dimanche , 21 janvier 2018
Accueil / Actualités / Triangle amoureux mortel : une Pakistanaise d’origine mauricienne assassinée par son époux
Ambreen Fatima

Triangle amoureux mortel : une Pakistanaise d’origine mauricienne assassinée par son époux

Un triangle amoureux a pris une tournure tragique au Pakistan. En effet, trois employés de l’école privée Rose Petal, la directrice, Ambreen Fatima, son époux Ali Hassan et une enseignante, Sahar Shams, sont les principaux protagonistes de cette histoire qui s’est terminée dans le sang quand Ali Hassan a tué son épouse après avoir épousé Sahar en secondes noces.

Dans un premier temps, Ali Hassan avait fait croire à la police que des voleurs avaient tué la directrice d’école dans la région de Soldier Bazaar le 10 décembre mais deux semaines plus tard, il a avoué être  lui-même le meurtrier.   Il a admis dans sa déposition à la police  avoir fabriqué de toutes pièces l’histoire d’une attaque des bandits pour brouiller les pistes.

Dans sa version des faits, Ali avait, en effet, dit à la police que sa femme et lui faisaient une virée dans la ville et étaient à proximité du poste de police de Soldier Bazaar quand deux hommes armés qui circulaient à bord d’une motocyclette les avaient interceptés et exigé d’eux leurs téléphones portables, de l’argent liquide et d’autres objets de valeur.

Il a prétendu qu’il avait fait un léger mouvement pour leur remettre son téléphone portable mais que les bandits avaient mal interprété ce geste et ont ouvert le feu, tuant sa femme. Dans le cadre de son enquête, la police avait placé en détention provisoire Ali, Sahar Shams et le frère de celui-ci, Balaaj.

Les enquêteurs  ont mis en doute la véracité de l’histoire racontée par Ali quand ils ont relevé des traces noirâtres sur la tempe de la victime.  Ce qui indiquait que la balle avait été tirée à bout portant. Aussi, un appel d’Ali à Sahar et plus tard un autre de Sahar à son frère au cours duquel elle lui a raconté en menus détails le meurtre, ont abouti à l’arrestation d’Ali.

Une proche mauricienne d’Ambreen stupéfaite

Ali était  l’administrateur de l’école où Ambreen, dont la mère est d’origine mauricienne, agissait comme  directrice alors que Sahar était  employée comme enseignante.  Selon la police,  Sahar et Ambreen étaient  très proches l’une de l’autre et malgré cela Sahar et Ali avaient convolé en justes noces secrètement.

Toujours selon la police, Balaaj avait mis la pression sur Ali pour qu’il rende public son second mariage, ce qui a conduit au meurtre de sa première   épouse. Les enquêteurs essaient d’établir si Sahar avait une part de responsabilité dans cette affaire.

Mercredi, la police a arrêté Bilal, un autre frère de Sahar Shams et a récupéré un pistolet utilisé pour le meurtre. Bilal était une nouvelle recrue de la police.

Bien qu’elle occupait un poste clé dans une grande école au Pakistan, Ambreen Fatima, était, selon une de ses proches à Maurice, très amicale et d’une extrême gentillesse. Ambreen Fatima était une habituée de l’île Maurice et avait obtenu un passeport mauricien l’année dernière.

À Maurice, la famille d’Ambreem n’arrive pas à croire qu’Ali Hassan a pu tuer sa femme à cause d’une autre.  « C’est incroyable car je connais les deux très bien. Ambreen et Ali formaient un couple exemplaire », lance notre interlocutrice. « Je ne sais pas  ce qui s’est passé dans la tête d’Ali pour commettre un acte si effroyable. N’a-t-il pas pensé à ses deux enfants? », ajoute-elle.

Selon la dame, qui a requis l’anonymat, Ali Hassan était un ancien joueur de cricket dont la famille est très influente à Karachi. Elle souhaite que justice soit rendue à Ambreen. « Il est vrai que la police a fait une enquête serrée et a pu arrêter les suspects, mais je crains que la famille d’Ali utilise son influence pour le faire relâcher », ajoute-t-elle. Elle demande au gouvernement mauricien et à l’ambassade de Maurice au Pakistan de suivre cette affaire de près, vu qu’Ambreen détenait aussi la nationalité mauricienne.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

160118_anwar

Soins oculaires – Dr Husnoo : «Le traitement au laser permet des interventions pointues»

« On travaille sur le dossier de la construction d’un nouvel hôpital des yeux », a …