dimanche , 22 octobre 2017
Accueil / Rencontre / Shehzad Chaumoo, sensei : «Les arts martiaux prônent un mode de vie particulier»
Shehzad Chaumoo

Shehzad Chaumoo, sensei : «Les arts martiaux prônent un mode de vie particulier»

Shehzad Chaumoo est instructeur d’arts martiaux, d’auto-défense en particulier. Il dispense aussi des cours de Taichi et de karaté et pratique des séances de relaxation.

Pour Shezad, les arts martiaux sont plus qu’une passion. C’est un véritable art de vivre. « Les arts martiaux m’aident à surmonter les obstacles de la vie. Ils favorisent le vivre-ensemble avec les autres et être en paix avec soi. C’est un long chemin, une chaîne de vies, » avoue-t-il. Shehzad transmet ces valeurs lors de ses cours d’arts martiaux dans son dojo à Glen Park, Vacoas. Ses élèves ont entre quatre et soixante ans, hommes et femmes de toutes les couches de la société.

« Lorsque j’ai dû poser mon sac à terre comme disent les marins, j’ai eu envie de transmettre un peu de ce que mes maîtres m’ont donné. J’aime partager et c’est un moyen bien agréable de garder un lien social et rester actif, » confie Shehzad.

Actuellement, il assure des formations privées à la maison au bénéfice des adeptes d’art martiaux. Il enseigne également le Tai Chi et l’auto-défense à l’université de Maurice.

Son parcours

041017_shehzad1À l’âge de 19 ans, Shezad enfile son premier kimono qu’il n’a depuis plus quitté. Comme la plupart des pratiquants des arts martiaux de sa génération, il a débuté par la boxe.

« Un jour, quand j’étais au collège, j’ai découvert le karaté à travers un ami. Je l’ai essayé, mais j’ai rapidement compris que j’étais plus fait pour la boxe. À partir de ce moment-là, j’ai rejoint une équipe de boxe française. Quelque temps après, notre coach a modifié notre formation pour de la boxe plus intense et plus difficile. Je me suis entraîné sérieusement, » relate-t-il.

La formation se terminait tard dans la nuit et il courait de Vacoas à Glen Park avec son sac d’école sur le dos. Parfois, son cousin le portait pour lui quand la formation était trop dure. Toutefois, il ajoute que sa vie s’est transformée très vite avec la pratique des techniques disciplinaires des arts martiaux.

Il s’est entraîné avec le même sensei pendant des années jusqu’à l’obtention de la ceinture noire en Aikijutsu et Aikido. Au cours de ces années, il a eu l’occasion de s’entraîner avec des grands maîtres. « J’ai été invité à représenter l’île Maurice à New York lors d’un séminaire international d’arts martiaux, organisé par le Daito-Ryu Aikijuitsu Roppokai, » fait ressortir notre interlocuteur.

Jadis, il travaillait comme agent de commercialisation de ventes au sein de plusieurs compagnies. Mais, il a tout quitté en 2005 pour se consacrer entièrement aux arts martiaux. Il voulait faire quelque chose qu’il aimait et qui lui donnait satisfaction. Bien que les débuts fussent difficiles pour lui, avec le soutien de son épouse Akeela Chaumoo, il a persévéré dans ce domaine pour se créer une réputation de formateur en arts martiaux.

Conseils pour une vie meilleure

Selon le seinsei Shezad Chaumoo, beaucoup de jeunes n’arrivent pas à cultiver de bonnes valeurs morales. Résultat, des familles brisées, l’accoutumance pour les écrans (mobile, IPad, ordinateur) ou encore les mauvaises informations sur Internet sont des facteurs qui gâchent la vie d’une personne. Il ajoute aussi que les parents doivent trouver plus de temps pour l’éducation de leurs enfants. Ils doivent jouer avec eux, passer des moments avec eux plutôt que de les laisser seuls devant les téléviseurs. L’éducation commence avec les parents eux-mêmes. Car, les enfants ont tendance à copier les actions de ceux qui sont plus proches d’eux. Les enfants ont besoin de conseils, de relations parentales, d’affection, d’attention, voire de correction, si nécessaire. Enfin, il conseille aux gens qui ne veulent pas pratiquer les arts martiaux de bien respirer, manger sainement et marcher pendant une trentaine de minutes pour rester en bonne santé. Pour une meilleure vie sociale et familiale, les parents peuvent aussi se déconnecter des outils de technologie et des réseaux sociaux pour une balade avec les membres de la famille près d’une rivière ou autre lieu naturel. « Observer et méditer sur la nature vous offre un équilibre dans la vie, » conseille-t-il.

Témoignages

Les arts martiaux agissent aussi comme un processus thérapeutique. Ali Azhar Chaumoo et d’autres élèves nous livrent leurs témoignages.

Azhar Chaumoo : «Je gère les critiques positivement»

Azhar étudie actuellement à l’Université de Maurice. Les arts martiaux l’ont aidé à améliorer sa concentration. « Cela m’a aussi aidé à gérer les critiques positivement. Plus important encore, Sensei Shehzad m’a appris à croire en moi-même. Ses conseils ont façonné mon comportement d’une manière positive », dit-il.

Akash : «Ma vie a changé»

Akash Ittoo, a pu se débarrasser de sa dépendance sur les boissons alcoolisées et le marijuana en pratiquant les arts martiaux.. « Je cherchais un lieu qui pourrait me donner la tranquillité d’esprit. Je cherchais un endroit approprié pour changer ma façon de vivre et j’ai rencontré le sensei Shehzad qui a définitivement changé ma vie en une année et demie. Je suis devenu un homme discipliné et je me sens mieux, » affirme-t-il.

Félix : «Un mode de vie disciplinée»

Félix est enseignant. Il voulait apprendre les arts martiaux en raison de sa discipline et de ses avantages. « C’est un mode de vie discipliné et un moyen d’évoluer sur le plan spirituel. Sensei Shehzad m’a non seulement enseigné des techniques, mais aussi l’esprit de fraternité inhérent aux arts martiaux. Nous sommes maintenant non seulement des camarades, mais aussi une famille travaillant pour la progression de chaque membre physiquement et mentalement, » indique Félix.

Najmuddin Geerdharry : «Rester en forme»

Il a rejoint le dojo de Sensei Shehzad, il y a 2 mois. Il a eu l’occasion de pratiquer les arts martiaux sous sa supervision. « Ce n’est pas uniquement un moyen d’autodéfense pour moi, mais aussi cela m’aide à rester en forme, a créer plus de confiance en soi et à adopter un mode de vie saine, » précise-t-il.

Caroline : «Cela agit aussi sur l’esprit»

Elle apprend les techniques de l’auto-défense du sensei Shehzad depuis 4 ans déjà. « Cela agit sur le corps mais beaucoup sur l’esprit aussi. Sensei Shehzad m’a enseigné la patience et le respect et comment me défendre et ma famille dans des situations difficiles. Je me sens plus forte et en confiance. Mes deux filles suivent également des cours privés chez Shehzad depuis deux ans », dit-elle.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Dr Inon Beydha Binti Lukman

Dr Inon Beydha Binti Lukman : «Les entrepreneurs doivent promouvoir le marketing intégré»

Dr Inon Beydha Binti Lukman, conférencière internationale était à Maurice à l’invitation de l’Aalamee Society. …