vendredi , 30 septembre 2022

Bienvenue en 1444 de l’hégire!

Nous sommes désormais en l’an 1444 de l’hégire, soit depuis que le dernier envoyé de Dieu, bénédiction et paix sur lui, fonde à Médine une société qui est désormais axée non seulement des individus et des groupes, mais aussi sur une communauté qui forme un ensemble. Y compris des gens qui ne partagent pas la même foi, la même culture, la même origine, donc qui reflètent une diversité. Parmi il y a des riches et des pauvres, des puissants et des faibles, des instruits et ceux qui ne le sont pas.

Quelques 1 444 années lunaires, soit 1 401 ans solaires se sont passés depuis que nous avons cette référence en matière de comment-faire afin de s’épanouir au niveau d’une société plurielle, éprouvée aussi par des dangers externes comme par des menaces internes. Et pourtant, ils ont réussi, vraiment. Il ne suffit pas de dire que cette société est un modèle que nous devons copier. Cela est impossible. Il n’y aura pas d’autre après le dernier des envoyés de Dieu, bénédiction et paix sur lui. Le contexte de la République de Maurice, 14 siècles plus tard est différent. Mais il nous a légué le Coran et son exemple pour nous guider jusqu’à la fin des temps.

Achoura

Dès la première année de l’hégire, le dernier envoyé, bénédiction et paix sur lui, observa que les juifs de Médine jeûnaient le jour de l’Achoura, le dixième jour du premier mois. Ces derniers lui dirent que c’était en commémoration du jour où Dieu sauva Moïse et son peuple du Pharaon. Immédiatement, il fut ordonné aux musulmans de jeûner aussi en ce jour. Car, disait-il aux juifs, « nous n’avons plus de droit par rapport à Moïse que vous ».

Cette affirmation est forte et remplie de sens. Très loin de tout ‘antisémitisme’, il s’agit d’une déclaration de fidélité au message de Moïse, envoyé de Dieu reconnu par les juifs mais aussi par les chrétiens. Le jeûne du jour de l’Achoura fut même le premier jeûne obligatoire. Ce n’est que l’année suivante que celui du mois du Ramadan fut établi. Bien après, ceux qui jeûnaient s’ils le voulaient en ce jour remarquèrent qu’ils imitaient les juifs en leur religion. Encore une fois, fidélité au message de Moïse mais en se différentiant de ces derniers en identité, le dernier envoyé de Dieu exprima l’intention d’y ajouter un jour de jeûne additionnel.

En l’an 12 de l’hégire, le jour de l’Achoura arriva, mais le dernier envoyé de Dieu, bénédiction et paix sur lui, avait quitté ce monde. Sa mission avait été parfaitement accomplie et les compagnons ajoutèrent un jour au jeûne de l’Achoura, selon l’enseignement prophétique.

Maurice, 1444 AH

Que devons-nous retenir aujourd’hui et ici, à Maurice en 1444 AH ou 2022 de l’ère grégorienne, concernant ces faits historiques ? D’abord, qu’à l’origine il y a le fait que Dieu sauva Moïse avec son peuple, messager de Dieu dont le nom est de loin le plus mentionné dans le Coran, pas moins de 136 fois. À chaque fois, un rappel que le message est le même essentiellement : tous les envoyés ne sont venus que pour rappeler qu’il n’y a de dieu que Dieu. Et ce n’est que Lui qui mérite notre adoration.

Pharaon se prenait pour un dieu et il fut vaincu malgré tout ce qu’il possédait et tout ce qu’il avait le pouvoir de faire. Il avait transgressé toutes les limites, tuant les enfants d’Israël et les opprimant s’ils ne les tuaient pas. Son orgueil et son arrogance, comme de ceux qui le suivaient, laissaient dans la souffrance le peuple d’Israël comme nombreux par son propre peuple aussi.

À l’heure où nous écrivons, Pharaon est bien mort, tant de gens parmi nous se prennent pour des petits pharaons. Un mari se croit tout permis, car il est le ‘pharaon’ de la maison. Un patron qui domine ses travailleurs, car il est le ‘pharaon’ de son usine. Un politicien qui use de son pouvoir, ou qui cherche le pouvoir, afin de devenir le ‘pharaon’ local. Certes, personne ne le dira ainsi, encore moins prétendra-t-il d’être un dieu. Mais si avec cet infime pouvoir il se montre aussi tyran dans son petit monde, qu’aurait-il fait s’il avait vraiment la toute-puissance du Pharaon ?

L’Achoura doit aussi être un rappel pour nous que finalement il n’y a de dieu que Dieu, sans aucun partenaire ou associé. À l’heure où les peurs nous affligent de tous les côtés, allant de la situation financière à la menace d’une autre pandémie en passant par les guerres et conflits ailleurs, soyons conscients, intimement et fermement, que rien de ce qui arrive n’échappe à Dieu. C’est Lui qui est, a été, et sera toujours le Maître Absolu qui connaît toute chose et qui a le pouvoir sur toute chose. Il ne perd pas, n’a pas perdu et perdra jamais contrôle sur le monde. Souvenons-nous encore et encore, Pharaon et tous les pharaons seront vaincus finalement.

P.S : Au moment où nous écrivons en accueillant l’an 1444 de l’hégire, pour une énième fois les jets de l’aviation israélienne bombardent Gaza tuant surtout des civils, y compris des enfants. Beaucoup ne savent pas pourquoi le conflit reprend ainsi, même si le sort des Palestiniens a toujours été le même, s’empirant même d’année en année. L’approche des élections en Israël y est pour quelque chose, comme à chaque fois. D’un côté, il y a ceux qui sont comme le Pharaon et les siens et de l’autre ceux qui sont comme Moïse et les siens. Qui est qui ? Qui a plus de droit par rapport à Moïse  ? Que ce soit à l’époque de ce dernier, ou en 1444 AH, l’espoir n’est jamais vain lorsqu’il repose en Dieu uniquement et nous agissons en conséquence.

Par PROF. KHALIL ELAHEE

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Outstanding Cambridge Learner Awards : ces «Top Achievers» qui font honneur au pays

Les récipiendaires mauriciens de la 14e édition des « Outstanding Cambridge Learner Awards » ont …