lundi , 21 août 2017
Accueil / Actualités / Rizwaan: « Suis-je victime de ma tenue vestimentaire ? »
rizwaan

Rizwaan: « Suis-je victime de ma tenue vestimentaire ? »

Abdool Rizwan Ollite, 31 ans, marchand de dholl puris depuis 20 ans, se bat pour régulariser sa situation. Ce père de quatre enfants âgés de 18 mois, 6 ans, 8 ans, et 10 ans respectivement, sans permis d’opération depuis quelque temps, en est réduit à dépendre de l’aide des sociétés islamiques pour faire vivre sa famille.Ainsi, a-t-il décidé de se rendre bientôt à ICAC pour dénoncer une politique de deux poids deux mesures à son égard et égale­ment pour demander l’institution d’une enquête concernant l’octroi de permis à la nouvelle foire à la gare de Curepipe où, selon lui, plusieurs marchands ambulants n’habitant pas le ré­gion ont eux obtenu un permis. « Mo ene marchand dholl puri dépi 20 ans et mo renommé dans Curepipe. Mais à ce jour zamais mo fine réussi gagne permis mal­gré tous applications ki mo fer », déclare-t-il.

Rizwaan nous explique que la municipalité de Curepipe lui oc­troyait un permis temporaire depuis des années mais a cessé de le faire depuis quelque temps. « Mo pensé ki a koz mo vêtement traditionnel islamique et mo la barbe ki mo fine victime ene dis­crimination et après sa mo fine gagne beaucoup problèmes avec banne inspecteur municipalité. Mo souhaiter ki l’ICAC et Premier Ministre faire la justice. Mo fine lance ene appel à nouveau maire de Curepipe pou revoir mo dos­sier et guetté pou ki raison zisse moi ki pas gagne ene permis », ajoute-t-il.

Aujourd’hui Rizwaan vit dans des conditions très précaires car il est endetté jusqu’au cou alors que trois de ses enfants doivent se rendre à l’école Doha où il a une ardoise d’environ Rs 40000 pour les frais scolaires. C’est avec l’aide des sociétés islamiques que Rizwaan survit. Malgré toutes ses difficultés, il enseigne le lecture du Coran gratuitement et occasionnellement supplée à l’absence de l’imam à la mosquée près de chez lui. « Mo envie gagne mo la vie honnêtement et gagne mo permis travail comme march­and dholl puri par méritocratie. Mo fine né et mo fine grandi dans Curepipe. Mo papa fine toujours travail lors la gare Curepipe mais moi zot empêche moi travaille », dit Rizwaan.

Rs 6 M pour reloger les marchands ambulants

Les marchands ambulants opérant à la place Square Bruce, Curepipe, seront bientôt relogés dans un nouveau bâtiment. La mairie de Cure¬pipe compte dépenser environ Rs 6 millions pour ce projet. L’exercice d’appels d’offres sera lancé dans trois semaines. Ce complexe com¬mercial devrait abriter quelque 200 marchands ambulants opérant à proximité de l’hôtel de ville depuis une dizaine d’années. Ils y louent des emplacements pour une somme Rs 2 000 et ont des permis d’opération. Nathalie Gopee, la mairesse de la ville, explique que la mise sur pied de cet espace permettra d’améliorer leur vie d’autant plus, dit-elle, qu’ils sont en règle.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Salmah Moradun Bengah et Azad Dilmohamed

Accompagnateurs des Pèlerins depuis 25 ans

Salmah Moradun Bengah : «Le hadj est très éprouvant à 50 degrés à l’ombre» Commentaires