypoglycémie. « Dans ce cas, le dosage peut être revu ou le médicament peut être remplacé par un autre. Il est préférable d’en parler à son médecin », souligne-t-elle. Par ailleurs, elle avance qu’il est tout-à-fait possible pour une personne sous traitement d’insuline d’observer le jeûne. « Si une personne sous insuline décide de jeûner, il lui faut un meilleur contrôle de sa maladie. Une personne atteinte du diabète de type 1 ne doit pas manquer sa prise d’insuline », dit-elle encore.

Enfin, Dr Mehjabeen Beebeejaun conseille aux fidèles diabétiques qui vont accomplir le namaz taraweeh d’apporter quelques sucreries avec eux. « L’accomplissement du taraweeh peut être intense pour les personnes diabétiques et cela peut augmenter le risque d’hypoglycémie. Dans ce cas, après avoir consommé un bonbon, il est conseillé de manger quelques biscuits sucrés ou un morceau de pain notamment si elles prévoient aussi d’accomplir aussi le namaz tahajjud », conclut-elle.

ramadan

Commentaires

A propos de Fareed Dean

Ceci peut vous intéresser

Islamic Centre for Disabled Children : remise de cadeaux aux élèves

Une remise de cadeaux par des généreux bienfaiteurs a eu lieu à l’Islamic Centre for …