jeudi , 23 novembre 2017
Accueil / Actualités / Umrah– nouvelles compagnies aériennes : la concurrence de plus en plus rude
161017_pelerinage

Umrah– nouvelles compagnies aériennes : la concurrence de plus en plus rude

Le Hadj, cinquième pilier de l’islam, n’est pas l’unique voyage spirituel prisé des musulmans. Le marché du petit pèlerinage (umrah) a connu une évolution ces dernières années. Avec l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes à Maurice, la concurrence s’est accrue dans ce secteur. Tour d’horizon.

De plus en plus de Mauriciens de foi musulmane effectuent l’umrah chaque année. Le nombre de pèlerins a connu une hausse et il se chiffre entre 6000 et 8000 par an. Si le marché du petit pèlerinage a connu une évolution par rapport aux années précédentes avec un nombre grandissant d’opérateurs, l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes, à l’instar de Turkish Airlines en 2015 et Saudi Airlines cette année, a également eu un impact sur la concurrence dans cette industrie. Pour Nasser Anowar, directeur de l’agence Green Travel et consultant accrédité de l’International Air Transportation Association (IATA), l’arrivée de ces compagnies d’aviation ne peut qu’être bénéfique pour le marché. « Au départ, Air Mauritius et Emirates s’assuraient du transport des pèlerins. Par la suite, Emirates s’est taillé la part du marché. L’arrivée de Turkish Airlines qui dessert l’île Maurice depuis 2015 a, en quelque sorte, brisé ce monopole. Et désormais, avec Saudi Airlines, cela est devenu plus intéressant encore pour les pèlerins car cette ligne propose des vols directs de Maurice à Jeddah », nous dit Nasser Anowar.

Des prix compétitifs

Les nouvelles compagnies aériennes ont apporté un certain équilibre sur le marché du pèlerinage et ce sont les pèlerins qui auront le plus à bénéficier. Car avec la concurrence qui s’est accrue dans ce secteur, les compagnies ont dû revoir leur stratégie et ainsi proposer des prix compétitifs à leurs clients. Ashraf Ali de l’agence Umrah Ashraf se réjouit de l’apport des deux dernières arrivées –Turkish Airlines et Saudi Airlines – car avec ces deux nouvelles compagnies, il dit pouvoir proposer des forfaits (packages) plus attrayants et moins chers à ses clients. « L’impact immédiat de l’arrivée de ces compagnies est que la compétition s’est intensifiée et nous avons pu bénéficier des prix de billets très compétitifs. À titre d’exemple, Saudi Airlines propose aujourd’hui des billets de groupe à Rs 26, 000 par personne. Il est évident qu’avec un tarif aussi bas, nous avons la possibilité de travailler sur des forfaits très intéressants », soutient ce dernier. Il ajoute que désormais beaucoup plus de personnes pourront se permettre d’aller accomplir l’umrah.

Même son de cloche du côté de l’agence Kaafila Travel où le responsable Iqbal Elahee estime qu’avec la concurrence, les compagnies n’ont d’autre choix que de proposer des billets à des prix compétitifs. « Il y a quelques années, durant les périodes de pointe, soit en novembre et décembre, le prix des billets pour l’umrah était exorbitant. Depuis l’arrivée de Turkish Airlines et Saudi Airlines, il y a eu une baisse du prix. Aujourd’hui, on peut proposer un forfait très intéressant à nos clients à moins de Rs 50,000 », laisse-t-il entendre. Parallèlement, Nasser Anowar indique aussi que les clients ont plus de choix et son agence travaille sur une variété de forfaits avec chaque compagnie desservant cette ligne.

Se démarquer du lot

Si le prix est un facteur déterminant pour faire face à la concurrence, les compagnies aériennes séduisent également à travers d’autres stratégies. Selon Ajmal Tincowree, Agency Manager de Shamal Travels, les escales d’une ligne aérienne peuvent influencer le choix des pèlerins. « Il y a des pèlerins qui préfèrent des vols directs. Auparavant, cela n’était pas possible car Air Mauritius transite par Nairobi et Emirates par Dubaï. Désormais, Saudi Airlines propose des vols directs avec des options d’étendre le séjour après l’umrah », indique-t-il. De son côté, Nasser Anowar laisse entendre que plusieurs pèlerins aiment visiter d’autres endroits avant ou après leur pèlerinage à La Mecque et les compagnies d’aviation à Maurice proposent différentes destinations. « Emirates transite par la Jordanie pour ceux qui souhaitent se rendre en Palestine. Mais cela est relativement stressant car il y a de longues heures d’attente à la frontière. Turkish Airlines se pose lui à Tel Aviv ce qui rend l’accès à Jérusalem plus facile », fait-il ressortir.

Iqbal Elahee ajoute, pour sa part, que plusieurs Mauriciens peuvent maintenant visiter des endroits qui étaient longtemps inaccessibles pour eux. « Comme Turkish Airlines propose aussi de passer par Istanbul, les Mauriciens peuvent visiter cette capitale où il y a énormément de choses à découvrir », dit-il. Par ailleurs, le confort joue également un rôle essentiel dans le choix des clients. Selon Ashraf Ali, Emirates propose son A380 qui est plus spacieux et confortable pour ce trajet. « Turkish Airlines et Saudi Airlines utilisent des avions relativement plus petits mais très souvent, les clients préfèrent faire des économies au lieu de chercher le confort et le luxe », dit-il. Il ajoute également que face à la concurrence, les compagnies ont dû s’aligner sur les stratégies des concurrents. « Auparavant, Emirates proposait aux voyageurs le transport d’un seul bagage de 30 kg. Turkish Airlines s’est démarqué en proposant aux voyageurs de transporter gratuitement deux bagages de 23 kg. Dorénavant, c’est le cas pour les autres compagnies dans le cadre du pèlerinage », souligne-t-il.


2000 riyals additionnels pour l’octroi de visas

Depuis cette semaine, les autorités saoudiennes ont annoncé une nouvelle mesure pour l’octroi de visas pour l’umrah. Celle-ci concerne les personnes qui ont déjà accompli le petit pèlerinage mais qui souhaitent encore faire ce voyage spirituel. Ainsi, elles devront encourir des frais additionnels de 2000 riyals, soit environ Rs 20,000 pour l’octroi de leurs visas ou elles devront attendre une période de deux ans pour pouvoir à nouveau aller en terre sainte. Annoncé dans un premier temps en 2016, le ministère du Hadj en Arabie saoudite avait fait marche arrière à la suite de nombreuses requêtes des opérateurs à travers le monde. Selon plusieurs articles de presse en Arabie saoudite, cette mesure a essentiellement pour but de décourager le « Umrah tourism ».

Pour Iqbal Elahee de Kaafila Travel, cette mesure a eu un très mauvais impact sur le budget des familles mauriciennes qui avaient déjà prévu d’aller accomplir l’umrah cette année. « Nous avons des clients qui ont déjà accompli l’umrah et qui, cette année encore, ont déjà acheté leur billet pour aller en Arabie saoudite. Une somme additionnelle de Rs 20, 000 pour une personne est déjà énorme et nous avons des cas où plusieurs membres d’une famille sont concernés par cette mesure. Ils n’ont pas eu d’autre choix que d’annuler leur voyage. J’ai peur que cette mesure risque de faire chuter le nombre de Mauriciens qui vont accomplir l’umrah », souligne-t-il.

Ajmal Tincowree : «Une personne peut aller accomplir l’umrah seule»

Si dans un passé lointain, les personnes qui désiraient partir accomplir l’umrah devaient le faire en groupe, tel n’est plus le cas depuis quelques années. L’arrivée des nouveaux opérateurs ont permis de démocratiser ce marché. Aussi, les nouvelles compagnies aériennes ont eu un impact sur la concurrence dans cette industrie et ont aussi contribué à faire évoluer le marché de l’umrah.

C’est le constat d’Ajmal Tincowree de Shamal Travels. « Au départ, les voyages pour le petit pèlerinage étaient essentiellement organisés par quelques chefs religieux. Aussi, comme il n’y avait pas d’autres compagnies aériennes, les pèlerins n’avaient pas beaucoup de choix. Avec l’arrivée des nouvelles compagnies d’aviations, une ligne de communication s’est établie avec les clients et un réseau de marketing a été créé pour mettre en avant les produits proposés. Les clients ont ainsi pu prendre connaissance des offres existantes et les divers packages. Ce marché continue d’évoluer et je pense que c’est une bonne chose», souligne Ajmal Tincowree.

Le directeur de Shamal Travels laisse aussi entendre qu’une personne peut aller accomplir l’umrah seule. « Auparavant, il existait la perception qu’il fallait accomplir l’umrah en groupe. C’est certes une bonne chose pour les personnes âgées qui ne désirent pas voyager seules mais si un pèlerin souhaite être libre, il peut aller accomplir l’umrah seul. Pour beaucoup de gens, les voyages spirituels nécessitent une certaine intimité et aujourd’hui nous avons la possibilité de proposer différents types de services à ces personnes », ajoute-t-il.

TVA de 5% dès janvier 2018

Par ailleurs, une autre mesure prise par le gouvernement saoudien et qui aura une incidence conséquente sur le budget des pèlerins, concerne le taux de 5% de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) qui sera en vigueur à partir de janvier 2018. Approuvée par le Saudi Arabia’s Shura Council, cette mesure fiscale sera appliquée sur une grande majorité de produits et services en Arabie saoudite. Nasser Anowar, de l’agence Green Travel, indique que les opérateurs n’auront d’autre choix que de transférer cette marge additionnelle du coût aux clients. « Les hôtels, la nourriture, le transport entre autres vont coûter plus cher. Cela va avoir un impact sur le budget des personnes qui souhaitent aller accomplir l’umrah ou le hadj. Nous allons devoir retravailler les prix et les packages proposés », soutient-il.

Commentaires

A propos de Nuur-Uddin Jandanee

Ceci peut vous intéresser

ABC Foods et Bakers

60 ans de partenariat entre ABC Foods et Bakers

ABC Foods, distributeur exclusif de la marque Bakers à Maurice, a fêté ses 60 années …