Sunday , 14 July 2024

Accident mortel à Vallijee : Wazir Korimbaccus (18 ans) emporté par sa passion pour la moto

Wazir Korimbaccus (18 ans), un jeune passionné de football et de motocyclette, n’a pas survécu à ses blessures à la suite d’un accident de moto survenu dans la soirée du lundi 8 mai à Résidence Vallijee.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le jeune homme aurait perdu le contrôle du deux-roues et a violemment percuté un arbre. Il a été projeté sur l’asphalte, coincé contre une clôture métallique.

Malheureusement, il n’a pas survécu à ses blessures et est décédé avant même d’arriver à l’hôpital. Chez ses parents, à Vallée-des-Prêtres, une atmosphère de tristesse mêlée de chagrin rend l’air irrespirable. Le temps s’est arrêté et tout le monde pleure le départ de Wazir qui a laissé ses parents dans une douleur atroce.

Sa mère Firoza, encore sous le choc, nous parle de Wazir comme un fils respectueux qui était aimé de tous. Elle raconte que lundi dernier, après une rencontre de football sur le terrain de football en gazon synthétique de Coromandel, il rentrait chez lui à moto comme d’habitude tandis que ses amis le suivaient en voiture. À hauteur de Vallijee, pour des raisons inconnues, il a perdu le contrôle de sa motocyclette et s’est retrouvé coincé contre une clôture métallique. Ses amis sont venus à son secours avant d’appeler le SAMU, mais il était déjà trop tard.

Ce n’est que vers 22h15 que sa mère a appris que son fils s’était blessé et qu’il était à l’hôpital. « Ene so kamarad dir moi vin vit, Wazir so cas grav. Mo ti kapav tomber, mort emplas etan mo gagne sa nouvelle la. Mo ti pe envi kriye plorer sa lerr la, mé ni larme ni lavwa pa pe sorti », dit-elle. En arrivant à l’hôpital, elle découvre le cadavre de son fils qu’elle aime tant. « Sa lerr la, mone met tou dan lamé Allah. Wazir ti ene bon garson ek zamé li pa finn done nou traka », ajoute Firoza.

La moto et le foot

Firoza confie que Wazir était passionné de moto et passait son temps à la bricoler pour la rendre plus performante. Il était aussi un excellent footballeur et souvent ses amis faisaient appel à ses talents pour participer à des tournois. Emue, sa maman nous montre les médailles et trophées qu’il ramenait à la maison après des tournois fructueux. La belle-sœur du défunt avance, de son côté, que Wazir était un garçon respectueux et dévoué qui aimait les enfants. « Li ti bien konten zouer avek ban zenfan ek zamé li pa ti pe refiz ran kiken ene servis », laisse-t-elle entendre.

Si tous ses proches sont attristés par le départ prématuré et subit de Wazir, Firoza fait ressortir que c’est son époux qui semble être le plus affecté par la mort de leur enfant. Selon elle, les deux vivaient comme des amis et aimaient faire des plaisanteries pour faire rire la famille. « Nou lavi pou nepli parey aster. Nou pou nepli tann so lavwa kan li pe vin lakaz dan tanto », soupire la mère, anéantie.

Outre sa passion pour le football et la moto, Wazir participait souvent à des programmes spirituels chez des amis à Vallée-Pitot. D’ailleurs, les réseaux sociaux sont inondés de messages rendant hommage à un jeune homme parti trop tôt sans laisser de dernier mot. Présents sur place, ses amis nous disent : « Wazir ti ene extra bon garson sa ek li ti ene excellent footballeur. Zamé ou pou tann li koz ban kozé deplasé lor terrain ni lor simé. » Entre deux sanglots, sa maman nous dit : « Allah bizin done moi kouraz pou mo sirmonte sa doulerr la. Li pa fasil pour ene mama perdi ene garson 18 ans dan ene sirkonstans trazik koumsa. Mé nou ena konfians dan Allah so plan. »

Soulignons que Wazir Korimbaccus était le benjamin d’une fratrie de trois enfants. Ses funérailles ont eu lieu mardi devant une foule de proches et amis venus lui rendre un dernier hommage. Qu’Allah lui accorde le Jannat-ul-Firdaus.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

L’accusation provisoire rayée : Shamshir Mukoon, sera-t-il réintégré au CEB ?

Une question est sur les lèvres de nombreux Mauriciens : le Central Electricity Board (CEB), …