mardi , 29 novembre 2022

Alisha Hingun, auteure et chargée de cours : «Réfléchir au-delà des couches de conditionnement social»

Face à la Covid-19, il est primordial de se réinventer. C’est le constat d’Alisha Hingun, chargée de cours à Curtin Mauritius. Titulaire d’un doctorat, elle a récemment publié, conjointement avec sa sœur Zafiirah Hingun, un ouvrage axé sur la découverte de soi durant cette pandémie. Entretien.

De quoi parle votre livre « Rebranding Yourself » ?
« Rebranding Yourself  » est un voyage vers la découverte de soi, à une époque où le consommateur fait encore face à l’impact de la Covid-19. Le livre parle de l’importance de retrouver une authenticité sur notre identité pour nous permettre de mieux comprendre le sens de la vie. Le récit révèle à travers les quatre années de mes travaux de recherche doctorale, comment le marketing a façonné notre perception de la réalité. Il interroge cette réalité et nous encourage à prendre des initiatives personnelles pour reconstruire notre estime de soi en tant qu’individu. Ma sœur, Zafiirah Hingun, co-auteure de l’ouvrage, m’a aidée dans la dernière année d’écriture, à trouver un narratif interactif pour mieux engager le lecteur.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?
Le marketing m’a toujours fascinée. Mais ces dernières années, ce sont les marques qui m’ont interpellée. On vit beaucoup à travers les marques – le consommateur d’aujourd’hui a un grand choix en termes de nourriture, de vêtements, de moyen de transport, et même de loisirs (par exemple, sport, voyage, entre autres). Bien souvent, on est aussi considérablement fidèle à certaines marques. Cette réflexion m’a emmenée à débuter mes recherches sur le sujet. Comment seraient nos vies sans les marques ? Pourquoi sont-elles devenues si importantes dans notre vie de tous les jours ? À quel point nos choix de marques en tant que consommateur influencent notre perception de qui on est ? L’image qu’on s’invente à travers la consommation est-elle réelle  ? Est-elle durable ?

Pourquoi est-il devenu important de se réinventer après la Covid-19 ?
La pandémie a montré à quel point notre vie n’a pas de sens sans interaction sociale. Pourtant, en même temps, cela nous a également montré la valeur de s’accorder du temps. Mes études démontrent comment le « soi » se développe au fur et à mesure que nous construisons des relations avec les autres. Cependant, une analyse plus approfondie nous montre également comment le « moi » intérieur a besoin de son propre espace pour comprendre sa vocation, ses priorités.

Est-ce réalisable ?
Le tout est de trouver cet équilibre. Nous ne pouvons pas vraiment découvrir notre potentiel si nous ne découvrons pas qui nous sommes vraiment. Nous ne pouvons le faire que si nous réfléchissons au-delà des couches de conditionnement social que le marketing a contribué à mettre en place. Ce faisant, nous nous démarquons de la masse. Notre originalité émerge de l’intérieur, de notre capacité à être créative, et nous devenons des individus autonomes et pleins de ressources. En réitérant notre identité, sur la base de nos vraies valeurs, nous sommes en mesure de nous différencier des autres dans différents domaines, tant dans notre vie professionnelle que personnelle.

La loi sur la protection des consommateurs doit être revue»

Comment la pandémie a-t-elle forcé les gens à faire une rétrospection?
Les gens ont été confinés pendant de longues périodes, à travers plusieurs « lockdown », et ils ont eu le temps de réfléchir sur eux-mêmes. La vie sociale a été profondément impactée et notre façon de penser a changé. Il est encore nécessaire de mener des recherches plus empiriques pour comprendre exactement comment les consommateurs vont maintenant réagir dans un marché post-pandémique. Cependant, force est de constater que les gens ont compris l’importance d’un retour aux sources. Par exemple, le jardinage est devenu très populaire ainsi que d’autres activités de bien-être.

Selon vous, quelles sont les étapes clés pour développer une entreprise dans l’après-Covid-19 ?
Je pense que les entreprises ont subi des changements structurels assez dramatiques avec la pandémie, qui pourraient avoir un effet irréversible sur leurs opérations futures. Par exemple, beaucoup d’entre elles envisagent désormais le travail à domicile comme une solution permanente, tandis que certaines ont adopté une approche mixte, et n’ont pas complètement repris leurs fonctions, même après la levée des mesures de confinement. Je crois personnellement que plusieurs entreprises ont déjà identifié les avantages de synchroniser leurs opérations selon cette nouvelle tendance pour optimiser leurs ressources. Cependant, il peut être important pour les entreprises d’évaluer l’état actuel de leurs activités avant de prendre de décisions stratégiques. Il peut s’agir d’une réflexion sur : (1) le secteur dans lequel opère l’entreprise, (2) le profil des salariés et (3) le profil des clients et la manière dont l’offre leur est délivrée.

Comment les entreprises doivent-elles positionner leur marque dans un monde post-Covid-19 ?
Je pense que les entreprises doivent avancer avec compassion et humilité, dans un monde qui peine aujourd’hui à se reconstruire. Ils doivent accepter que les consommateurs ne seraient plus les mêmes, et qu’ils ont peut-être découvert d’autres valeurs pendant la pandémie, qui guideront désormais leur comportement. Les consommateurs peuvent être à la recherche de nouvelles façons de créer leur sentiment d’identité, et les organisations qui trouveront un moyen de leur offrir véritablement ces solutions alternatives, seront les leaders émergents de demain.

Pour de nombreuses entreprises, les médias sociaux sont devenus une bouée de sauvetage. Quelles en sont les implications?
Il est vrai que les réseaux sociaux ont en quelque sorte sauvé la mise pendant le confinement. En tant que tel, un grand changement technologique s’est produit et les campagnes sur les réseaux sociaux ont cartonné. Il semble que la tendance va perdurer, car désormais d’énormes budgets de marketing ont également été transférés pour des campagnes en ligne. Alors qu’il existe des mesures très précise pour comprendre l’engagement en ligne, il me semble que les mesures en place pour évaluer l’impact social est toujours assez vague. Par exemple, on peut aujourd’hui se demander comment et combien le consommateur dépense en ligne. Aussi est-il est bien préparer aux risques tels que la sécurité du paiement par carte ? L’implication des ventes croisées sur l’achat compulsif prend aussi une tout autre dimension avec l’intelligence artificielle. C’est pour cela que je pense que la loi sur la protection des consommateurs doit être revue.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Ismael Rawoo, leader adjoint du ML : «Même sans portefeuille ministériel, nous soutenons le GM»

Sauf « gros macadam », le Muvman Liberater n’entretient aucune ambition de se séparer du …