lundi , 21 août 2017
Accueil / People / Sharfaa Umme Muthy : une battante dans l’âme
Sharfaa Umme Muthy

Sharfaa Umme Muthy : une battante dans l’âme

Bon sang ne saurait mentir…Sharfaa Muthy, la benjamine de Salim Muthy, marche dans les pas de son père. La jeune femme a été aux côtés des grévistes de la faim de la SCGB. Elle a ému plus d’un par ses discours au Jardin de la Compagnie. Elle souhaite désormais reprendre le flambeau…Rencontre.

Le mot ‘injustice’ ne figure pas dans le vocabulaire des Muthy. Depuis des années Salim défend la cause et les intérêts des autres.  Désormais, sa fille souhaite lui emboîter le pas. Étudiante en gestion et droit, Sharfaa maîtrise tout aussi l’art oratoire. Ses discours lors des derniers jours de la grève de la faim ont conquis les Mauriciens. Elle se dit bouleversée et indignée par les actes d’injustice commis à l’égard des plus infortunés.  Elle estime que son père a un grand rôle à jouer. « J’ai grandi dans une famille qui prône depuis toujours  la droiture, la justice et la vérité. Donc, ce qui fait que je ne pourrais jamais rester insensible face aux malheurs des autres. Voir les gens souffrir me cause énormément de peine et je comprends leur souffrance », nous dit-elle.

Head girl au collège

Sharfaa Muthy  nous dit vouloir reprendre le flambeau de son père dans sa lutte contre l’injustice. Mais d’où vient donc cette envie de vouloir se rebeller et se faire entendre ? La jeune femme nous apprend que tout a commencé, il y a quelques années, alors qu’elle était encore au collège. « Vers la fin de mes études secondaires, j’étais élue Head Girl du collège. Il y avait un comité disciplinaire et les autres élèves venaient me voir pour leurs doléances. À un certain moment, je m’étais retrouvée à gérer les cas de quelques 800 élèves et chacune avait un problème différent. Je pense que c’est de là que j’ai commencé à cultiver cette envie d’aider et d’être une voix pour les autres », se rappelle-t-elle.

« Je suis prête à prendre le leadership mais mon père m’épaulera. J’ai encore beaucoup à apprendre de lui »

Aussi, Sharfaa se souvient que son père l’emmenait à la cour lors des procès ayant trait à l’affaire ‘Sale by Levy’. Elle était alors affligée face à la souffrance des victimes.

Par ailleurs, la jeune femme nous apprend qu’elle sera à la tête du mouvement lors d’une prochaine lutte contre l’injustice.

« Je suis prête à prendre le leadership mais mon père m’épaulera. J’ai encore beaucoup à apprendre de lui », souligne-t-elle.

Faire de la politique autrement

Intéressée par la politique, Sharfaa Muthy estime qu’il est cependant prématuré de songer à se jeter dans l’arène. Selon elle, il est primordial de changer la manière de faire de la politique à Maurice. « Plusieurs personnes m’ont encouragée à intégrer l’aile jeune des partis politiques. Mais franchement, je suis contre la manière de faire de nos politiciens. Le népotisme est trop ancré dans notre système et il va falloir du temps pour s’en débarrasser », fait-elle ressortir. Selon elle, l’idéal c’est d’avoir de nouveaux partis politiques avec une forte participation des jeunes. « Les jeunes doivent faire entendre leur voix sur la scène politique. Nous représentons l’avenir de ce pays et je pense qu’il est grand temps de nous donner la chance de nous prouver. Si un seul jeune fait son entrée à l’Assemblée, je considérerais cela comme une grande victoire », dit-elle encore.

Sharfaa Muthy est également très active dans le domaine du travail social. Elle est à la tête de l’association « Paralegal Advisory Services » qui vient en aide aux personnes dans le domaine légal. L’association compte plusieurs étudiants des universités à Maurice. « Il y a des gens qui se retrouvent confrontés à des problèmes légaux et qui ne savent pas à quelle porte frapper. Nous leur prodiguons des conseils gratuitement et les aidons dans leurs démarches », souligne-t-elle. L’année dernière, Sharfaa  a créé le mouvement « Wake-Up Youth ». Plusieurs jeunes se rencontrent et essaient de trouver des solutions à des problèmes sociaux. « On veut faire du travail social différemment. Il vaut mieux aider une personne en lui donnant un emploi que de lui apporter toujours des vivres », conclut-elle.

Profil

Sharfaa Umme Muthy est étudiante en gestion et droit à l’université de Technologie de Maurice (UTM). Elle compte également un diplôme en droit. Elle a fait ses études primaires à la Raoul Rivet Government School avant de rejoindre la Pailles SSS pour le cycle secondaire. Elle fait actuellement son stage dans le domaine légal.  Outre ses études, elle aime passer du temps avec ses parents, sa sœur et ses proches.  Elle aime les chats ; elle s’occupe de son chaton dès qu’elle rentre à la maison.

Salim Muthy : « La relève est assurée »

Tout juste remis des séquelles de sa grève de la faim qui a duré 13 jours, Salim Muthy se projette déjà dans l’avenir. Mais désormais, il ne sera plus seul et pourra compter sur le soutien de Sharfaa. « Je vais consacrer beaucoup de temps à lui apprendre les  subtilités des négociations et implications de la résistance passive. Je lui apprendrai aussi les mots qu’elle doit utiliser pour toucher les gens et pour que ses discours aient un certain impact », nous dit-il.

Il initiera sa fille prochainement à des  sessions d’art oratoire en public Le travailleur social nous raconte qu’il a toujours enseigné la droiture et la justice à ses enfants et ce, depuis leur jeune âge. « Je suis fier de Sharfaa. Elle a démontré qu’elle avait du caractère mais elle doit garder la tête sur les épaules. Je peux dire que maintenant la relève est assurée », ajoute Salim Muthy.

Commentaires

A propos de Nuur-Uddin Jandanee

Ceci peut vous intéresser

ELIAS ASSENALLY

Elias Assenally, pêcheur : à 84 ans, il travaille pour gagner sa vie

Depuis son enfance, Elias Assenally n’a fait que côtoyer la mer. Il est toujours fasciné  …