vendredi , 23 février 2018
Accueil / Actualités / Said Bundhoo, planteur : «La somme Rs 3500 de semences par arpent est insuffisante»
Said Bundhoo

Said Bundhoo, planteur : «La somme Rs 3500 de semences par arpent est insuffisante»

Rs 3500. C’est la valeur de semences par arpent endommagé après le passage de Berguitta qu’offrira le gouvernement aux planteurs. Cette somme sera-t-elle suffisante ? Pour connaître la réponse, nous avons rencontré Said Bundhoo.

Plusieurs plantations, notamment celles se trouvant dans des endroits humides, ont été affectées par des accumulations d’eau. D’après les évaluations, près de 80 % de notre production de légumes ont été affectés. Des planteurs de pommes d’amour ont perdu toute leur production, dont Said Bundhoo, planteur à Triolet. Il nous confie avoir perdu Rs 500,000 suite au passage du cyclone Berguitta.

Être planteur n’est pas une tâche facile. C’est un métier lucratif, mais les risques que courent les planteurs sont réels. Said Bundhoo est planteur depuis 32 ans mais a perdu énormément à maintes reprises. Comme c’est un business familial, c’est toute sa famille qui est perdante durant les périodes cycloniques. « Mais on n’a pas le choix. Pour nous, c’est un métier noble et les gens se fient beaucoup aux légumes pour rester en bonne santé ou pour compléter leurs plats, » souligne ce quinquagénaire.

La compensation est largement inadéquate pour Said. Le gouvernement a annoncé des mesures pour aider les petits planteurs. Toutefois, aucun officier du ministère n’est venu enquêter sur leurs champs. Rs 3500 par arpent : une somme qu’il juge insuffisante comparée à celle de Rs 125,000 qu’il a dépensée pour chaque arpent.

Revoir le plan d’aide

Environ 80 % de ses récoltes ont été détruites après le passage de Berguitta. Toutefois, il souhaite que le ministère de l’Agro-industrie revoie le plan d’aide aux petits planteurs. « J’estime qu’une somme de Rs 20,000 par arpent sera idéale pour redémarrer, bien qu’on sera obligé de diminuer notre production dans un premier temps, » indique notre interlocuteur. D’ailleurs, il se demande ce que comptent faire les planteurs avec les semences distribuées par le ministère. La majorité de planteurs utilisent des grains hybrides.

Said concède qu’il ne savait pas que le cyclone frapperait notre petite île avec une telle intensité d’autant qu’il n’y a pas eu de cyclones aussi ravageurs ces dernières années. « C’est bien que le cyclone nous a apporté beaucoup d’eau pour le pays. On luttait avec une sécheresse intermittente et on attendait un peu d’eau pour des meilleures récoltes de légumes. Mais, on ne savait pas que nos champs seraient inondés, » déplore-t-il. Et d’ajouter : « Quand les pêcheurs ne vont pas au travail, ils pourront toucher Rs 300 par jour. Donc pourquoi pas nous? »

Toutefois, Said ne compte pas baisser les bras de sitôt. Il attend que le temps s’améliore pour semer de nouvelles semences. Pour le moment, il ne sait pas, comment il va trouver une aide financière. Mais, il attend avec optimisme que le gouvernement prenne les mesures qui s’imposent pour redynamiser la culture vivrière à Maurice.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Azam Rujubali

Azam Rujubali: aucune compensation suite à son délogement

Azam Rujubali et ses proches qui ont été contraints d’évacuer leur domicile se trouvant sur …