dimanche , 22 septembre 2019
Accueil / Interview / Reza Uteem : «Je n’ai aucun doute que le MMM s’en remettra»
Reza Uteem

Reza Uteem : «Je n’ai aucun doute que le MMM s’en remettra»

Le président du Mouvement militant mauricien (MMM), Reza Uteem, revient sur les événements qui ont secoué les mauves au cours de ces derniers jours. Pour lui, le parti va vite se remettre de ces nombreuses démissions et se prépare à affronter seul l’électorat.

En tant que président du MMM, comment réagissez-vous face à la vague de démissions qui secoue le parti ?
Avec beaucoup de tristesse  ! Je considérais les amis qui ont quitté le parti comme des compagnons d’armes. Certains parmi eux étaient au sein du MMM bien avant moi. C’est toujours avec un pincement au cœur qu’on les voit partir.

Quel est le mood au sein du parti ?
Il y a un sentiment de tristesse et de révolte certes mais je dois faire ressortir qu’après ces démissions, nous avons été témoins d’une vague de solidarité. Nous avons reçu tant de messages d’encouragement. Ce qui fait que la tristesse a laissé la place à l’espoir. Tout cela est de bon augure pour le MMM.

Qu’est-ce qui explique autant de départs à la veille des élections générales ?
Il existe deux raisons principales. Primo, il y a un groupe d’amis qui sont partis car ils n’ont malheureusement pas obtenu de tickets pour les élections générales. C’est donc un sentiment de découragement pour eux mais ils restent tout de même des militants. Secundo, il existait un autre groupe de camarades au sein du MMM qui, eux, étaient en faveur d’une alliance préélectorale MMM/MSM. Lorsqu’ils ont réalisé qu’une telle alliance ne se concrétisera pas, ils ont préféré avoir recours à la facilité en rejoignant les rangs du MSM.

Faut-il s’attendre à d’autres démissions dans les jours, voire les semaines, à venir ?
Je ne peux pas vous dire avec certitude ce qui va se produire dans le futur et à ce stade, je n’ai aucun renseignement s’il va y avoir d’autres démissions.

Pensez-vous que les démissionnaires ont compris que l’avenir s’inscrit ailleurs et non pas au sein d’un MMM qui veut aller seul aux élections ?
Le système électoral actuel et le découpage des circonscriptions favorisent une lutte entre deux blocs. C’est la raison pour laquelle il n’y a pas eu de lutte à trois aux élections générales depuis 1976. Mais le MMM est le seul parti qui a eu le courage de se présenter seul aux élections et tout récemment en 2010. Les Jugnauth – père et fils – ont régné sur Maurice pendant des années mais ils n’ont jamais eu le courage d’aller seuls aux élections. Idem pour le Parti travailliste (PTr) et le PMSD. D’ailleurs, la stratégie déclarée des Bleus est de servir de béquilles au MSM ou au PTr.

«Les militants ne sont pas d’accord pour faire une alliance ni avec le MSM ni avec le PTr.»

Présenter Paul Bérenger comme Premier ministre… Est-ce un facteur qui aurait pu contribuer à ces départs ?
Ecoutez, la décision de présenter Paul Bérenger comme Premier ministre a été prise lors de la tenue de notre assemblée des délégués. Cela s’est confirmé aussi, il y a quelques mois, par le bureau politique et le comité central du parti. Paul Bérenger, c’est le leader du MMM et c’est tout à fait normal qu’il soit présenté comme le Premier ministre.

Nombre de militants pensent que c’est un vrai suicide. Partagez-vous leur avis ?
Bien sûr que non ! Aujourd’hui, une grande majorité d’électeurs ne s’identifient plus ni au clan Jugnauth ni au clan Ramgoolam. Ils veulent une équipe propre et compétente pour mener le pays à bon port.

En êtes-vous convaincu ?
Comme Paul Bérenger l’a souligné, le MMM se prépare à affronter seul l’électorat car les militants ne sont pas d’accord pour faire une alliance ni avec le MSM ni avec le PTr. Donc, on n’a pas d’autre choix que de se présenter seul aux élections.

Regrettez-vous que ce soit ainsi ?
Vous savez, le MMM est un parti démocratique et toutes les stratégies politiques sont débattues régulièrement au sein de toutes les instances que ce soit au niveau des régionaux, du bureau politique et du comité central. Et c’est finalement lors de l’assemblée des délégués – qui regroupe toutes les branches du MMM des quatre coins de l’île – que toutes les décisions sont prises. D’ailleurs, dans les jours à venir, le MMM va tenir son assemblée des délégués précisément dans le but de se pencher sur la stratégie électorale. Cela existe uniquement au sein du MMM.

À Maurice, un parti est-il condamné à faire une alliance ?
Comme je l’ai dit, seul le MMM a eu le courage de le faire. Mais nous faisons face à une situation inédite cette fois-ci dans la mesure où la majorité des Mauriciens sont indécis quant à leur choix de vote. Dans ce cas, le MMM se présente comme une alternative pour ceux qui veulent d’une équipe capable d’apporter de vrais changements. D’ailleurs, en débauchant les politiciens du MMM, qu’est-ce que Pravind Juganuth a démontré ? Qu’il est plus facile de tomber dans la facilité, que les Mauriciens doivent soutenir des « roder boutes » et que l’allégeance et la fidélité sont de vains mots. Comme quoi, moralité pas rempli ventre !

Donc, ce sera un « three-cornered fight » si le MMM part seul aux élections. Dans ce cas, combien de candidats le parti pourra-t-il faire élire ?
Je ne ferai aucun pronostic à ce stade. Mais à voir la réaction, surtout des jeunes, sur les réseaux sociaux après la vague de démissions au sein du MMM, il est clair que la majorité des Mauriciens en ont marre des transfuges, du money politics et des politiciens qui ne pensent qu’à leur propre intérêt.

Certains n’ont cessé de remettre en question le leadership de Paul Bérenger. Serait-ce la cause de tant de maux au sein du MMM ?
Paul Bérenger est le seul leader à Maurice qui a démissionné et a remis son leadership en jeu. Et à chaque fois, les militants l’ont reconduit comme leader. Même Steven Obeegadoo, malgré toutes ses belles paroles, n’a jamais eu le courage de se présenter contre Paul Bérenger pour le poste de leader du MMM.

Il est clair que le profil de certains démissionnaires handicape lourdement le MMM dans les régions rurales. Commentaires ?
Comme l’a fait ressortir Paul Bérenger en conférence de presse, il ne faut en aucun cas sous-estimer la gravité des démissions et la crise interne qui secoue le MMM. Cependant, au vu de la réaction des militants et de la population dans son ensemble, je n’ai aucun doute que le MMM s’en remettra. Ainsi, après la tenue du comité central, la direction du MMM compte rencontrer les militants des circonscriptions des démissionnaires (Ndlr : circonscriptions No 5, 7, 8 et 17). À partir de là, on va désigner d’autres candidats pour continuer la lutte militante.

Comment voyez-vous l’avenir du MMM ?
Aussi longtemps que le MMM s’attachera à ses valeurs fondamentales et à ses principes –c’est-à-dire de combattre la corruption et le communalisme, de militer en faveur de plus d’égalités de chance, de préserver l’environnement et d’agir en faveur d’une distribution plus équitable des richesses du pays – je suis certain qu’il y aura encore des Mauriciens qui vont soutenir le MMM.

Commentaires

A propos de Nuur-Uddin Jandanee

Ceci peut vous intéresser

Showkutally Soodhun

Showkutally Soodhun : «L’Arabie saoudite est prête à nous aider pour étendre le Metro Express»

Le président du Mouvement socialiste militant (MSM), Showkutally Soodhun, annonce que l’Arabie saoudite est disposée …