dimanche , 18 août 2019
Accueil / Actualités / Shamad Ayoob Saab promu ‘PS’ : le cheminement d’un enfant de Plaine-Verte
Shamad Ayoob Saab

Shamad Ayoob Saab promu ‘PS’ : le cheminement d’un enfant de Plaine-Verte

Nommé au poste de Permanent Secretary (PS) au ministère des Finances, Mohummad Shamad Ayoob Saab estime que c’est le couronnement d’une longue et riche carrière dans la fonction publique. Enfant de Plaine-Verte, il dédie en partie cette promotion à tous ceux et celles souvent victimes de préjugés.

«Fier et humble à la fois ». C’est par ces mots que Mohummad Shamad Ayoob Saab, 57 ans, accueille sa nomination comme Permanent Secretary. C’est le 10 avril 2019 qu’il a été assigné à ce poste mais l’occupe de façon substantielle depuis le 17 juin. « Pour être honnête, lorsque j’ai débuté ma carrière dans la fonction publique, jamais l’idée d’accéder au poste de PS n’a trotté dans ma tête. Néanmoins, je suis certainement très heureux et je suis sûr que le dur labeur porte toujours ses fruits. Après 35 ans de carrière, je pense que cette promotion, c’est aussi la récompense pour mon engagement et mon dévouement dans le service civil. Mais il n’y a pas de doute que c’est une faveur d’Allah », nous dit Shamad Ayoob Saab avec modestie.

Homme réservé et de nature timide, le nouveau PS du ministère des Finances aime faire profil bas. Cela ne l’empêche pas pour autant d’être très efficace dans tout ce qu’il entreprend et de donner le meilleur de lui-même au quotidien. « C’est avec passion que j’entreprends chaque tâche et j’aime le travail bien fait. Lorsqu’un travail est fait avec amour, vous allez tout le temps éprouver un sentiment de grande fierté lors de sa réalisation », souligne-t-il. Désormais, son nouveau poste lui confère de plus grandes responsabilités et il se voit davantage impliqué dans l’élaboration et l’implémentation des politiques gouvernementales. « Je dois veiller à ce que toutes les directives et procédures sont suivies correctement et qu’il y ait un usage efficace des ressources humaines ou financières », ajoute notre interlocuteur.

Gravir les échelons

Avant qu’il ne soit promu au poste de PS, le chemin a été long pour Shamad Ayoob Saab. En effet, il a fait ses débuts au plus bas de l’échelle hiérarchique dans la fonction publique en 1984 en tant que clerical officer au Bureau central des statistiques. « J’ai intégré le service civil tout de suite après avoir terminé mes études secondaires », avance-t-il. Au cours de sa carrière, il a eu l’occasion de travailler au sein de différents départements de plusieurs ministères. Shamad Ayoob Saab a été Executive Officer lorsqu’il était en poste au ministère de la Jeunesse et des Sports, puis Assistant Secretary au ministère de la Pêche avant d’être promu successivement au poste de Senior Assistant Secretary et Principal Assistant Secretary.

Pour Shamad Ayoob Saab, le plus important dans sa carrière, c’est qu’il a eu l’occasion de travailler en faveur des ‘ti dimounes’. « Lorsque j’étais affecté au ministère de la Sécurité sociale ou encore à celui de la Pêche, j’ai pu côtoyer des gens qui vivaient dans des conditions précaires. Et je suis heureux qu’on ait pu les aider. Je pense aussi que la bénédiction de ces personnes contribue à notre succès dans la vie », nous dit le Permanent Secretary, ému. Par ailleurs, Shamad Ayoob Saab avance que deux projets lui tiennent à cœur et dans lesquels il s’est beaucoup investi : la construction du nouvel hôpital Dr A.G. Jeetoo et les travaux entourant la HIV Aids Act. « Le projet de loi sur le VIH était en veilleuse mais en 2006, avec le soutien du Dr Ng Man Sun, la HIV Aids Act a pu voir le jour », se remémore-t-il.

À bas les étiquettes !

Après 35 ans passés au sein de la fonction publique, Shamad Ayoob Saab est conscient des préjugés et des critiques auxquels sont exposés les fonctionnaires. Mais le PS tient à mettre les points sur les i. « On colle souvent à tort l’étiquette de paresseux ou d’oisif aux fonctionnaires à cause de leur horaire de travail (9h-16h). Beaucoup de personnes n’ont pas idée du travail accompli par les employés du secteur public. Peu après l’Indépendance, les Britanniques avaient dit que Maurice était voué à l’échec. Mais 50 ans après, nous nous trouvons au seuil d’une économie à hauts revenus. Pensez-vous que cela aurait été possible sans l’apport et la contribution de la fonction publique ? » lâche-t-il. Selon lui, le secteur public fonctionne bien à Maurice à cause d’une politique stable qui facilite le développement. « La fonction publique a pour objectif de satisfaire un besoin d’intérêt général », précise-t-il.

Parallèlement, Shamad Ayoob Saab estime que bien souvent, les gens issus des faubourgs de la capitale sont victimes de préjugés et de discrimination. Ayant grandi à Plaine-Verte dans une maison qui se situait à proximité du poste de police, il fait valoir que cela ne l’a jamais empêché d’être un élève studieux à l’école et d’être compétent et appliqué au travail. Pour lui, c’est une grande fierté que d’être Permanent Secretary tout en étant originaire et habitant de Plaine-Verte. « Il y a eu une sur-médiatisation des fléaux qui touchent Plaine-Verte. Ces problèmes existent dans d’autres endroits aussi. Mais Plaine-Verte a, au fil des années, produit de grands intellectuels et de bons professionnels. D’ailleurs, c’est l’un des endroits les plus sûrs à Maurice. Vous y verrez des dames et des enfants marcher dans les rues le soir sans aucun souci », rassure Shamad Ayoob Saab.

Le sport et le social

Né à Plaine-Verte, Shamad Ayoob Saab est l’aîné d’une fratrie de six enfants. Il avait fréquenté l’école primaire Jean Lebrun et avait reçu la « petite bourse » pour rejoindre le collège Royal de Port-Louis. Il se dit reconnaissant envers ses parents, Hassenjee et Rukaya, qui ont fait d’énormes sacrifices pour donner à ses frères et sœurs une bonne éducation. Marié à Shabana, il est père de trois enfants : Suhayl, Sharmeen et Sajjad. « Je ne suis rien sans ma famille. J’ai pu compter sur le soutien de ma tendre épouse lorsque je faisais mes études pour l’obtention d’un diplôme et mon MBA », souligne-t-il.

En dehors du travail, Shamad Ayoob Saab aime le sport, en particulier le football et la natation, et le travail social. Il est d’ailleurs vice-président de la Century Welfare Association. Jeune, il a eu l’occasion de jouer pour l’équipe junior des Muslim Scouts. « Au collège, nous avions aussi une très bonne équipe de football et nous avons participé et remporté diverses compétitions », se rappelle-t-il. De temps à autre, il organise des sorties ou des dîners en compagnie de ses anciens camarades du collège Royal de Port-Louis.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

National Youth Parliament

2e édition du National Youth Parliament : des jeunes passionnés et dynamiques

Se mettre dans la peau de nos parlementaires et s’exprimer sur divers sujets d’importance nationale. …