lundi , 25 septembre 2017
Accueil / Interview / Shafick Osman, docteur en géopolitique : «Il y a un intérêt grandissant des Mauriciens sur le sort des Rohingyas»
Shafick Osman

Shafick Osman, docteur en géopolitique : «Il y a un intérêt grandissant des Mauriciens sur le sort des Rohingyas»

Shafick Osman, docteur en géopolitique et chercheur associé à la Florida International University (Miami) estime que depuis quelques semaines, il constate un intérêt grandissant des Mauriciens sur le sort des Rohingyas. Selon lui, Maurice a un rôle à jouer aux Nations-Unies quant à la situation en Birmanie.

Comment peut-on qualifier ce qui se passe en Birmanie ?
Cela fait des années que cette purification ethnique a commencé au Myanmar mais ce n’est maintenant que l’affaire prend des proportions mondiales – mieux vaut tard que jamais…

Qu’est-ce qui explique le silence des grandes nations par rapport à la situation des Rohingyas ?
Je ne suis pas un expert sur la question mais il me semble que la communauté dite internationale avait d’autres chats à fouetter, surtout eu égard aux menaces « islamistes » et terroristes. Comme les intérêts des grands de ce monde n’étaient pas en jeu, il n’y a pas eu pression pour s’occuper de ces pauvres Rohingyas…

Que faut-il faire pour que le monde prenne conscience de ce « massacre » ?
Je crois que la sensibilisation a atteint un point non négligeable et des acteurs politiques de premier plan et les médias mondialisés en parlent de plus en plus. L’inaction et la désinvolture d’un Prix Nobel de la Paix comme Aung San Suu Kyi sont non seulement très surprenantes mais surtout, dégoutantes. Personnellement, je n’ai jamais cru en Aung San Suu Kyi et je n’ai jamais eu d’admiration pour elle. C’est, pour moi, un produit britannique au service de l’Occident…

L’exode vers le Bangladesh, est-il la solution ?
Comme le Bangladesh ne veut pas d’eux, l’exode vers ce pays n’est donc pas la solution. Il faut ici saluer l’action de la Turquie envers ces Rohingyas mais faut-il que les Nations-Unies créent un territoire à eux ? L’implication énergétique des Nations-Unies se fait attendre…

Vous avez lancé un mouvement sur les réseaux sociaux il y a quelques années pour conscientiser les gens quant aux actes de violence perpétrés en Birmanie. Les Mauriciens sont-ils sensibles à la cause des Rohingyas ?
Oui, timidement, j’ai créé un groupe sur Facebook il y a quelques années de cela pour sensibiliser les autres au sort des Rohingyas, comme j’avais fondé le mouvement « Bosnie Solidarité », en 1993, pour sensibiliser sur le massacre des Bosniaques, avec Monique Koenig, feu Julien Lourdes, Noor Adam Essack, Alain Laridon, feu Osman Gendoo, A. Kader Abdullatif, Shabnam Ramdoyal etc. lequel mouvement avait le soutien de Mgr Piat et de Cassam Uteem, Président de la République. Je vais être honnête : il n’y pas eu d’engouement des Mauriciens sur le sort des Rohingyas depuis mais depuis quelques semaines, je note un intérêt grandissant et cela est de bon augure…

Nous avons très peu entendu le gouvernement mauricien dans cette affaire. Qu’est-ce qui explique cela selon vous ?
Maurice peut jouer un rôle pour demander, aux Nations-Unies, qu’un territoire autonome, même temporaire, soit créé pour eux mais je doute que la diplomatie mauricienne fasse quelque chose pour ces pauvres et malheureux… La SBM qui s’est récemment implantée à Myanmar devrait, par contre, faire des actions humanitaires mais encore une fois, je doute qu’elle le fera… Gardons espoir toutefois ! Maurice peut rayonner politiquement aux Nations-Unies à plusieurs niveaux mais faut-il encore que Port-Louis comprenne cela et ait envie de cela…

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Dr Bhavish Jugurnath

Dr Bhavish Jugurnath, économiste : «La diversification du commerce aiderait à stabiliser la roupie»

MaLa roupie mauricienne est particulièrement vulnérable sur le marché international. Mais selon le Dr Bhavish …