mardi , 23 juillet 2019
Accueil / Actualités / Victime d’un accident de la route : Noorani rend l’âme après deux mois
Noorani

Victime d’un accident de la route : Noorani rend l’âme après deux mois

Ahmad Noorani Salauroo, 50 ans, marié et père de deux enfants, a poussé son dernier soupir le dimanche19 janvier 2019 sur son lit d’hôpital. L’ex-employé municipal  avait été victime d’un accident de la route le 3 novembre 2018 et a mené un long combat pour sa survie. Malheureusement le destin en a décidé autrement pour lui. 

L’accident s’est produit à la rue Lapotaire à Port Luis. Noorani et son oncle Yousouf Mookeea, 61 ans, se trouvaient sur le trottoir devant leur domicile quand une voiture, conduite par un chauffeur en état d’ivresse,  est venu les percuter de plein fouet. Les deux victimes avaient été transportées d’urgence à l’hôpital Dr A.G. Jeetoo pour recevoir des soins.  Noorani, qui s’était retrouvé coincé sous la voiture, avait eu les deux pieds écrabouillés, le bassin écrasé et souffrait aussi de multiples blessures. Il a subi plusieurs opérations chirurgicales. Son état de santé était jugé préoccupant et il se trouvait à l’unité des soins intensifs de l’hôpital. Son oncle a eu plus de chance et a obtenu sa décharge de l’hôpital après que ses pieds ont été plâtrés.

Le conducteur, un infirmier de 34 ans, avait perdu le contrôle de sa voiture qui avait heurté un pylône électrique avant de percuter les victimes.  Il avait été conduit au poste de police  où il avait été testé positif à l’alcootest. Arrêté sous une charge provisoire d’avoir infligé « involuntary wounds and blows by imprudence », avec le décès de Noorani il a été une nouvelle fois arrêté et répondra cette fois d’une charge d’homicide involontaire. L’enquête se poursuit. Les proches de Noorani réclament justice et ne comptent pas rester les bras croisés.

Considéré comme quelqu’un qui travaillait dur pour subvenir aux besoins de sa famille, Noorani laisse derrière lui sa veuve et deux enfants. Son fils devait se marier en mars prochain mais a dû renvoyer le mariage à une date ultérieure. Noorani travaillait depuis 12 ans comme éboueur à la municipalité de Port-Louis et exerçait aussi comme ‘bandari’ après ses heures de travail. « Nous souhaitons que la cour soit très sévère contre ce chauffeur. Par sa faute, j’ai perdu mon époux et mes fils leur père. Sa kalité dimoune la c’est ene criminel et li bizin dans prison sa », nous dit Bilkis, la veuve de Noorani.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Ameen et Bibi Tahera Sheik Heerah

Ameen et Bibi Tahera Sheik Heerah : «Nous fine faire boucoup sacrifices pou alle accomplir hadj»

Le hadj, un des cinq piliers de l’islam, est obligatoire au moins une fois dans …