dimanche , 19 novembre 2017
Accueil / Société / Veuve et mère de deux enfants – Parweza interdite de vendre des gâteaux sur le trottoir
parweza

Veuve et mère de deux enfants – Parweza interdite de vendre des gâteaux sur le trottoir

Parweza Salaman, 37 ans, veuve et mère de 2 enfants, ne sait plus à quelle porte frapper après avoir été chas­sée du trottoir où elle vendait des gâteaux. Opérée d’un cancer du sein, elle doit se rendre quatre fois par mois à l’hôpital Victoria.Les larmes aux yeux, la veuve nous raconte ses tribulations et ses peines de mère de famille qui ne peut continuer à voir souffrir ses enfants. Opérée d’un cancer du sein en 2015, elle en garde des séquelles physiques et psychologiques. Très éprouvée, et affaiblie par les traitements post-opératoires, elle est cependant obligée de travailler pour faire vivre sa famille. Pour ajouter à ses malheurs, elle a été chassée du trottoir où elle travaillait. Seule pour subvenir aux besoins de ses enfants depuis le décès de son mari il y a six ans, elle a aussi à sa charge son père qui est également de santé précaire.

Avec sa pension de veuve de Rs 5 000, il lui est difficile de joindre les deux bouts vu que le montant de son loyer seul s’élève à Rs 3 000. Les factures d’électricité et de l’eau plombent également son budget puisqu’elles se montent à Rs 1000. C’est à peine s’il lui reste une centaine de roupies pour acheter les provisions de bouche. En outre, elle doit aussi trouver de l’argent pour couvrir ses frais de transport par autobus puisqu’elle doit se rendre à l’hôpital Victoria quatre fois par mois pour des sessions de chimiothérapie et pour subir des examens radiologiques. Sans compter l’achat de médicaments indisponibles à l’hôpital.

Pension de maladie

Pour faire bouillir la marmite familiale, elle vendait des gâteaux à la rue Magon à Plaine Verte à côté du supermarché Dream Price. Son tricycle a été enlevé. En 3 occasions les inspecteurs municipaux l’ont verbalisée. Heureusement pour elle, le bon sens a prévalu et elle n’a pas eu à payer les amendes. Sans vouloir contester les décisions de la mairie, Parweza souhaite que son cas soit traité différemment. Elle se met debout péniblement, surtout après les sessions de chimiothérapie. Mais habitée d’une foi inébranlable, elle prend son courage à deux mains et fait front. Elle a entamé des démarches auprès de la Sécurité sociale pour recevoir une pension de maladie mais sa demande a été rejetée par le ministère vu qu’elle touche déjà une pension de veuve.

Pour continuer à payer son loyer et s’acheter les denrées de base, elle n’a que son tricycle pour gagner sa vie. C’est son gagne-pain. « Malgré mo maladie mo pousse mo tricycle dans soleil pou vanne gâteaux», nous confie-t-elle les larmes aux yeux. Le coeur gros, la pauvre mère nous regarde sans pouvoir dire un mot. Puis, ayant repris son souffle, elle nous dit : « Tous la porte fine fermé. Mo fine arrive ene stage cotte mo pas conné ki pou faire avec mo la vie ». Elle veut travailler pour ne pas tomber dans la mendicité. « Mo ène femme qui éna courage et mo éna la foi dans mo Créateur. Mo faire mo namaz mo demande avec Li même pou ki Li trouve ene solution à mo problèmes », nous dit encore Parweza qui ne compte pas baisser les bras. Elle est certaine que les autorités vont revoir son dossier sur une base humanitaire afin de lui permettre de continuer à travailler et vivre encore quelques années dans la dignité. « Mo pas conné encore combien temps mo pou vive. Chaque mois mo bizin faire injection bien puissant pou empêche cancer-là progressé. Mo demande zotte laisse-moi gagne mo la vie tranquillement », dit-elle encore.

Si vous désirez rendre visite à Parweza Salaman, vous pouvez l’appeler sur le 57038146. Elle souhaite que son histoire soit connue de la population pour qu’on comprenne la souffrance d’une femme cancéreuse.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Moudaccir

Appel de l’aide : Moudaccir était tombé d’un échafaudage

Assumer le rôle de chef de famille est sans doute une grande responsabilité. Muhammad Moudaccir …