vendredi , 18 août 2017
Accueil / People / Zubeida Ismael Salajee, Senior Attorney « J’étais surprise quand j’ai appris la nouvelle »
salajee

Zubeida Ismael Salajee, Senior Attorney « J’étais surprise quand j’ai appris la nouvelle »

Contente et fière. Telle est la réaction à chaud de l’avouée Zubeida Ismael Salajee décrit ses ressentis à sa nomination au poste de Senior Attorney. Elle se dit reconnaissante au chef juge et aux Senior Attroneys qui ont recommandé son nom. Rencontre…« J’avais appris la nouvelle un mois de cela. J’étais surprise car je ne m’y attendais pas vraiment. En même temps, je me suis dit que la décision peut changer en un mois. Mais, elle n’a pas changé. Je tiens à remercier le chef juge, ainsi que les Senior Attorneys qui ont recommandé mon nom », dit-elle. Elle a une pensée spéciale pour ses défunts parents, Ismael Salajee plus connu sous le nom de Nalla et Sara Bibi Looch. « Mes parents m’ont toujours soutenue dans tout cew que j’entreprends. Aujourd’hui, je suis triste qu’ils ne soient plus là pour témoigner mon évolution professionnelle et partager ce moment de bonheur avec moi. C’est quand même le fruit d’un travail acharné », laisse-t-elle entendre.
Zubeida Ismael Salajee avance que son accession au rang de Senior Attorney n’est pas une fin en soi car le travail initié auparavant continuera. « J’apprends toujours et j’espère continuer sur la même voie. Cependant, à partir de maintenant, je ne pourrai me permettre de faire des erreurs. Et je serai toujours à la disponibilité des jeunes », indique la nouvelle Senior Attorney. Par ailleurs, notre interlocutrice souhaite que le métier d’avoué soit reconnu à sa juste valeur dans la société et qu’il soit un peu plus reconnu pour sa contribution dans le domaine légal.

Qui est Zubeida Ismael Salajee ?

Zubeida Ismael Salajee est originaire de Mahebourg. Après des études là l’école primaire de l’endroit, elle entame des études secondaires au collège Lorette de Mahebourg, puis au collège Lorette de Curepipe. Après le HSC, elle prend de l’emploi chez l’avoué Osman Abbasakoor. « Osman Abbasakoor était un ami de la famille. Il m’a proposé de le rejoindre après les études et j’ai accepté. D’ailleurs, mon père exerçait aussi comme clerc d’avoué à Mahébourg. Donc, j’ai en quelque sorte marché sur ses traces », affirme Zubeida Salajee.

Parallèlement, elle prend des leçons pour se professionnaliser dans le domaine légal. « J’ai une pensée spéciale pour mes proches, Monsieur et Madame Farouk Khatib, deux habitants de la capitale qui m’hébergeaient quand je prenais des leçons. Finalement, j’ai réussi aux examens intermédiaires en 1984 et aux examens finaux en 1986. J’ai été classé première aux examens intermédiaires. Pour les examens finaux, j’ai reçu les félicitations des membres du jury », précise-t-elle. En mars 1987, elle prête serment comme avouée, après cinq années d’articleship. Notre interlocutrice précise que le rôle d’un clerc d’avoué consiste à se rendre à la poste, accueillir les clients, dactylographier, prendre note et retranscrire, entre autres.

Zubeida Salajee dit conserver de bons souvenirs de son parcours car elle a vécu toutes les difficultés du métier, débutant comme stagiaire, en passant par le poste de clerc d’avoué pour finalement devenir avouée. « A notre époque, il n’y avait aucune étude pour la formation de jeunes avoués. Aujourd’hui, les jeunes ont plus de facilités car les universités proposent des cours professionnels pour le métier d’avoué. Alors, je peux dire que je suis contente de mon parcours. Chez Osman Abbasakoor, on travaillait beaucoup. On n’avait pas de temps de chômer », avance-t-elle.

Commentaires

A propos de Nasreen Mungroo-Keramuth

Ceci peut vous intéresser

ELIAS ASSENALLY

Elias Assenally, pêcheur : à 84 ans, il travaille pour gagner sa vie

Depuis son enfance, Elias Assenally n’a fait que côtoyer la mer. Il est toujours fasciné  …