mardi , 23 juillet 2019
Accueil / Actualités / La vie ne lui a pas fait de cadeaux : Nasser, ex-coiffeur, veut assurer l’avenir de sa famille
Nasser

La vie ne lui a pas fait de cadeaux : Nasser, ex-coiffeur, veut assurer l’avenir de sa famille

Nasser Moosaheb, 53 ans, habite Camp-de-Masque. Il est veuf, père de deux enfants et grand-père de trois petits-enfants. Dans le quartier de Plaine-Verte, tout le monde le connaît, car il fait partie des anciens coiffeurs du quartier. En 1978, alors âgé de 12 ans, il s’est initié au métier de coiffeur dans le salon de coiffure de Raffick, situé à la rue Triangle, à Plaine-Verte. Nasser y est resté fidèle jusqu’en 2014, année qui a vu sa vie basculer à tout jamais.

En effet, c’est en 2014, que suite à des problèmes cardiaques, il a dû subir un bypass. Et comme un malheur ne vient jamais seul, il a eu une nouvelle fois des problèmes de santé, quelques mois à peine après son intervention chirurgicale au cœur. Nasser a subi une amputation de la jambe droite. Lui, qui a toujours subvenu à ses besoins et à ceux de sa famille à la sueur de son front, dépend aujourd’hui d’une pension d’invalidité.

Quelques mois avant ses malheurs, Nasser a perdu son épouse, décédée suite à des problèmes de santé.  Sa fille âgée de 31 ans, séparée de son époux, vit avec son père en compagnie de ses trois enfants âgés de 4, 5 et 13 ans respectivement. Du coup, Nasser se retrouve confronté à la dure réalité quotidienne de la vie. « Ma fille dépend d’une allocation sociale et moi de ma pension d’invalidité. Il est très difficile pour nous de subvenir à tous nos besoins », dit-il. L’avenir de sa fille et celui de ses trois enfants s’annoncent sombres, surtout quand il ne sera plus là. De plus, pour ne pas arranger les choses, il a un fils qui est actuellement en prison et qui lui cause beaucoup d’ennuis.

Nasser souhaite obtenir des matériaux de construction pour bâtir une maison pour sa fille et ses petits-enfants afin de les mettre à l’abri. Il voudrait aussi avoir des denrées et des fournitures scolaires pour ses petits-enfants.

Wahida Didally, la présidente de l’ONG Alishaan for Disabled and Charitable Association, nous explique que  l’association, qui œuvre en faveur des personnes handicapées, apporte de temps en temps son aide et son soutien à Nasser. Elle souhaite que ce dernier et sa famille puissent obtenir davantage d’aide pour leur rendre la vie meilleure.

Toutes les personnes qui souhaitent venir en aide d’une quelconque manière à Nasser peuvent le contacter directement sur le 5722 7766.

Commentaires

A propos de Reshad Toorab

Ceci peut vous intéresser

Ameen et Bibi Tahera Sheik Heerah

Ameen et Bibi Tahera Sheik Heerah : «Nous fine faire boucoup sacrifices pou alle accomplir hadj»

Le hadj, un des cinq piliers de l’islam, est obligatoire au moins une fois dans …