samedi , 16 novembre 2019
Accueil / Actualités / Xavier-Luc Duval met en garde contre le projet Safe City
Xavier-Luc Duval

Xavier-Luc Duval met en garde contre le projet Safe City

Un article intitulé ‘The Surveillance State’ paru récemment dans le magazine britannique, The Economist, a convaincu le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, que le projet de surveillance Safe City peut être détourné de son objectif premier et être utilisé de façon abusive.

Selon le leader de l’opposition, ledit article vient démontrer que dans la province de Xinjiang en Chine, des caméras CCTV intelligentes sont utilisées pour brimer les libertés politiques et individuelles.

Faisant alors une vigoureuse mise en garde contre toute dérive sécuritaire, Xavier-Luc Duval, a attiré l’attention sur le fait que les caméras CCTV intelligentes dans la province chinoise ont été installées par la firme Huawei, la même qui épaule Mauritius Telecom pour le projet de vidéo surveillance Safe City.

« En Chine, on utilise des caméras CCTV intelligentes pour terroriser des personnes dans les régions où il y a des dissensions. C’est la même firme, Huawei, qui s’occupe du Safe City Project. Cela montre le danger du projet, » a-t-il lancé.

Pour Xavier-Luc Duval, les appareils de surveillance téléphoniques existent déjà pour des raisons de sécurité, mais sont utilisés sur des hommes politiques et journalistes. « Nous allons prendre quelque chose qui est à la base du contrôle de la sécurité mais qui au final contrôlera la politique et limitera les libertés. L’Economist tire la sonnette d’alarme pour ne pas suivre l’exemple de Xinjiang», dit-il. À son avis, le projet de Safe City pourrait représenter un danger plus grand encore que la carte d’identité biométrique.

Dans un autre ordre d’idées, Xavier-Luc Duval a expliqué la présence à la Place d’Armes du député Salim Abbas-Mamode, samedi dernier pour dissiper tout malentendu. « Il a eu l’occasion de m’expliquer les circonstances de tout cela. Il était à la conférence de presse du PMSD et après il a été récupérer un colis à la poste. En sortant, il a rencontré quelques imams et il a été interrogé par un journaliste de Channel News. ». XLD a tenu à préciser que la manifestation n’avait pas encore commencé et que la question posée ne portait pas sur la marche LGBT, mais sur des propos jugés blasphématoires publiés sur Facebook. Il a néanmoins concédé que les propos du député ont pu prêter à confusion « Il faut toutefois avouer que sa façon de s’exprimer peut prêter à confusion. Il s’est exprimé sur sa religion et il est regrettable qu’il n’ait pas ajouté qu’au niveau du travail, il travaille pour tous les Mauriciens,» a expliqué le leader des bleus.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

121119_depute2_3

Circonscriptions Nos 2 et 3 : la parole aux élus

Dans les circonscriptions Nos 2 et 3, ce sont les candidats du MMM et de …