mercredi , 13 décembre 2017
Accueil / Actualités / Swadicq Nuthay au sujet de Brexit: «Une récession se profile à l’horizon»
Brexit

Swadicq Nuthay au sujet de Brexit: «Une récession se profile à l’horizon»

Le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne risque d’avoir des répercussions sur Maurice. D’abord, si l’économie britannique tombe en récession et ensuite si les Britanniques ne nous accordent pas d’accès préférentiels. L’économiste Swadicq Nuthay est catégorique : le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne affectera certainement Maurice à plusieurs niveaux.

D’abord, il avance que la chute du livre sterling affectera nos recettes d’exportations vers la Grande-Bretagne. « C’est un facteur direct », dit-il. Puis, il explique que Maurice a des accès préférentiels aux marchés européens et maintenant avec le retrait de la Grande Bretagne de l’UE, Maurice devra entamer de nouvelles négociations. « Bénéficierons-nous d’un même traitement du Royaume Uni ? L’incertitude plane sur les conséquences car nous ne sommes  pas sûrs d’avoir le même traitement », dit-il.

Par ailleurs, Swadicq Nuthay indique que tous les secteurs à Maurice risquent d’être affectés. «Nous exportons plusieurs produits vers l’Angleterre, dont le textile, le thon et le sucre. Que se passera-t-il si le pays nous refuse un accès préférentiel ? Nous ne voulons pas être pessimiste mais il ne faut pas être optimiste non plus », précise-t-il.

Troisièmement, il souligne que le Royaume-Uni lui-même se retrouvera en eaux  troubles. « Personnellement, je prévois une récession en Angleterre. Et une économie en récession aura certainement un impact sur le pouvoir d’achat des Anglais et notamment sur l’import direct et indirect. La situation n’est pas trop brillante pour les Anglais », avance-t-il.

Swadicq Nuthay affirme que notre marge de manœuvre dépend de la façon dont réagira  l’économie britannique. « Si l’économie de la Grande Bretagne tombe en récession, nous nous retrouverons dans une situation difficile. Il faut alors que les opérateurs donnent un coup de main pour contrer les effets indésirables d’une récession. Il ne faut pas oublier qu’Angleterre est notre premier partenaire commercial », conclut-il.

 


 

Pravind Jugnauth: «Des répercussions sur Maurice»

Suite à la décision de la Grande-Bretagne de se retirer de l’UE, le ministre des Finances, Pravind Jugnauth a organisé une séance de travail, le vendredi 24 juin à Port-Louis, avec des membres du secteur privé et du gouvernement.  Selon Pravind Jugnauth, le Brexit aura certainement des répercussions dans le monde et à Maurice. « Le comité a reconnu le fait que le Brexit pourrait affaiblir l’économie britannique dans le moyen terme avec des implications pour quelques secteurs de l’économie mauricienne », dit-il. Toutefois, il estime que la période de transition de deux ans accompagnant le Brexit permettra à Maurice de préserver l’accès préférentiel à ce marché : sans quota ou droit d’accise. Il explique aussi que le poids de la Grande-Bretagne par rapport à la valeur des exportations est passé de 34 %, en 2008, à 12,6 %, en 2015. Les exportations facturées en livres sterling ont chuté à 6 %, en 2015, contre 18 %, en 2008.  à l’issue de cette rencontre, le Joint Public-Private Sector Technical Committee compte poursuivre son évaluation du commerce avec la Grande-Bretagne dans plusieurs secteurs. L’objectif serait d’identifier les aspects de vulnérabilité. Par ailleurs, un comité interministériel a été institué par le Conseil des ministres, pour évaluer des répercussions du Brexit sur l’économie en général.

 


 

Rama Sithanen: «Gardons notre sang-froid»

Rama Sithanen, économiste et ancien ministre des Finances, prévoit des difficultés suite au Brexit. Cependant, il souligne qu’il ne faut pas céder à la panique, car il y a toujours du temps pour réagir. « Nous devons garder notre sang-froid. Nous avons le temps de mener des “scenarios analysis” sur l’accès aux marchés. Des problèmes sont certes à prévoir, même notre secteur sucrier sera affecté. Nous devons prévoir les actions de la Grande-Bretagne et activer la machinerie de la diplomatie économique. Il faut mettre des équipes sur place pour travailler sur des scénarios éventuels », a-t-il déclaré. Et d’ajouter que la diversification de nos marchés touristiques est nécessaire. « Les parlementaires britanniques avancent qu’ils vont essayer de préserver l’accès aux marchés. J’aimerais savoir si l’île Maurice peut aussi en bénéficier si cela s’avère possible », déclare Rama Sithanen.

 


 

Réaction des étudiants en Angleterre

Yousuf Alimohamed

« Le Brexit est un résultat positif pour tous les pays du Commonwealth, d’Australie au Canada, de Maurice et Trinidad. Plus le Royaume-Uni se rapprochait de l’UE, plus il s’éloignait du Commonwealth. Il y avait un malaise invisible sur les échanges avec le Commonwealth, un goulot d’étranglement. En vérité, l’UE a toujours été la moins ouverte et adopte l’approche la plus restrictive et la plus discriminatoire, forçant la Grande-Bretagne à regarder vers l’Europe seulement, plutôt que vers l’extérieur et  le monde entier », avance Yousuf Alimohamed.

Hussein Wahedally

Complétant un doctorat en Angleterre, Hussein Wahedally, explique que le Brexit a des impacts positifs et négatifs. « Nous nous retrouvons dans le même panier que les Européens, en termes d’obligation de visa pour les études et le travail. Mais cela crée un sentiment d’appréhension si les études  comprennent des programmes d’échange avec des universités européennes. Au sujet de la chute de la livre sterling, c’est un soulagement pour les étudiants dont les parents leur envoient de l’argent de Maurice. Cependant, nous pourrons sentir l’instabilité causée par le Brexit dans la société, en raison des incertitudes concernant l’économie. L’incertitude dans le secteur financier et le commerce se fait sentir », explique le jeune homme.  Enfin il explique que le Brexit semble de bon augure pour le long terme. « Si les négociations de Brexit avec l’UE se passent bien, à mon avis, le Royaume-Uni sera en mesure de mettre en œuvre sa propre politique qui lui sera bénéfique financièrement», dit-il.

Commentaires

A propos de Nasreen Mungroo-Keramuth

Ceci peut vous intéresser

négligence médicale alléguée

Négligence médicale alléguée : Farha perd ses jumelles après 8 mois de grossesse

À l’hôpital Dr Jeetoo où on lui a affirmé le mardi 30 novembre que ses …