dimanche , 3 juillet 2022

Dr Aisha Khatoon Azam : «La Covid-19, en tant que maladie, deviendra endémique»

Médecin généraliste et experte en recherche liée aux vaccins et aux essais cliniques, Dr Aisha Khatoon Azam se livre sur la situation sanitaire à Maurice. Selon elle, dans quelques années, la Covid-19 pourrait bien ressembler à une simple grippe.

À partir du 15 janvier, seules les personnes ayant eu trois doses de vaccins seront reconnues comme étant « fully vaccinated ». Comment jugez-vous cette mesure sachant que des personnes ayant eu trois doses n’ont pas été épargnées par le virus?
La protection offerte par les vaccins diminue avec le temps, et nous avons donc moins d’anticorps qui peuvent offrir une résistance à la Covid-19. Une dose de rappel du vaccin agit comme un vrai « rappel » pour notre corps et provoque une augmentation du taux d’anticorps ; elle nous offre une meilleure chance contre la Covid-19. Avec l’émergence de nouveaux variants, les vaccins restent le meilleur moyen pour protéger les gens, ralentir la transmission et réduire la probabilité d’émergence d’autres variants.

Vous avez travaillé sur divers vaccins à l’étranger. D’après votre expérience, quelle est la durée réelle de l’efficacité du vaccin contre la Covid-19, quelle que soit son origine ?
Des études ont été réalisées afin d’analyser le niveau d’anticorps sur une longue période chez les personnes qui ont été vaccinées. Ces études montrent que le niveau d’anticorps commence à diminuer après une durée de 6 à 9 mois, d’où l’importance des doses de rappel. L’efficacité à long terme du vaccin ne peut être mesurée qu’avec le temps et cela nécessite la collecte de données.

Nous avons assisté à l’émergence de divers variants, les plus récents étant IHU et Omicron. Selon vous, avec le temps, aurons-nous des variants moins virulents ou plus dangereux  ?
Il est très difficile de prédire les caractéristiques du prochain variant, s’il y en aura ! Généralement, avec le temps, les virus mutent et se transmettent plus rapidement d’une personne à une autre ou provoquer des maladies plus graves. Parfois, plus un virus mute, plus il devient instable. Il est fort possible que le nouveau variant se transmet plus rapidement mais provoque une maladie bénigne ou encore provoquer une maladie grave et avoir un faible taux de transmission.

À ce stade, comment décrirez-vous Omicron ?
Concernant Omicron, il y a eu une panique et la diffusion d’informations erronées sur les réseaux sociaux. Beaucoup de gens pensaient que simplement parce qu’Omicron est plus mutagène que Delta, il est donc plus virulent. Ce n’était pas le cas et nous savons maintenant que si Omicron semblait se propager plus rapidement que Delta, il n’a pas causé des maladies plus graves. En mutant, le virus peut « voyager » plus vite mais perd sa capacité à vous rendre gravement malade. Le variant suivant pourrait causer plus de maladies mais voyager plus lentement. À mesure que plus de personnes sont vaccinées et développent une immunité, il sera plus difficile pour le virus de circuler dans la communauté. Il faut se faire vacciner mais en même temps continuer à porter le masque, laver les mains et maintenir la distanciation sociale pour mieux s’armer contre les variants émergents.

Impossible qu’un vaccin provoque des effets secondaires des années après la vaccination»

Des experts internationaux croient qu’Omicron peut être l’origine d’une vraie immunité collective renforcée. Partagez-vous cet avis ?
L’immunité collective n’est pas déterminée par le variant du virus. De nombreux facteurs importants y contribuent, comme la quantité et la vitesse à laquelle une population est vaccinée et la qualité du vaccin. Omicron est suffisamment différent des autres variants pour que les vaccins n’offrent pas le même niveau de protection que contre d’autres variants connus. À mon avis, cela retardera en fait l’immunité collective.

Existe-t-il un lien, voire une corrélation, entre taux de vaccination et émergence de variants nouveaux ?
Oui. L’accès aux vaccins a été un problème majeur dans la plupart des pays du tiers monde. Si une population est vaccinée le plus rapidement possible, cela aide à briser la chaîne de transmission et à obtenir une immunité collective. Mais si une population n’est que partiellement vaccinée parce qu’elle n’a pas accès aux vaccins ou que le public hésite à se faire vacciner, cela permet l’émergence de nouveaux variants. C’est pourquoi les experts disent que la lutte contre la Covid-19 doit être un effort mondial. Nous ne pouvons pas lutter contre cela seuls.

Aujourd’hui encore, beaucoup estiment que le vaccin Covid-19 pourrait avoir un effet néfaste sur leur santé dans quelques années. Quelle est votre opinion à ce sujet?
Ce sont de fausses informations véhiculées par les anti-vaccins sur les réseaux sociaux. Les vaccins en général existent depuis des décennies maintenant. Savez-vous que la vaccination est la mesure de santé publique la plus efficace pour le contrôle des maladies infectieuses après la fourniture d’eau potable ? Ce n’est que grâce à la vaccination que nous avons pu éradiquer la variole et la polio ! Beaucoup de maladies infectieuses comme la rougeole, la coqueluche et la varicelle sont sous contrôle parce que nous vaccinons nos enfants contre elles. Il faut comprendre que la vaccination provoque des réactions comme une fièvre légère et une douleur au point d’injection. Cela est normal et attendu, car c’est un signe que le vaccin réagit pour produire des anticorps. Il est impossible qu’un vaccin provoque des effets secondaires des années après la vaccination, car il ne reste pas aussi longtemps dans l’organisme. Je conseillerai à chacun de consulter son médecin et de lui adresser toutes les questions liées à la vaccination au lieu de suivre les réseaux sociaux et de croire à des « fake news ».

L’auto-isolement est désormais courant en cas d’infection et de nombreuses personnes se tournent vers l’automédication. Quels sont les dangers de cette pratique ?
L’automédication est une pratique très dangereuse, car les personnes n’ayant aucune notion médicale ne connaissent pas la bonne dose ou les effets secondaires des médicaments. J’ai vu beaucoup de messages sur les réseaux sociaux où des gens suggèrent des traitements en fonction de leur expérience personnelle. Ceci est fortement déconseillé ! Les médicaments sont prescrits en fonction de chaque individu selon ses symptômes, les maladies antérieures ainsi que des réactions allergiques. Pour les personnes en auto-isolement, je recommande de contacter leur médecin virtuellement avant de commencer des traitements. Au cours des deux dernières années, de nombreuses applications et options de télésanté sont disponibles à Maurice. Une consultation virtuelle est donc possible.

Une question est sur toutes les lèvres : quand la Covid-19 va-t-elle disparaître ?
Pour être très honnête, la Covid-19 ne disparaîtra pas complètement. Cependant, nous espérons vraiment que la pandémie soit endiguée. La Covid-19, en tant que maladie, deviendra endémique (plutôt que pandémique), c’est-à-dire que tout comme la grippe, la dengue, le chikungunya, elle deviendra une maladie saisonnière.

Expliquez-vous.
Prenons l’exemple de la grippe. Elle est similaire à la Covid-19 et comme vous le savez, nous menons chaque année des campagnes de vaccination contre la grippe. Tout comme la Covid-19, le virus de la grippe a également différents variants et chaque année, une combinaison légèrement différente de variants circule dans le monde. Le vaccin que nous avons chaque année est personnalisé en fonction du variant le plus courant circulant cette année-là. Ce même scénario peut s’appliquer à la Covid-19. Une fois la pandémie endiguée, les personnes à haut risque (personnes âgées, frontliners, personnes souffrant de comorbidités) pourraient devoir se faire vacciner chaque année pour mieux se protéger. Entre-temps, continuons à maintenir les gestes barrières !

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Paiement de la pension aux veuves musulmanes – Fazila Jeewa-Daureeawoo : «Nous corrigeons une grande injustice»

La ministre de l’Intégration sociale, de la Sécurité sociale et de la Solidarité nationale, Fazila …