samedi , 24 août 2019
Accueil / Actualités / Trois jeunes hafiz dirigent le taraweeh à la Masjid Al-Aqsa
Trois hafiz

Trois jeunes hafiz dirigent le taraweeh à la Masjid Al-Aqsa

La Masjid Al-Aqsa, construite en 1805 à Plaine-Verte, est la toute première mosquée de l’île Maurice. Après plus de deux siècles, la Masjid Al-Aqsa demeure un centre d’éducation islamique par excellence. Trois jeunes hafiz, Mohsin Nujurally, Shiraz Kureembokus et Muhammad Madani, y dirigent le taraweeh cette année. Nous sommes partis à leur rencontre.

Hafiz Shiraz Kureembokus souhaite transformer le système éducatif à Maurice

Hafiz Shiraz Kureembokus Hafiz Shiraz Kureembokus est parmi les rares perles, à Maurice, qui a su équilibrer ses études académiques et son hifz. Connu pour sa voix mélodieuse, Hafiz Shiraz a eu la chance d’officier comme Hafiz en Amérique, en France et en Angleterre. Il est retourné à Maurice après une riche expérience au Madinah Institute aux États-Unis, où il travaillait comme hafiz et Youth Program Developper. Actuellement, il planifie de faire son Ph.D dans une université de renom en Angleterre. Il estime que la seule raison de son succès c’est son attachement au Saint Coran. « Mon Ustad Qari Faqi Ali Noorani m’a tout le temps enseigné que si vous aimez le Quran et vous faites la lecture avec sincérité, vous pourrez atteindre un sommet que personne ne pourra vous imaginer capable», relate-t-il. Toutefois, poursuit-il, il faut toujours avoir le respect pour son Ustad s’il vous a aidé dans votre parcours. Hafiz Shiraz a une grande estime pour le Qari Faqi Ali Noorani. En Amérique, il a eu l’occasion de diriger le taraweeh avec le Sheikh Muhammad Saffar, ancien Imam de la Masjid Quba en Arabie saoudite.

Titulaire d’un MBA en Education and International Development de l’University College de l’Université de Londres, en Angleterre, il enseigne actuellement l’anglais au Islamic College à Plaine-Verte. Il souhaite travailler comme conseiller au ministère de l’Éducation. Pour lui, il reste beaucoup de choses à revoir dans notre système éducatif si on veut devenir un pays à revenu élevé. « J’ai l’impression qu’à Maurice, nous sommes toujours sous ce système d’éducation livresque. Il se peut que le nouveau système ait des retombées électroniques, mais il reste beaucoup à faire. Il nous reste beaucoup à apprendre du système éducatif des pays développés », constate-t-il. Il est d’avis que si les étudiants mauriciens démontrent peu d’intérêt pour l’éducation, c’est parce que nous avons un système d’éducation dépassée. Il propose que notre système d’éducation devienne plus créatif et interactif.

Hafiz Mohsin Nujurally poursuit ses études en Political Administration

Hafiz Mohsin NujurallyHafiz Mohsin Nujurally, président du groupe Jeunes Etudiants Mauriciens (JEM), est retourné à Maurice l’année dernière après ses études à l’université Al Azhar au Caire en Egypte. Mohsin est parmi les rares Hafiz mauriciens à avoir eu la permission (l’ijaaza) des savants Azhari, dont la chaîne de transmission remonte jusqu’au Prophète Muhammad (saw), pour officier comme Hafiz. Le hifz, il l’a appris à la Jummah Masjid avec le Qari Ali Faqih Noorani avant de s’envoler pour l’Égypte pour ses études en Théologie Islamique et Uloom-ush-sharia.

À son retour à Maurice en septembre de l’année dernière, Hafiz Mohsin décide de se mettre au service de son pays et de la communauté musulmane. C’est pour cette raison qu’il poursuit ses études en Political Administration à l’Université de Maurice pour se perfectionner dans la filière sociale.

« Le leadership, pour moi, c’est de donner plus de chances aux autres pour démontrer leurs talents au lieu d’agir comme un one-man show. À travers le social, je veux encourager les jeunes à s’éloigner des fléaux qui rongent notre société. Avec l’aide des volontaires au JEM, ce travail devient possible », nous confie-t-il.

Selon cet ancien élève du collège d’État Sir Abdul Razack Mohamed, si nous voulons une société où il fait bon vivre, nous devons tous nous montrer compatissant envers les personnes désorientées.

« Par exemple, si un jeune est venu à la mosquée sans porter un bonnet, au lieu de porter des préjugés sur lui, on pourra gentiment lui donner des consignes, sans le faroucher », explique Mohsin. Pour lui, la compassion, qui est une qualité importante que nous a enseignée Nabi-e-Kareem (saw), pourra changer beaucoup de choses dans notre société. Hafiz Mohsin estime que nous devons tous prêter main forte pour que le bien l’emporte sur le mal.

Hafiz Muhammad Madani veut former le maximum de hafiz à Maurice

Hafiz Muhammad Madani Hafiz Muhammad Madani est Imam à la Mosquée Al-Aqsa depuis bientôt quatre ans. C’est en 2014 qu’il est venu pour la première fois à Maurice pour diriger le taraweeh à la masjid de Camp-Cavalle. La même année, il a eu l’occasion d’accomplir le namaz Shabinaa à la Masjid Al-Aqsa. Son Qiraat a été tant apprécié des musallis qu’on lui a offert de venir travailler à Maurice à la Masjid Al-Aqsa la même année. Hafiz Madani est un Qari qui pourra faire la récitation du Quran shareef en sept façons. « C’est un grand plaisir de pouvoir lire et écouter le Quran avec une belle voix », dit-il. Même s’il est très apprécié par tout le monde, il ne se contente pas de ce qu’il a appris et ne reste pas les bras croisés. Pour se perfectionner dans la lecture du Coran, il profite chaque année de ses vacances pour aller en Égypte et apprendre personnellement auprès des Qaris égyptiens. « On ne pourra jamais prétendre que nous avons tout appris dans le Quran. C’est une telle merveille qu’on pourra trouver chaque jour de nouvelles choses », estime-t-il.

Hafiz Muhammad Madani est très respecté par les membres du comité de la Masjid Al-Aqsa pour sa régularité et sa dévotion envers les musallis. Fouad Joomratty, membre exécutif  depuis 15 ans, salue l’effort du hafiz Madani pour n’avoir jamais raté le namaz Fajr et ses leçons de Hifz après Maghrib. « Il démontre une régularité exemplaire. Même quand les élèves sont peu nombreux, Hafiz Madani ne s’absente jamais », dit-il. Le hafiz nous confie que sa mission est de former le maximum de hafiz mauriciens avant son départ. « Je conseille toujours à mes amis étrangers qui viennent travailler ici que Maurice n’est pas notre pays et nous devons faire l’effort de quitter de Hafiz-ul-Quran comme héritage », conclut-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Pakistan

72e anniversaire d’indépendance du Pakistan : ambiance empreinte de patriotisme

C’est sous une pluie fine que le haut-commissaire du Pakistan, le Dr Syed Rizwan Ahmed, …