dimanche , 19 novembre 2017
Accueil / Rencontre / Salim Mohammad Deeda : Malgré son handicap, il pratique le sport
Salim Mohammad Deeda

Salim Mohammad Deeda : Malgré son handicap, il pratique le sport

Salim Deeda n’est pas un visage inconnu.  Sympathique, sociable, enthousiaste, il est  connu de tous à Vallée-Pitot. Malgré son handicap physique, il fait tout pour vivre comme une personne normale. Il consacre la majorité de son temps aux activités physiques pour être en bonne santé.

Ainsi, et il pratique le karaté et fréquente une salle de gym. Il va aussi à l‘école spécialisée pour personnes autrement capables à Rose-Hill. Pour se détendre un peu après les heures de classe, il suit  un horaire hebdomadaire très chargé. « Les mardis sont consacrés à la session de karaté et les samedis je suis un cours de yoga. Entre 15h à 17h les autres jours, je vais m’entrainer à l’Arena Gym à Vallée-Pitot. Je m’y suis  fait beaucoup d’amis», explique-t-il. D’autant que son sourire fait de lui une personne très amicale.

Même Farhaan Hossenally, le propriétaire de l’Arena Gym a  de l’admiration pour Salim. Il estime que ce dernier  est une inspiration pour tout le monde. Son handicap ne l’empêche pas d’être un exemple pour  ceux qui sont physiquement et mentalement en bonne santé. « Salim vient très souvent ici. Je constate que les autres l’encouragent beaucoup. Il faut faire comme Salim pour gérer ses problèmes. C’est malheureux que des gens normaux ne prennent pas leur santé au sérieux, » souligne-t-il. Il  fait de son mieux pour que personne ne se moque de lui et l’encourage plutôt  à venir s’entraîner.

Sa maman, Afsah Dinally, nous apprend que Salim n’avait pas connu un développement normal. Elle consultait souvent les médecins car son fils était très vulnérable aux maladies saisonnières. « Maintenant, c’est une personne transformée. Il peut tout faire par lui-même. Il peut même se baigner et faire des menus travaux à la maison. Il balaie la cour et la maison, » raconte-t-elle. Pendant trois ans, sa mère ne savait même pas qu’il allait au gym. Il avait l’habitude de faire de la marche dans le quartier. « Voyant son enthousiasme pour les activités physiques, je n’ai pu l’empêcher. C’est mieux pour nous tous qu’il se développe afin qu’il puisse prendre soin de lui-même quand je ne serai plus de ce monde. Je suis heureuse de le voir autonome. Et maintenant quand je le vois ainsi, je peux pousser un ouf de soulagement, » déclare-t-elle.

Quoiqu’il touche une pension, Salim veut travailler comme une personne normale. Il a suivi des cours en emballage de sucre. Il avoue qu’il a fait beaucoup de démarches pour se faire embaucher, mais en vain. Toutefois, quand il est à la maison, il aime planter des légumes fins comme le coriandre (cotomili) et la menthe pour les vendre.

Salim a  un message pour les Mauriciens: « C’est mal de fumer, boire des boissons alcoolisées ou prendre de la drogue. Ce n’est pas bien de nous faire du tort avec des choses malsaines. Le sport peut vous aider à transformer votre vie, » conclut-il.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Nasrullah Ginowree

Nasrullah Ginowree, officiant de prière : ce religieux soigne les plaies de l’âme en prison

Cela fait 20 ans depuis que l’imam Nasrullah Ginowree dirige la prière de Jummah dans …