mardi , 21 septembre 2021
Jasbeer doit être en permanence au chevet de son époux

Atteint d’une paralysie cérébrale et alité : Imteaz Maulabacus voit sa pension d’invalidité suspendue

Atteint d’une paralysie cérébrale depuis août 2020, cet habitant de Glenpark, Vacoas, est alité et dépendait d’une aide sociale pour ses dépenses.

Imteaz Mohammad Maulabacus, 44 ans, ne sait plus à quelle porte frapper. Atteint de paralysie complète, il n’a aucune réaction corporelle, à l’exception de ses yeux qui réagissent au mouvement. En raison de son incapacité à se déplacer et son état de santé grave, Imteaz reçoit chaque mois à domicile la visite d’un médecin de la Sécurité sociale. Pour se déplacer et se rendre à son rendez-vous médical, ce sont des pompiers qui doivent venir épauler le personnel du Samu pour le soulever et le placer dans une ambulance pour le conduire à l’hôpital.

Le 8 janvier 2021 a été un grand choc pour Jasbeer, l’épouse d’Imteaz. Selon elle, une lettre en provenance du ministère de l’Intégration Sociale, de la Sécurité Sociale et de la Solidarité nationale émise par le bureau de la Medical Unit, informe Imteaz qu’il est convoqué à 13h30 devant un Medical Board à Vacoas le mercredi 27 janvier 2021 pour subir une évaluation qui déterminera s’il est éligible à une pension d’invalidité et à une Carer’s Allowance. « J’ai été choquée et triste de constater que les officiers de la Sécurité sociale semblent ne pas être au courant de l’état de santé de mon époux ou semblent ne pas se soucier de la santé des autres », s’indigne-t-elle.

« Li ena bedsore, li servi couche li manz par tube so deux la jambe et les bras reste pa kapav bouzé. Et akoz sa kan déplace li en cas urgent, Samu kan vine cherche li, sollicite l’aide pompiers. Azordi pu vine dire pou coupe pension et carer’s allowance si pas amène li. Mo souhaité ki ministre Sécurité sociale madame Fazila Jeewa-Daureeawoo écoute mo l’appel. Nou pas mérite ene calvaire kumsa. Nou deza dans nou soufrans », ajoute Jasbeer.

Trois attaques cérébrales

Père d’une fille de 18 ans, Imteaz travaillait dur comme maçon pour subvenir aux besoins de sa famille. À l’âge de 39 ans, il avait eu une attaque cérébrale légère qui n’avait pas trop affecté sa santé et il avait continué à travailler. À l’âge de 41 ans le jour même de son anniversaire, soit le 20 mai 2018, il fait une deuxième attaque cérébrale et se retrouve avec une paralysie totale de son côté droit. Depuis, Jasbeer est en permanence à son chevet. « Ti bizin fer li manzé, okip li mé kan mem li ti pe capav marsé inpé. Et dépi sa li gagne ene pension invalidité», raconte Jasbeer.

Mais en août 2020, la troisième attaque cérébrale pour Imteaz a de lourdes conséquences. Il est resté deux jours dans le coma et 41 jours à l’unité des soins intensifs de l’hôpital Victoria, à Candos.

Les séquelles de cette attaque sont dévastatrices : Imteaz n’arrive à faire aucun mouvement. De plus, il a perdu l’usage total de ses bras et de ses jambes. N’arrivant plus à manger, des tubes ont été placés dans son corps pour qu’il s’alimente. Imteaz bénéficie d’une pension d’invalidité de Rs 12 500 incluant le service d’un aide-soignant. Mais cet argent est loin d’être suffisant pour le couple pour joindre les deux bouts.

Comme chaque épouse, Jasbeer nous explique qu’en dehors du traitement médical à l’hôpital, elle fait aussi appel à un médecin privé pour prodiguer des soins à Imteaz.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Examens du School Certificate : Sayed Ahmad Jilani Ameer Meea classé Top of the World en physique

Je souhaite devenir lauréat » L’île Maurice à l’honneur pour la troisième fois en une …