mercredi , 20 novembre 2019
Accueil / Actualités / Réseaux sociaux et ramadan : la dépendance au numérique autrement
Réseaux sociaux et ramadan

Réseaux sociaux et ramadan : la dépendance au numérique autrement

Véritables phénomènes de l’ère numérique, les réseaux sociaux font partie de notre vie à tel point que nous y consacrons le plus clair de notre temps. Mais qu’en est-il de l’utilisation de Facebook, WhatsApp, Twitter et autres Instagram durant le ramadan ? La parole aux jeunes…

Qui dit ramadan, dit un maximum d’îbâdats. Les musulmans profitent de ce mois béni pour se rapprocher davantage du Créateur à travers les supplications et autres prières. Chaque temps libre est consacré à faire une bonne action. Mais est-ce le cas pour les jeunes d’aujourd’hui qui sont constamment scotchés à leurs téléphones portables dernier cri ? Pour les chercheurs, cette dépendance au numérique est néfaste. Néanmoins, durant le ramadan, les jeunes ont trouvé le moyen de concilier réseaux sociaux et îbâdats à travers le partage de versets coraniques et hadiths via les différentes plateformes en ligne telles que WhatsApp, Viber, Messenger ou encore Facebook.

Pour Wardah Hossen, 21 ans, étudiante au sein d’un établissement tertiaire privé à Maurice, il est essentiel pour chaque musulman de profiter du ramadan. Cela dit, elle estime que cela ne l’empêche pas d’être connectée aux réseaux sociaux durant ce mois béni. « En dehors du ramadan, je passe plusieurs heures par jour à clavarder avec mes amies ou à regarder des clips sur YouTube. Mais à présent, comme nous sommes dans le mois de ramadan, j’utilise mon compte Facebook pour partager des messages à caractère islamique et sur WhatsApp, j’envoie des hadiths et des vidéos contenant des causeries des érudits de l’islam à mes contacts », nous dit-elle. Aussi, depuis le début du ramadan, elle poste chaque jour sur Facebook un message sur les différentes vertus de ce mois. « Je trouve que c’est une façon de bien utiliser les réseaux sociaux », ajoute Wardah.


« Une forme d’îbâbat »

Farheen Kerpa
Farheen Kerpa

Parallèlement, Farheen Kerpa, 24 ans et employée au sein d’une firme privée, estime que les réseaux sociaux peuvent être utilisés à bon escient durant le ramadan. Elle avoue cependant que désormais, elle y passe moins de temps en raison de son travail et du ramadan. « Le ramadan ne vient seulement qu’une fois par an et il faut profiter pour faire un maximum de bonnes actions », avance-t-elle. Pour la jeune femme, Facebook et les autres plateformes de partage ne sont pas si néfastes durant le ramadan. « Ces plateformes peuvent amener les gens à réfléchir. Elles servent de rappel surtout lorsque vous voyez des postes qui ont trait à la souffrance des gens à travers le monde ou aux actes de violence auxquels font face les musulmans dans les pays du Moyen-Orient. Tout cela nous rapproche du Créateur car nous multiplions les supplications auprès de Lui », dit-elle.

Aussi, Farheen Kerpa souligne que de temps à autre, elle partage des hadiths, des vidéos islamiques ou des citations sur Facebook. Selon elle, c’est une forme d’îbâbat qui profite également à ses amis lorsqu’ils sont en ligne. Des fois, elle consulte des pages Facebook pour avoir de nouvelles recettes pour l’iftaar. Cela dit, le temps passé à surfer sur le net n’a aucune incidence sur la vie sociale et familiale de la jeune femme. « Lors du sehri ou avant la rupture du jeûne, je suis tout le temps entourée de mes parents et de mon frère. Je privilégie ces moments et je ne ressens pas le besoin d’aller tchater sur les réseaux sociaux », souligne-t-elle.


Utilisation réduite

Fadil Simrick
Fadil Simrick

Par ailleurs, en ce mois de ramadan, ils sont nombreux à réduire drastiquement leur utilisation des réseaux sociaux. À l’instar de Fadil Simrick (16 ans) qui est étudiant au collège d’État de Piton. L’adolescent estime que les réseaux sociaux sont à la fois utiles mais peuvent être néfastes en particulier durant le ramadan. Il dit avoir beaucoup diminué l’utilisation du Facebook dans ce mois. « J’utilise Facebook principalement pour avoir les dernières nouvelles sur le football. Aussi, je consulte assez rarement les pages commerciales pour voir s’il y a de bonne affaires », confie-t-il. Selon lui, durant le ramadan, il faut éviter de perdre son temps dans les futilités mondaines. Fadil dit passer plus de temps à faire ses devoirs et consacre aussi une bonne partie de son emploi du temps

À faire des îbâdats.

« Je vais à la mosquée pour l’iftaar et après le taraweeh, je me connecte sur Facebook pour visionner en direct les causeries des maulanas. Des fois, pour ne pas succomber à la tentation de surfer sur le net, j’éteins la notification afin de ne plus recevoir les messages et autres contenus », avance-t-il. Et selon le jeune homme, le ramadan est le moment idéal pour combattre nos désirs. « En dehors du ramadan, je passe trop de temps sur les réseaux sociaux et je prends plaisir à commenter sur tous les postes. Toutefois, je me suis résolu cette année à rester à l’écart de Facebook afin de consacrer plus de temps aux îbâdats », dit-il. Même son de cloche du côté de Nourine Janoo qui nous apprend que durant le ramadan, elle a diminué complètement l’utilisation des plateformes sociales en ligne. « Si j’utilise Facebook, WhatsApp ou même Instagram, c’est uniquement dans le but de partager des contenus à caractère islamique », nous dit cette étudiante.


Ils ont mis les réseaux sociaux de côté durant le ramadan

Sharfaa Emambux,  Izz-Udeen Coopan et Mehvish Kadall
Sharfaa Emambux, Izz-Udeen Coopan et Mehvish Kadall

Si certains n’arrivent pas à résister à la tentation de se connecter à Facebook et autres réseaux sociaux, d’autres arrivent néanmoins à les mettre de côté durant le mois de ramadan. C’est le cas de Sharfaa Binte Fatimah Emambux, 17 ans, et habitante de Terre-Rouge. « D’abord il faut reconnaître que les réseaux sociaux ont pris une telle ampleur dans le monde, qu’on est presque tous pris dans cette machine infernale. Certes la tentation est toujours là pour aller sur la page facebook, mais je fais de mon mieux pourrie pas me connecter comme je le faisais auparavant au risque de m’éloigner de l’essentiel. Même si je ne suis pas informée de ce qui se passe a l’étranger ou dans mon pays et même si je ne tchate pas avec mes camarade, pour moi l’important c’est le mois de bénédictions que j’attends d’ailleurs avec impatience chaque année. Et je crois que beaucoup de mes amies musulmanes sont du même avis que moi. Le Ramadan c’est le mois de récompense et du pardon. Et je fais de sorte de ne pas être dépendante des réseaux sociaux. Et je crois aussi que je gagnerais plus si je passais mon temps a écouter la récitation du Coran et de faire plus d’îbâdats,» dit la jeune fille.

Parallèlement, Izz-Udeen Coopan (17 ans) pense que le mois de ramadan est la période idéale pour prendre ses distances des plateformes sociales virtuelles. «Franchement cela n’a pas été aussi facile pour moi de me séparer d’un coup des réseaux sociaux, mais je le fais sinon, c’est moi qui serais le perdant dans ce mois du Ramadan. Il y a des moments dans la vie, où il faut faire des sacrifices, pour réussir. Et si je me sers de la page facebook, c’est très peu. Et plutôt que de passer mon temps avec les amis sur les réseaux sociaux, je préfère le passer en faisant la lecture du Coran, pour bénéficier du cadeau d’Allah pour ce mois béni. Et si je ne profite pas cette année des bienfaits de ce mois, ce sera moi le seul perdant. Qui sait si je serais encore là l’année prochaine? Et pour moi le Ramadan est une occasion pour prendre conscience du temps que je passe sur les réseaux sociaux et le plus souvent pour des choses inutiles. Et maintenant je ne ressens pas cette envie de retourner comme avant sur la page facebook ou WhatsApp. »

Mehvish Kadall, 16 ans de Curepipe. «Je pense que les réseau sociaux sont des fléaux qu’il faut éviter en cette période du Ramadan, pour la préservation de notre jeûne. Chaque musulman qui a la foi attend impatiemment le Ramadan, et nous sommes tous prêts à faire d’énormes sacrifices. Quand arrive le Ramadan nous essayons de l’observer avec plus de dévotion. Pourtant la tentation est toujours forte à l’intérieur de nous, mais il faut savoir la contrôler, car toutes les excuses sont bonnes pour utiliser les réseaux sociaux. Pour que les efforts que je fais tout au long du Ramadan ne soient pas inutiles, je délaisse les réseaux sociaux. Si ce n’est que pour avoir des nouvelles de l’étranger, c’est après le namaz du Taraweeh que je surfe un peu. Je consacre davantage de mes moments libres pour faire la lecture du Coran et des nafil. Si pendant la journée on entre sur la page facebook on y passera plus d’une heure, et ce temps est plus profitable pour faire des ibadaats. »


Témoignages

Sulaifa Jehangeer, 16 ans, de Curepipe : «Le premier jour cela me paraissait dur»

Sulaifa Jehangeer« C’est vrai que je suis une habituée du Facebook, WhatsApp, Viber entre autres, mais j’ai décidé de m’en passer c’est-à-dire de ne pas l’utiliser comme avant, pour que je puisse bénéficier du cadeau du Ramadan. Le premier jour du Ramadan cela me paraissait dur, mais je me suis vite pris reprise pour dominer ma passion de surfer sur le net. Pour moi, ce mois compte beaucoup en termes de faveurs qu’Allah nous donne. Et j’ai fait la promesse de profiter au maximum de ce mois pour lire le Quraan, et faire le zik’r d’Allah. C’est après mes heures d’école que je regarde un peu la page facebook et WhatsApp. Et c’est juste pour me rendre compte de ce qui se passe dans le monde. Après ,je fais mes leçons et mes namaz. Aussi après Esha j’accomplis le namaz du Taraweeh ».

Umm-E-Habiba Ghannoo, 16 ans, de Triolet : «J’utilise Facebook pour écouter des causeries»

Umm-E-Habiba Ghannoo«  Pour moi, il y avait un choix à faire: soit continuer avec la page facebook soit me consacrer à mes jeûnes du Ramadan avec plus de dévotion. Des fois j’utilise la page facebook, pour écouter des causeries par des aleem et des débats sur l’islam et les naats. Les réseaux sociaux sont devenus incontournables dans la vie de tous les jours pour nous tous, une fois connectés on est sous leur emprise. Des fois on se sent même obligée de fouiner. Pour moi cela a été difficile au début, mais je suis parvenue à me dominer. J’utilise le temps que je passais sur les réseaux sociaux pour faire mes ibadaats, et je vais en profiter pour terminer la lecture du Coran et accomplir tous mes namaz, y compris les Taraweeh, et faire les Astaghfar et le zikrullah. Mes bonnes actions durant ce mois, m’apporteront le double de récompenses de mon Créateur ».

Yusra Shamtally : «Partager des hadiths et versets coraniques»

réseaux sociaux Yusra Shamtally est une de ces adeptes de Facebook qui consulte sur une fréquence régulière son compte. Outre pour « rester informée », cette étudiante en Economie et Finance de l’université de Maurice utilise aussi le réseau social dans le cadre de ses études. « Mais durant les périodes d’examens, ça m’est arrivée de désactiver mon compte temporairement pour ne pas être distraite », dit-elle. Avec l’arrivée du Ramadan, Yusra affirme qu’elle passe moins de temps sur les réseaux sociaux. « Et si jamais je suis connectée, c’est essentiellement pour partager des hadiths ou des versets coraniques afin de pouvoir faire bénéficier mes amis. Je m’assure cependant que les hadith que je partages soient authentiques pour ne pas les induire en erreur », déclare cette habitante de Phoenix.

Fareed Dean et Ahmad Fakuddeen Jilani

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

121119_depute2_3

Circonscriptions Nos 2 et 3 : la parole aux élus

Dans les circonscriptions Nos 2 et 3, ce sont les candidats du MMM et de …