jeudi , 19 septembre 2019
Accueil / Interview / Cassam Uteem : «Il faut éviter de faire l’amalgame entre l’islam et la shariah d’une part et le terrorisme de l’autre»
Cassam Uteem

Cassam Uteem : «Il faut éviter de faire l’amalgame entre l’islam et la shariah d’une part et le terrorisme de l’autre»

L’ancien président de la République, Cassam Uteem, nous livre dans cet entretien son analyse des événements de la semaine dernière. Selon lui, il est impératif que l’ensemble de la population ne se laisse pas prendre au piège de la campagne de désinformation en provenance de l’étranger.

Quelle est votre lecture des événements du samedi 2 juin 2018 survenus à Port-Louis ?
Pour pouvoir comprendre ce qui s’est passé ce samedi-là, il faut être en présence de toutes les données. Or, en l’absence de communiqués officiels, il nous manque plusieurs éléments pour arriver à situer les responsabilités autour de ces événements. Par exemple, on ne sait pas pourquoi l’autorisation policière pour la manifestation LGBT qui avait été accordée une première fois fut annulée l’avant-veille pour être accordée à nouveau 24 heures après. Y avait-il eu des protestations de la part de certaines personnes ou de certaines organisations et pour quelles raisons?

Les manifestations LGBT, autant que je sache, ont été organisées de nombreuses fois chez nous dans le passé et se sont toutes déroulées sans protestation publique et sans anicroches même si quelques rares fois il y a eu des réactions individuelles antagonistes à leur encontre. On en a vu pire ailleurs, même dans des pays dits avancés. Les participants à la manifestation LGBT du samedi 2 juin, dont certains seraient des étrangers de passage à Maurice, disent avoir reçu des menaces de mort.

Ils se sont tout de même réunis au Caudan Waterfront mais ont été avisés par la police d’éviter de défiler dans les rues de Port-Louis en raison d’une contre manifestation non-autorisée et des risques de confrontations violentes. Ils ont été contraints de faire la fête sur place. La police avait-elle des informations à l’effet que des agents provocateurs allaient infiltrer la contre-manifestation et provoquer des désordres? Le rassemblement à la Place d’Armes, non-autorisé et donc illégal, a lui été transformé en séance de prière. Tout est bien qui finit bien, nous dit le ministre mentor !

Certaines réactions sur les réseaux sociaux sont tout simplement odieuses, répugnantes et dangereuses.»

N’est-ce pas le post blasphématoire sur Facebook associant le Créateur à l’homosexualité qui a été l’étincelle car la parade des LGBT est à sa 13e édition à Maurice ?
Comme je viens de vous le dire, il devait y avoir de bonnes raisons pour réclamer l’annulation de la manifestation LGBT, si une telle demande avait été, bien entendu, faite par des organisations religieuses musulmanes. Je crois comprendre que le «post» blasphématoire auquel vous faites référence, publié dans un pays européen à l’occasion d’une manifestation en faveur des ‘gays’, avait été repris par un site local et l’impression avait été créée que ce slogan qui traitait Dieu de gay (Allah is gay) allait être repris et monté sur des pancartes pour être paradé dans les rues de Port-Louis. D’où la réaction publique de colère de quelques fervents adeptes devant l’insulte suprême qui, par ailleurs, n’a pas laissé insensible l’ensemble de la communauté musulmane, blessée dans a sa foi durant le mois de Ramadan. Certes, l’islam, comme tant d’autres religions, considère l’homosexualité comme un péché mais il serait outrancier d’associer ce rassemblement de quelques fidèles à de l’homophobie, comme certains saient de faire croire.

Des éléments extrémistes et fanatiques sont présents dans toutes les communautés qui existent à Maurice mais ils représentent une infime minorité…»

N’est-il pas inquiétant que des oiseaux de mauvais augure tentent d’associer le terrorisme à cet incident à cause de la présence d’une personne ?
Je ne connais de la personne en question que ce qui a été publié dans la presse à son sujet. Il aurait fait des études islamiques poussées au Pakistan, apprend-on et souhaiterait introduire à Maurice la loi islamique, la shariah, et il ne s’en cache pas, comme en d’autres temps certains parlaient de faire de Maurice un État communiste athée. Si les autorités détiennent des preuves que lui-même ou d’autres personnes parmi celles rassemblées à la Place d’Armes appartiennent à une organisation terroriste, elles ont tout un arsenal de moyens légaux à leur disposition pour prendre les actions requises. Qu’attendent-elles pour le faire ? Entretemps, il faut surtout éviter de faire l’amalgame entre l’islam et la shariah d’une part et le terrorisme de l’autre. Je pense qu’à part quelques internautes zélés, la grosse majorité de nos compatriotes savent séparer le bon grain de l’ivraie.

En d’autres temps certains parlaient de faire de Maurice un État communiste athée.»

C’est un fait indéniable que 99.99% des musulmans à Maurice ne s’associent pas à l’extrémisme et au fanatisme. N’empêche qu’ils sont nombreux à tirer à boulets rouges sur les musulmans en général. C’est injuste, n’est-ce-pas ?
Nous avons réussi jusqu’ici à maintenir une société harmonieuse et paisible, respectueuse des valeurs religieuses et culturelles des uns et des autres grâce à la tolérance et au vouloir vivre-ensemble qui nous caractérisent. Des éléments extrémistes et fanatiques sont présents dans toutes les communautés qui existent à Maurice mais ils représentent une infime minorité et l’extrémisme violent est quasiment inexistant. Évitons donc, par nos actes et nos propos irréfléchis, de transformer le paradis qu’est Maurice en un enfer que fuiront demain nos enfants pour aller chercher refuge – la paix et la sécurité – ailleurs.

 La grosse majorité  de nos compatriotes savent séparer le bon grain de l’ivraie»

À voir le déferlement de commentaires sur Facebook, nous serions tentés de dire que l’islamophobie a atteint les rives mauriciennes… Vous attendiez-vous à une telle proportion de l’islamophobie affichée par des Mauriciens sur les réseaux sociaux ?
Certaines réactions sur les réseaux sociaux, après les événements autour de la manifestation LGBT, que je qualifierais de maladives sont tout simplement odieuses, répugnantes et dangereuses. Nous avons tous notre mea-culpa à faire et devons dans les plus brefs délais essayer de comprendre ce qui a provoqué ces réactions pour dire le moins malsaines et blessantes. Ne nous laissons pas prendre aux pièges de la campagne de désinformation et des critiques tendancieuses en provenance de l’étranger et évitons de nous joindre à ceux qui ont des ‘hidden agendas’ et qui cherchent tout prétexte pour diaboliser ceux et celles qui professent telle ou telle autre religion.

…il serait outrancier d’associer ce rassemblement de quelques fidèles à de l’homophobie, comme certains essaient de faire croire.»

Face à une telle situation, quel devrait être le rôle de nos chefs religieux et selon vous, que faut-il faire pour apaiser cette situation qui risque de prendre des proportions démesurées ?
Le Conseil des Religions s’est déjà prononcé sur les événements malheureux du 2 juin et dans une analyse que je trouve juste et une déclaration équilibrée a déjà, à mon avis, commencé l’œuvre de rétablir le climat de confiance entre les divers groupes religieux. Il faudrait encourager et multiplier les rencontres interconfessionnelles et réapprendre à nos enfants, non seulement dans les temples, églises et mosquées mais à la maison et à l’école, le respect de l’autre, sa culture, son mode de vie et s’enrichir de nos différences pour éviter de nous entredéchirer demain.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Showkutally Soodhun

Showkutally Soodhun : «L’Arabie saoudite est prête à nous aider pour étendre le Metro Express»

Le président du Mouvement socialiste militant (MSM), Showkutally Soodhun, annonce que l’Arabie saoudite est disposée …