samedi , 22 juillet 2017
Accueil / Reportage / Vie conjugale : 2500 cas de demandes de divorce par an
100717_divorce4

Vie conjugale : 2500 cas de demandes de divorce par an

La vie conjugale à Maurice se détériore davantage. Chaque année, la Cour suprême enregistre environ 2 500 nouveaux cas de divorce et une moyenne de 2 000 cas sont validés. Pour en savoir les causes, STAR s’est tourné vers des travailleurs sociaux et un sociologue.

Selon l’Annual Report of the Judiciary 2016, le nombre de pétitions de divorce déposées a augmenté de 5% pour passer à 2 681 en 2016 contre 2 556 en 2015. Généralement, ce sont majoritairement les femmes qui font des demandes de divorce. En 2016, c’était 46% (838) contre 29% (534) des hommes et le reste de 468 sont des demandes conjointes.

Le nombre de cas de divorce prononcé par la Cour suprême est de 1 494 en 2013, 2 175 en 2014, 2 097 en 2015 et 1 840 en 2016. Des 1 840, 636 n’ont pas d’enfant, 576 ont un enfant, 463 (2 enfants), 139 (3 enfants), 23 (4 enfants), 5 (5 enfants) et 2 (plus de 6 enfants). Par ailleurs, dans 368 cas, la durée de mariage est jusqu’à 5 ans, 486 cas (entre 10 et 14 ans), 390 cas (entre 15 et 19 ans), 170 cas (entre 20 et 24 ans), 88 cas (entre 25 et 29 ans) et 71 cas (30 ans et plus).

Les 6 causes principales

Allia Sayed Hossen-Gooljur, qui détient un diplôme en études sociales et une maîtrise en développement social, avance six causes de divorce.

Non-préparation au mariage

Notre interlocutrice indique que bien souvent, les jeunes débutent la vie conjugale sans aucune préparation concernant la vie à deux. Ils ne sont pas préparés matériellement, psychologiquement et spirituellement. On met plus d’importance sur l’organisation de l’évènement.

Concilier exigences professionnelles et vie de famille

Elle observe que davantage de femmes qui travaillent éprouvent des difficultés à concilier obligations professionnelles et vie familiale.  « Auparavant, on vivait au sein d’une famille élargie et la femme qui travaille pouvait compter sur ses parents pour s’occuper de ses enfants ou l’aider en cas de force majeure.  Aujourd’hui, la situation a changé.  La plupart des familles sont composées du père, de la mère et des enfants seulement.  Cette situation donne lieu à beaucoup de conflits au sein du couple surtout si la femme doit travailler jusqu’à fort tard.  Des couples arrivent à trouver des solutions tandis que d’autres n’arrivent pas à gérer jusqu’à ce qu’ils finissent par divorcer », fait-elle ressortir.

Tâches multiples pour les femmes

L’autre source de problème, selon Allia Sayed Hossen-Gooljur, c’est une répartition injuste des travaux domestiques au sein des familles.  « En intégrant le marché du travail, les femmes n’ont pas délaissé pour autant leurs tâches domestiques.  En sus du travail, elles doivent s’occuper des enfants, prendre soin des parents et beaux-parents surtout s’ils sont alités.  Sa responsabilité a même augmenté car très souvent elles sont appelées à assumer les tâches autrefois assurées par les hommes telles que faire les courses, accompagner les enfants à l’école, chez le médecin, aux cours », explique-t-elle. Les femmes assument tous ces rôles tandis que les hommes les font rarement.  « Beaucoup d’hommes ne se rendent pas compte qu’ils ont plusieurs rôles en tant que mari, père et salarié. C’est tout naturellement que certains hommes qui reviennent du travail déclarent à leurs femmes salariées qui demandent de l’aide pour les travaux domestiques « Tu ne vois pas que je suis fatigué ».  Il faut aussi ajouter  qu’il y a des belles-mères qui ne voient pas d’un bon œil que leurs fils aident leurs épouses à la maison.  Et cette situation est cause de beaucoup de tensions au sein des couples », déplore-t-elle.

Violence domestique

Le divorce, soutient-elle, est également le résultat de la violence domestique : «  Certaines femmes vivent avec des conjoints violents.  En effet,  pour beaucoup des femmes la maison est le lieu le plus dangereux qui soit.  Il y a des femmes qui subissent des atrocités et sont obligées de rompre le lien conjugal pour ne pas  se faire tuer », dit-elle encore.

Infidélité au sein du couple

D’après Allia Sayed Hossen-Gooljur, le nombre croissant de cas d’infidélité est une cause importante du divorce : « Ces cas d’infidélité qui affectent les maris aussi bien que les femmes mariées sont souvent  cause de divorce. »

Ingérence des beaux-parents

Beaucoup de mariages se brisent, à cause de l’ingérence des beaux-parents que ce soit du côté du mari ou de l’épouse.  « D’un côté, il y a des mères qui acceptent difficilement que le fils a une autre personne dans sa vie.  Elles s’immiscent dans la vie du couple à tel point que le mariage finit par se briser.  De l’autre côté, des mamans qui, au moindre problème au sein du couple, au lieu d’encourager les conjoints à trouver des solutions, les poussent  à rompre leur mariage surtout si la fille travaille », dit-elle.

Épouses possessives

Allia Sayed Hossen-Gooljur évoque des cas où les épouses sont très possessives et ne veulent pas que leur époux s’occupe de ses parents surtout de sa maman.  Cette situation, poursuit-elle, est souvent cause de graves conflits au sein des couples. « Seul le mari qui a une grande maturité arrive à gérer les deux femmes les plus importantes de sa vie, celle qui lui a donné la vie (sa maman) et celle qui donne la vie à ses enfants (son épouse) », estime-t-elle.

Les cas de divorce

100717_divorce

Nombre de divorces prononcés

100717_divorce1

Durée de vie commune

100717_divorce2

Nombre d’enfants

100717_divorce3

Les solutions

Cours de préparation au mariage

Allia Sayed Hossen-Gooljur est d’avis qu’il est absolument nécessaire que des cours de préparation au mariage soient obligatoires avant la célébration d’un mariage comme c’est le cas chez les Chrétiens.  L’homme et la femme doivent être présents pour suivre ces cours.  Ces cours doivent être dispensés par des professionnels. à son avis, il est important d’organiser des cours pour des personnes mariées également car beaucoup de couples mariés font face à des défis.

Préparation spirituelle

Selon notre interlocutrice, la préparation spirituelle doit être la partie la plus importante en vue de réussir sa  vie  de couple. « Les gens passent beaucoup de temps à chercher une jolie salle pour la célébration d’un mariage, à faire des achats des vêtements pour le grand jour, à organiser le dîner. Mais, il est très important de chercher la bénédiction de Dieu pour que le mariage réussisse.  Les fiancés et leurs proches doivent se réunir et prier ensemble pour le succès du mariage car comme l’a dit le prophète Muhammad ( pssl) ‘la prière est l’arme du croyant’ », explique-t-elle.

Rôle des hommes religieux

Les hommes religieux doivent informer les gens sur les règles du mariage, de la polygamie et du divorce.  Ils doivent parler des thèmes tels que la violence domestique, les conséquences de l’infidélité sur la vie du couple, le rôle des beaux-parents, la responsabilité de l’homme et de la femme envers leurs parents respectifs. Ils doivent les sensibiliser sur l’énorme responsabilité qu’ils prennent quand ils décident de se marier car le mariage musulman n’est pas une banalité mais un engagement devant Dieu.

Ahmad Rechard Bassa, travailleur social : «Le divorce peut être évité»

100717_ahmadAhmad Rechard Bassa, travailleur social, est d’avis que dans la grosse majorité de cas, le divorce est évitable. D’abord, il ne faut jamais céder aux ruses (waswasa) de Shaytaan. Ensuite, dans des cas aggravés, il faut consulter une personne sage qui connaît bien la religion, pour agir comme médiateur d’une façon neutre. « Une fois qu’une dcision est prise, le couple doit l’accepter. Pour contrer ce problème à long terme, les dames aussi bien que les hommes peuvent s’enregistrer à des formations familiales pour mieux gérer leur vie de couple », suggère-t-il. Notre interlocuteur évoque aussi la jalousie, le manque de confiance en votre partenaire, une langue de vipère comme des raisons de divorce. La gestion de la colère, selon lui, peut être d’une grande aide pour les couples qui ont des problèmes relationnels. «  En islam, il est recommandé de s’éloigner de votre conjoint quand il ou elle est en colère. Rester devant lui peut aggraver la situation. La gestion de la colère peut être d’une grande aide pour les couples qui ont des problèmes relationnels, » fait-il  ressortir.

Pavi Ramhota, sociologue : «Le divorce, presqu’une banalité»

100717_paviLe sociologue Pavi Ramhota constate que le divorce est devenu monnaie courante à Maurice. Il est presqu’une banalité. Il se demande si ce n’est pas la conséquence d’un arsenal de lois. « Si un conjoint a frappé sa femme dans un moment de colère, celle-ci va consigner une déposition à la police et leur relation ca s’envenimer. Aussi, l’homme se retrouve souvent dans une situation où il tarde pour se réconcilier avec sa femme. Des fois, les conjoints vont retrouver le support moral au travail. Ce qui donne naissance à une relation extraconjugale. Tout commence par une chose banale mais s’empire au fil du temps », explique-t-il.  L’autre facteur déterminant, selon lui, est l’utilisation d’un langage abusif. « Souvent, c’est un langage violent ou même la violence physique. Il faut savoir maîtriser sa langue pour ne pas envenimer les choses », fait-il ressortir. Le sociologue conseille de prendre en compte les critères de compatibilité avant d’aller plus loin. « Il faut parler et s’ouvrir. Les amants prennent des décisions hâtives. Des fois, ils n’accordent pas de l’importance aux  conseils de grandes personnes qui ont plus d’expérience. Ils prennent des décisions sur un coup de tête prenant seulement le facteur de beauté en considération. Il faut être réaliste, car c’est une décision pour la vie. Il faut être très prudent, » conclut-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

140717_masjid

Masjid Aisha, Souillac : un centre pour les jeunes envisagé

Le nom de la masjid Aisha (RA), rue  Chaline à Souillac  n’est pas le fruit …