mercredi , 24 juillet 2019
Accueil / Reportage / Le tour du mondeà vélo sans le sou : escale du marocain Yassine Ghallam à Maurice
Yassine Ghallam

Le tour du mondeà vélo sans le sou : escale du marocain Yassine Ghallam à Maurice

Vous avez sûrement croisé sur nos routes un homme à vélo avec une dizaine de sacs de couleur jaune attachés sur son cadre et sur son porte-bagages arrière faisant le tour de l’île. Il s’agit de Yassine Ghallame, un jeune Marocain de 32 ans de Casablanca qui a quitté son pays à pied le 27 janvier 2017. Nous l’avons rencontré à la musjid Zeenat -ul -Islam au ward IV où les dirigeants l’ont  autorisé à rester jusqu’à ce qu’il reprenne la route pour partir à la découverte de l’île.

D’emblée, Yassine nous serre la main affectueusement et nous raconte son périple avec un sourire aux lèvres. Le tour du monde à vélo sans un sou, voilà  le défi qu’il s’était lancé. Son objectif ? Montrer que la terre appartient à toute l’humanité et qu’il n’est pas nécessaire d’avoir de l’argent pour faire le tour du monde.

Ce rêve fou a débuté au mois de janvier 2017 à Casablanca à pied et en auto stop jusqu’à Dakar au Sénégal. Après le Sénégal il fait route en direction de la Mauritanie en traversant un désert brûlant où il demeure 6 mois parmi les tribus du désert. En Mauritanie, il tombe malade en buvant du lait de chameau. « C’était très difficile de vivre dans le désert avec la chaleur brûlante du jour et le froid mordant de la nuit ». Pour se nourrir,  il pêche dans un lac et mange du poisson et du riz.  La nuit venue il dort chez les nomades. Sur les routes de l’Afrique il brave tous les dangers et  remet sa vie entre les mains du Créateur.

Un vélo d’occasion

De retour au Sénégal, il se trouve un emploi et avec son premier salaire, il s’achète un vélo d’occasion à 100 dollars. Il quitte Dakar et commence son périple qui l’emmené en Guinée, en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Togo où il attrape la malaria et passe dix jours à l’hôpital dans de mauvaises conditions. Au mois de juin 2017,  il arrive au Nigéria en début de ramadan. Il parcourt 60 kilomètres chaque jour. Son repas du matin est très frugal : de l’orge et du lait que lui offre ses hôtes. Le Nigéria est un grand pays où la circulation est dense. Il est victime d’un grave accident de la route et est hospitalisé. Son vélo est complètement écrabouillé. Après quelques semaines, il trouve un autre emploi et achète un autre vélo. Yassine dira que partout où il séjourne, les gens lui offrent à manger et à boire. Il reprend la route  et arrive au Cameroun.

Sa destination suivante est le Gabon où l’attend  la grande forêt de ce pays  qui est réputée d’abriter des animaux sauvages et des serpents venimeux. Pire que cela il a la malchance de tomber sur une tribu qui n’a pas de religion et qui mange tout ce qui bouge. Yassine nous raconte qu’il a été obligé de manger du serpent, de la chair de crocodile et d’autres animaux sauvages.

Retour en Zambie

Après le Gabon, il met le cap sur le Congo Brazzaville et ensuite sur l’Angola. Après avoir fait le tour de L’Angola, il prend le chemin de la Namibie où en route il tombe nez à nez avec un troupeau d’éléphants et d’autres animaux. Il retourne en Zambie car la Namibie lui refuse un visa d’entrée en Afrique du Sud.

Alors qu’il se reposait dans une mosquée, un homme vient à sa rencontre et lui parle gentiment. Après avoir écouté l’histoire de Yassine, il lui demande son passeport et revient après quelques heures avec un visa d’entrée et de séjour pour l’Afrique du Sud.

Yassine se rend tour à tour au Mozambique, au Swaziland et en Afrique du Sud où il reste durant 4 mois. Au mois de mai 2018, au début du ramadan on lui vole son vélo dansune mosquée à Jeffreys Bay.  Yassine partage son histoire sur face book et instagram intitulée « Cycling around the World ». Une société américaine au nom de Trek, basée en Afrique du Sud, s’y intéresse. Elle lui offre un vélo et un billet d’avion pour Madagascar où  il découvre la pauvreté extrême. Cependant il est accueilli chaleureusement par des gens bienveillants et amicaux. Il passe trois mois dans la Grande Ile où il découvre une culture différente.


Le hadj en 2019

Yassine nous avoue qu’il désire accomplir le hadj et après le Kilimandjaro il prendra la route pour l’Arabie Saoudite pour arriver à temps pour le hadj 2019. Après le hadj, Yassine a l’intention de traverser l’Asie et ensuite  se rendre en Europe avant de visiter les pays de l’autre côté de l’Atlantique. Cela lui prendra 6 années avec les escales pour arriver en Argentine, sa destination finale.
Yassine est en contact avec sa famille grâce à  WhatsApp et partage son expérience sur le réseaux sociaux. Sur Instagram c’est sur Yassine Everest qu’on peut découvrir son exploit.

À travers son action le Marocain veut passer un message  à l’effet que dans la vie il faut toujours être positif,  ne pas s’arrêter aux échecs et ne jamais perdre patience. «Do not stop running to your dreams and everything is possible in life », dit-il.  Pour conclure, Yassine nous dit que faire le tour du monde sans le sou est réalisable si on a une volonté à toute épreuve.

Admirer le Kilimanjaro

Yassine GhallamUn sponsor lui offre un billet pour l’île Maurice où il découvre l’hospitalité mauricienne. Le premier jour après avoir  débarqué ses bagages et s’être remis en selle, il pédale jusqu’à 16ème mille et entame une conversation avec un homme d’origine hindoue qui l’invite chez lui. Yassine y passera 2 nuits.

Il descend dans la capitale et c’est à la musjid Zeenat -Ul -Islam qu’il passe la journée pour se reposer et dormir la nuit. Il n’a pas hésité à enfourcher son vélo et partir à l’assaut de la montagne des Signaux car il voulait tellement admirer le paysage et découvrir la capitale d’en haut. Le lendemain, très tôt il a filé vers le nord du pays en longeant la côte. À Grand-Baie, c’est l’association des commerçants, par l’entremise de Noorani Peermamode, qu’i l’a  accueilli. Il sera logé dans la mosquée de la région. Yassine trouve que les Mauriciens sont gentils et serviables. Tout le monde veut l’aider et on l’accueille avec le sourire. Après l’île Maurice, Yassine retourne à Madagascar. Ensuite il projette de se rendre en Tanzanie où il désire admirer le Kilimandjaro, le plus haut sommet du continent africain.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

petits entrepreneurs

Pour rester à flot : de petits entrepreneurs se tournent vers des créneaux rentables

Les temps sont durs. Les dépenses ménagères grèvent lourdement le  budget familial. Pour augmenter leurs …