lundi , 17 juin 2019
Accueil / Actualités / Yahya Paraouty : «Le niveau de l’éducation régresse»
Yahya Paraouty

Yahya Paraouty : «Le niveau de l’éducation régresse»

Lors d’une conférence de presse à la municipalité de Port-Louis ce samedi 11 août, le président de l’Association MEDCO and Other Secondary Education Employees (AMSEE), Yahya Paraouty, ne mâche pas ses mots concernant les changements apportés ou que compte introduire le ministère de l’éducation. « Leela Devi Dookun demeure la seule ministre de l’Éducation qui n’accepte pas de nous rencontrer pour écouter nos propositions », s’indigne Yahya Paraouty. 

Le président d’AMSEE a aussi tenu à souligner que son association s’oppose totalement à l’idée d’une «Extension of school hours » qui à son avis, est futile et n’apportera aucun changement positif à l’arrêt de leçons particulières. « Le ministère de l’Éducation est en train de tromper les gens avec la notion de s’éduquer sur la télévision. Les élèves ont besoin d’enseignants en temps réel pour interagir et trouver des réponses à leurs questions », poursuit-il.

Parmi d’autres points soulevés, il fait un appel au Premier ministre, Pravind Jugnauth, d’introduire un système d’impôt progressif sur les salaires de travailleurs touchant plus de Rs 50 000. En outre, il prévient les responsables de certains collèges privés d’éviter « ban dominer sur ban professeurs ». Il a indiqué que s’ils ne respectent pas les droits des enseignants, les membres de l’AMSEE risquent d’initier des manifestations pacifiques devant les collèges. « Je leur demande de travailler pour le bien-être des étudiants et du personnel », dit-il.

Notons que l’association des syndicats milite pour le personnel enseignant et non-enseignant des collèges d’état, privés et confessionnels à travers l’île. Le 5 octobre 2018, AMSEE organisera un forum-débat avec des acteurs de l’éducation à Maurice, à la municipalité de Port-Louis. « L’événement sera centré sur l’avenir de l’éducation de notre pays », annonce-t-il car selon lui le niveau de l’éducation à Maurice a régressé ces dernières années.

Les distinctions dans les matières comme l’anglais et le français, poursuit-il, peuvent « être comptées sur les doigts de la main». « Il est grand temps d’analyser ces failles et de trouver des solutions durables afin de rehausser le niveau d’éducation à Maurice », conclut-il. L’association songe à organiser également des sessions de travail pour les employés des établissements scolaires à mieux connaître leurs droits et les lois du travail.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

mmm

Paul Bérenger : «Un budget électoraliste»

Le budget présenté par Pravind Jugnauth le lundi 10 juin serait une tentative d’amadouer la …