Religion – Star http://starpress.info Journal d'information en ligne Fri, 17 Nov 2017 10:58:55 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.6.8 L’après-Hadj : les défis des hadjees http://starpress.info/lapres-hadj-defis-hadjees-2733/ Fri, 29 Sep 2017 09:44:05 +0000 http://starpress.info/?p=2733 Les jours passent vite. Les minutes… les secondes s’égrènent. Ce ne sont pas les hadjees 2017 qui nous en diront le contraire. C’était comme hier le jour où ils avaient reçu leur lettre de l’ICC – Centre culturel islamique – leur annonçant qu’ils ont été choisis pour partir pour la Mecque. C’était, certes, un moment intense marqué par des larmes de joie d’être invités par Allah.

En Arabie saoudite, l’émotion était montée crescendo – quand on a vu la Kaaba pour la première fois,  quand a fait les premiers pas à Mina et à Arafat et quand on a dormi à la belle étoile à Muzdalifah. Ces images qui sont encore fraîches dans les esprits seront gravées dans la mémoire des hadjees. Ils ont témoigné de la force divine qui leur a permis de surmonter les fatigues accumulées pour faire la Tawaaf et le parcours de Safa-Marwah et marcher de Mina à Makkah dans une foule de plus de 3 millions de personnes. A Madina, ils ont dû ressentir un frisson en apercevant la mosquée Al Nabawi,  la mosquée du Prophète Muhammad (pssl). Là où est enterré le dernier Prophète de l’Islam. Dans le Saint Coran, plus précisément la Surat Yunus, Allah dit que c’est une grâce et une miséricorde plus précieuses que toutes les richesses du monde. Allah U Akbar.

Dans plusieurs hadiths, le Prophète Muhammad (pssl) cite le hadj parmi les meilleures actions.  Abu Hurairah raconte : « On demanda au Prophète : « Quelle est la meilleure action? » Il répondit : « Croire en Allah et Son Messager. » « Ensuite? » « Faire le jihad pour l’amour d’Allah. » « Ensuite? » « Hadj Mabroor, un hadj qui est accepté par Allah (subhanahu wa ta’ala).» Pour les femmes, le meilleur djihad, c’est un hadj accepté par le Créateur, comme rapporté par Aicha (ra) : «O Messager d’Allah! Nous considérons Djihad comme le meilleur acte. Devrions-nous ne pas combattre dans le sentier d’Allah?» Il a dit, «Le meilleur djihad (pour les femmes) est-Hadj Mabroor (c.-à-Hadj qui est fait selon la tradition du Prophète et est acceptée par Allah).»

Qui plus est, les péchés d’un hadjee sont effacés sous certaines conditions comme rapporté par Abu Hurairah : « J’entendis le Prophète (sal Allahu alayhi wa sallam) dire : « Quiconque se rend à cette maison (avec l’intention d’accomplir le hadj) et s’abstient de dire des obscénités ou de commettre des actes impudiques reviendra (absous des péchés) tel qu’il était le jour où sa mère l’avais mis au monde. » (Sahih Bukhari)

1. Rester ferme sur le chemin d’Allah

Le hadj terminé, de retour au pays, les hadjees ont un grand défi à relever. Ils devront rester dans le droit chemin pour que la grâce et la miséricorde reçues durant le Hadj ne s’estompent pas. Et pour qu’ils ne s’égarent pas après avoir reçu la guidée. D’ailleurs, dans le Saint Coran, Allah conseille aux musulmans dans la Surat 16(92) de ne pas faire dénouer une œuvre après avoir noué solidement son fil. Les hadjees doivent garder ce verset toujours en tête. On n’accomplit pas le hadj pour avoir un titre ou un statut. C’est un ibaadah qu’on n’accomplit que pour le plaisir d’Allah. Sinon il ne vaut rien.

2. Pas de négligence dans la salaat

La salaat est primordiale dans la vie d’un musulman – qu’il ait accompli le hadj ou non.  C’est encore plus important pour un hadjee dont les péchés ont été absous par le Créateur. D’après un hadith rapporté par Abdallah Ibn Qart (qu’Allah l’agrée), toutes les bonnes actions – qu’elles soient hadj, roza, sadaqat ou tilaawat entre autres – dépendent de l’accomplissent des cinq salaat quotidiennement et durant les heures prescrites. Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a dit: « La première chose sur laquelle le serviteur est jugé le jour de la résurrection est la prière, si elle est bonne les autres actes seront bons et si elle n’est pas bonne les autres actes ne seront pas bons.» Vu que la qualité de la salaat est incontournable, chaque musulman doit s’y appliquer au maximum et surtout avec beaucoup de concentration.

3. Donner le bon exemple

Un musulman qui a eu l’occasion de prier à Arafat ne doit sous aucun prétexte être un mauvais exemple pour les hadjees. Ni être quelqu’un qui suscite le dégoût des musulmans par ses mauvaises actions. Il doit pouvoir garder les effets merveilleux du hadj vivants jusqu’à son dernier souffle. Il doit être un exemple à suivre. Il doit susciter l’admiration des autres de par le changement positif dans sa vie. Et ainsi susciter l’engouement auprès de ses coreligionnaires pour aller accomplir le Hadj. Par extension, attirer les gens vers l’Islam. C’est une mission noble. C’est du dawaa.

4. Le combat au quotidien

Chaque hajee doit être conscient que le Hadj ne l’a pas transformé en un être parfait. Il commettra des erreurs. Il est important qu’il se rétracte tout de suite et qu’il demande à Allah de le pardonner avec l’intention ferme de ne pas récidiver. Durant le Hadj, il a lapidé les stèles représentant Satan. Dans le quotidien, il lui faudra combattre Satan le maudit en faisant un maximum de bonnes actions. Ce n’est qu’en réussissant cette bataille qu’il pourra préserver les bons effets du Hadj.

5. Les invités d’Allah

C’est un fait irréfutable que ce ne sont pas que les riches qui partent accomplir le Hadj. Regardez autour de vous et vous vous rendrez compte que pas mal de gens aisés n’ont accompli que l’Umrah ou sinon, ni l’Umrah et ni le Hadj. Les hadjees sont les invités d’Allah, comme annoncé par le Prophète Muhammad (pssl). Ils ont eu l’occasion d’accumuler les récompenses à la Mecque et à Madinah. C’est leur devoir de se comporter comme des invités d’Allah dans la vie de tous les jours.

Accomplir le hadj est une chose, mais préserver ses bienfaits est une autre paire de manches. C’est le défi à relever au quotidien par les hadjees.

]]>
La vie du Maulana Abdul Aleem Siddiqui http://starpress.info/vie-maulana-abdul-aleem-siddiqui-2607/ Fri, 15 Sep 2017 09:56:13 +0000 http://starpress.info/?p=2607 Le grand soufi et alim, Hazrat Maulana Shah Muhammad Abdul Aleem Siddiqui  Qadri Razvi (ra), qui est un descendant direct de Hazrat Abu Bakr Siddique (ra), premier Calife de l’Islam, est né le 3 avril 1892 (15 Ramadhan 1310) à Meerut en Inde.

À l’âge de 9 ans, il étonna un grand auditoire réuni à la Jummah Masjid de Meerut en prononçant un discours de 90 minutes. Son frère aîné, Maulana Muktar Siddiqui (ra), s’occupa de son éducation spirituelle à la mort de son père. à l’âge de 16 ans, il décrocha avec distinction le diplôme de théologie de l’institut National Arabe.

Il se consacra aussi à la maîtrise d’autres disciplines. Il étudia la langue anglaise à l’Islamic High school d’Etawah et le droit au Divisional College de Meerut qui devait plus tard devenir une université. Il quitta cette institution en 1917, à l’âge de23ans. à l’âge de 25 ans, il lui est arrivé de présider en Birmanie une conférence Islamique sur l’éducation.

Missionnaire international

Dès 1919, à l’âge de 27 ans, constatant la situation de la communauté musulmane de son pays et à travers le monde, Il décida de se consacrer à la mission de propager le véritable message de l’Islam pour sauver ses coreligionnaires du marasme de l’obscurantisme, de l’ignorance, de la superstition et de la marginalisation pour faire revivre la pensée et la pratique religieuse en vue d’aboutir à l’émancipation sociale et au plus grand rayonnement intellectuel des musulmans.

Khilafat de A’la Hazrat

Il entreprit une étude approfondie du Tafsir du Quran Sharif, Hadith Sharif, du Fiqh et du Tassawuf auprès du Grand Mujadid du siècle, A’la Hazrat Imaam Ahmad Raza Khan (ra) de Bareilly Sharif. De son initiation à des ordres mystiques tels que le Quadriat, Naqshbandiyyah, Chistiyyah et Shurwaddiyah. Il reçut sa Khilafat avec A’la Hazrat (ra).  A’la Hazrat Imaam shah Ahmad Raza Khan (ra) lui conseilla de voyager dans d’autres pays du monde pour propager le message de l’Islam.  Après  l’Inde et le Pakistan, Son Eminence visita la Birmanie, le Ceylan (Sri Lanka), la Chine, l’Afrique du sud, l’Iraq, La Syrie, La France, la Jordanie, le Canada, l’Arabie Saudite, Maurice et d’autres pays encore.

À Maurice

A l’âge de 36 ans, il vint à Maurice pour la première fois en 1928, ensuite en 1931, en 9132 et en 1939, Il présida la conférence historique à Port-Louis: Eid Milad Muslim Conference. Il fonda l’infirmerie musulmane à Port-Louis. Il commença l’effort pour le lancement du Waqf Law (les lois du Waqf) pour sauvegarder des Masjids et les donations des musulmans-effort qui fut couronné de succès. Son Eminence mit aussi sur pied la Muslim Youth Brigade (M.Y.B) dans le but d’organiser la jeunesse musulmane pour la rendre dynamique au lieu de la laisser à la proie des vices. La MYB réussit à son tour, à introduire la Scoutisme dans la communauté musulmane en instituant la First Mauritius Muslim Scouts.  En 1949 et enfin en 1953 à l’âge de 61 ans. Il aida à la création de la première organisation (interreligieuse), d’un hospice pour des vieux: le Currimjee Infirmary, du Mauritius Muslim Orphanage, de la Hizbullah Society, de la Muslim Youth Brigade, de  la Halkae Qadria Ishaat e Islam de la Dar ul Uloom et du collège Alleemiah de Phoenix.

En 1953, après avoir visité l’île Maurice, il devait rentrer à Madinah Sharif. Il poussa son dernier soupir le 22 août 1954 (22 Zill-Hajj) à l’âge de 63 ans. Son Qabr Mubarak est au Jannat-ul-Baqi, juste au Qadam Mubarak de la Mère des Croyants, Hazrat Bibi Aysha Siddiqua (ra) à+ Madinah Sharif.

Quelques Wazifas du Maulana Abdul Aleem Siddiqui (RA)

C’est important de mentionner quelques ordres formels et conseils de Son Eminence pour montrer comment Il a voulu que nous nous tenions fermement aux principes d’Allah Ta’ala: Mettre en pratique ces 5 obligations-là est très important parce que ceci est un moyen sûr pour s’approcher d’Allah Ta’ala;

• Penser à Allah Ta’ala avec la langue et le cœur à chaque instant.
• Faire le 5 fois le Namaz tous les jours avec concentration et sincérité, le mieux possible en jama’at.
• Observer  le roza durant le mois du Ramadan une fois par an pour posséder de bonnes qualités.
• Donner l’aumône pour l’amour d’Allah Ta’ala.
• Quitter votre pays une fois dans votre vie pour aller faire le Hajj et supporter les difficultés pendant voyage; pour dire “Labbaik” (je suis présent) et visiter le Rawsa du Saint Prophète (saw) pour recevoir les vraies bénédictions spirituelles.
• Faire le Zikr-ul-Allah (penser à Allah Ta’ala) avec sincérité.
• Il faut lire le Darood Sharif pour avoir l’amour du Zikr et pour avoir la bénédiction et l’intercession du Saint Prophète (saw) et aussi pour avoir l’amour et le respect du Saint Prophète (saw). C’est cela la vraie foi et le chemin pour avoir l’amitié d’Allah Ta’ala.

Alimee Khasta jaan taag aga-e-hein darde Hijran se Ilahi Kab wo diin ayee ke Mehman-e-Muhammad (Saw) ho Mujse Khidmat ke Khudsi Kahein ha RAZAA Mustapha (saw) Janne Rahmaat pe lakhoon Salaam

]]>
L’Islam est une grande religion http://starpress.info/lislam-grande-religion-2555/ Fri, 08 Sep 2017 06:00:53 +0000 http://starpress.info/?p=2555 D’un côté, des milliers de taureaux sont massacrés chaque année lors des corridas dans les arènes espagnoles et ailleurs dans le monde au nom d’une tradition barbare qui n’a aucune place dans le monde moderne. De l’autre, les sociétés protectrices des animaux veulent assurer la protection animale. 

L’Islam préconise le juste milieu et interdit de faire souffrir un animal pour le plaisir, mais permet aux êtres humains d’utiliser les animaux pour se vêtir, pour se nourrir et pour se déplacer.

Tout d’abord, sachons que vous  l’Islam interdit toute cruauté envers un animal ou même un insecte. Bukhari a rapporté que le prophète Muhammad a dit qu’une femme a été  tourmentée en enfer tout simplement parce qu’elle avait attaché un chat jusqu’à sa mort (Bukhari). Par contre, les péchés d’une autre dame ont été pardonnés tout simplement parce qu’elle a donné à boire à un chien qui mourait de soif (Bukhari). Le saint prophète SAW a dit: « Il y a des récompenses à recevoir lorsqu’on traite bien n’importe quel être vivant » (Bukhari). C’était au 7e siècle. Bien avant que ne soient créées en Europe des associations pour défendre les droits des femmes et des animaux.

Le prophète Muhammad (pssl) est le dernier des prophètes après Noé, David, Abraham, Jésus et Moïse. Il est venu avec le dernier livre sacré-le Coran – qui inclut le fait que les animaux seront ressuscités le jour du jugement (Coran-81:5).

Le prophète Muhammad (SAW) a dit : « les créatures se feront justice les unes des autres au point que même la bête privée de cornes se vengera de celle avec des cornes, voire l’atome d’une autre atome » (Sahih Muslim). Le saint prophète (SAW) nous a conseillé de bien nourrir les animaux et de penser aussi à leur bien-être comme monture(Muslim). Au bout de ce récit, le prophète laisse entendre que lorsque vous reposez lors des voyages, alors évitez le chemin des insectes ! (Muslim)

Interdiction de tuer sans raison

Dans un autre récit de Tirmizi, le prophète (SAW)  apprécie la plantation d’un arbre. Il dit que tous ceux qui bénéficieront de cet arbre qu’ils soient humains, animaux ou oiseaux, alors le planteur recevra toutes les récompenses (Tirmizi).

Dans un récit de Bukhari, le prophète (SAW) a interdit de prendre des animaux, des oiseaux ou n’importe quel être vivant comme cibles lors d’une partie de chasse. L’Islam interdit de tuer un animal ou un insecte sans raison valable. Mohammad (saw) a pris soin d’insectes lui-même et a interdit de tuer un autre être humain.

Dans ce monde, il y a des gens qui se font du souci pour les animaux plus que pour les humains. L’Islam protège les droits des animaux, mais autorise l’homme à utiliser ou même à tuer un animal pour ses besoins. Les animaux ont été créés par le Créateur pour servir l’homme. La propriété et l’utilisation des animaux appartiennent exclusivement au Créateur. Il a accordé la permission à l’homme d’égorger un animal ou un oiseau pour ses besoins ou pour une expérience qui bénéficiera à l’humanité.

Si tuer un animal ou un insecte nuisible est nécessaire, alors l’Islam ordonne qu’on les tue de manière à leur causer le moins de souffrance possible. Le prophète (pssl) nous encourage de bien aiguiser le couteau avant d’égorger l’animal (Muslim). Lorsque Dieu a  voulu éprouver l’amour d’Abraham, alors Il lui a ordonné d’égorger son unique fils d’alors, Ismaël. Lorsque Abraham a allongé son fils sur le sol et lui passé un couteau sur la nuque, alors Dieu a envoyé 2 moutons du Paradis afin qu’il les égorge à sa place. Depuis, à la même date chaque année, les musulmans du monde entier revivent cet esprit de sacrifice d’Abraham.  Ils célèbrent la fête d‘Eid-ul-Adha et sacrifient au nom de Dieu un animal. Auparavant, les pieux choisissaient un mouton un mois avant Eid-ul-Adha. On l’apprivoisait, lui donnait un nom et on lui servait de la nourriture avec beaucoup d’affection. L’animal devenait un animal de compagnie.

Revivre l’esprit  de sacrifice

Puis venait le jour de l’Eid-ul-Adhaa. C’était une preuve d’amour envers son Seigneur d’allonger cet animal auquel on s’était attaché pour l’offrir en  sacrifice à Dieu. Tout cela pour revivre ce qu’Abraham ressentait lorsqu’il a voulu sacrifier son fils unique d’alors. Donc, la fête de l’Eid-ul-Adhaa n’est nullement pour brutaliser ou torturer les animaux. C’est plutôt pour sentir la présence du Créateur parmi nous, de revivre le sentiment de douleur et de souffrance et surtout de promouvoir le sens de soumission à Dieu qu’avait Abraham,  le père de l’humanité. Nous avons noté un grand progrès dans le domaine de la protection des animaux. Mais cela ne doit pas être fait à l’extrême. On doit pouvoir tolérer les rites d’une religion millénaire. Nous souhaitons aussi des progrès en matière de protection des droits des Palestiniens, des Myanmars, des Syriens et des Africains. Traiter les animaux avec plus de respect qu’on ne montre envers les humains est une très grave erreur.

Mufti Ayoob bin Ismael Mackoojee

]]>
Qurbani : respectons les animaux http://starpress.info/qurbani-respectons-animaux-2488/ Fri, 01 Sep 2017 12:23:25 +0000 http://starpress.info/?p=2488 Le transport des animaux dans le cadre du Qurbani est décrié chaque année par de nombreux ulémas. Les Mauriciens font un « tam-tam » en se mettant à courir derrière des camions transportant ces animaux.

Il y a d’abord la manière dont le transport est assuré. Une dizaine de bœufs sont entassés dans des camions qui ne peuvent accueillir que 7. Des jeunes qui prennent place au dessus de la structure métallique qui couvre les camions, mettent leur vie en danger mais aussi celle des autres. Ou encore, l’utilisation « trop facile » de  torche électrique  sur des animaux. Sans oublier le bruit assourdissant, parfois jusqu’à fort tard, des motocyclettes qui suivent les camions. Hommes, femmes, enfants et parfois même les aînés se mettent à « courir » derrière les camions… C’est consternant. Le qurbani est devenu, au fil des ans presque une attraction où certains en ont fait un « tam-tam». Mais que disent le coran ou le prophète Muhammad (pssl) sur les droits des animaux ? C’est ce que nous allons apprendre dans cet article.

En effet, de nombreux versets coraniques font mention des animaux, que ce soit concernant leur raison d’être ou leur droit. D’ailleurs, de nombreux chapitres dans le coran portent le nom des animaux, notamment la Vache (Al Baqara), les Bestiaux (Al An’am), l’Araignée (Al Ankabut), l’éléphant(Al Fil), les Abeilles (An-Nahl) ou encore la Fourmi (An Naml).

Un sujet de méditation

D’abord, il faut savoir que les animaux ont été créés pour vivre en communauté. Ils ont des familles, comme nous, ils mangent, ils boivent, ils tombent malades, se reproduisent et ils meurent. Ils seront eux aussi ressuscités le jour du Jugement dernier sans qu’ils n’aient cependant à rendre des comptes de leurs actes, à la différence des humains. C’est d’ailleurs ce qu’Allah nous dit dans la sourate 6 (les Bestiaux), verset 38.

Ils jouissent des mêmes droits que les humains d’habiter ce monde, de manger et de boire ce qu’Allah leur a envoyé.

D’ailleurs, les animaux prient comme nous. Ils font le « Tasbih» et se prosternent pour Allah. De plus, les animaux communiquent entre eux.

Allah a envoyé les animaux parmi les hommes afin que nous réalisions la grandeur ainsi que la capacité d’Allah. Force est de constater cependant que nous ne méditons pas suffisamment, voire pas du tout, sur ce sujet.

Allah a donné certaines capacités à certains de ces animaux que les humains ne possèdent pas. Par exemple, certains animaux voient les anges ou même shaitwaan.

« Quand vous entendez le chant du coq, invoquez Allah qu’Il vous accorde de Sa générosité, car il (le coq) a vu un ange. Et lorsque vous entendez le braiment de l’âne, cherchez refuge auprès d’Allah contre le diable, car il ( l’âne) a vu un diable ». D’autres entendent les cris des morts.

« Lorsque le mort est porté par les hommes sur leurs épaules (pour être conduit au cimetière), s’il était vertueux, il dit: « Dépêchez-vous, dépêchez-vous! » Et s’il ne l’était pas, il dit: « Malheur à moi, où m’emmenez-vous? » Toutes les créatures entendent sa voix sauf l’être humain; s’il l’entendait, il en serait foudroyé ». [Bukhari 1232]

Certains animaux sont même meilleurs que des humains. Bien que ces derniers possèdent une intelligence, ils ne font que suivre leurs passions, comme nous le dit Allah  [7 :179] Ce sont ceux dont l’objectif sur terre n’est que « maja karo ». Ils ne pensent pas à prier Allah, alors que les animaux eux, le font.

]]>
L’abandon de la salât : ce que vous risquez http://starpress.info/labandon-de-salat-risquez-2041/ Fri, 14 Jul 2017 08:10:17 +0000 http://starpress.info/?p=2041 Toutes les bonnes actions que nous puissions accomplir dépendent principalement des prière, la salât (namaz). Tant et si bien que même les autres piliers tels que le jeûne (roza), l’aumône (zakaat) et le pèlerinage (Hajj) dépendent de la salât.

Une amélioration flagrante que nous témoignons durant le mois du Ramadan est au niveau de la salât (namaz). Les mosquées sont pleines à craquer cinq fois par jour, la salât est accomplie dans la maison mais plus encourageant encore, c’est lorsque les gens accomplissent les prières surérogatoires (nafil) avec amour et sans y être forcés. Sans compter les autres prières telles que la lecture du coran, l’aumône, l’offre de l’iftaar et le roza.

Le prophète Muhammad (pssl) a dit : « «La première chose pour laquelle le serviteur sera appelé à rendre des comptes, au jour du jugement, sera la prière. Si elle est parfaite, il aura réussi et aura le succès ; mais si elle était invalide et imparfaite, il aura échoué et sera perdant » [Tirmidhi 378]. Cela va sans dire que la « réussite » dans l’au-delà (akhirat) c’est le paradis (jannat) alors que la « perte » c’est l’enfer.

On peut penser qu’Allah nous ouvrira les portes du paradis uniquement parce que nous estimons que nous avons un cœur « propre » ou parce que nous nous acquittons de la zakaat ou encore parce que nous accomplissons de bonnes actions, ce, sans accomplir la salât. Cependant, il suffit de prendre un étudiant de School Certificate (SC) par exemple. Il peut obtenir 1 unité dans 8 matières mais s’il obtient 9 unités en anglais (Fail), quel établissement scolaire va accepter son admission en HSC ? Pourtant, dans 8 matières il a obtenu pratiquement 90 à 100 points, mais cela n’a nullement suffi pour qu’il soit admis en HSC car c’est le règlement imposé par les non croyants. Ici, c’est Allah qui a imposé ces règlements et soyez en sûrs que cela ne changera jamais, comme Allah le dit dans la sourate 48 (Al Fath), verset 23 ou encore la sourate 33 (Al-Azhab), verset 62.

D’ailleurs, le Messager d’Allah a dit : « « Celui qui priera selon notre prière, qui s’orientera vers notre Qibla et qui mangera (la chair) des animaux égorgés selon nos rites, celui-là est le véritable Musulman (…) ». [Bukhari 378]

Un croyant doit de se demander s’il peut toujours se considérer comme musulman alors qu’il a tout bonnement abandonné la salât. Ou alors, s’il a abandonné la salât, que lui reste-il dans cette religion à négliger ?

« Celui qui manque la prière du ‘asr c’est comme s’il avait perdu sa famille et ses biens »

Muhammad (pssl) dit aussi : « N’abandonnez pas la prière volontairement, quiconque abandonne la prière volontairement, perd le pacte (de garantie) d’Allah » [Ibn Maajah 4024]. Si vous perdez la garantie d’Allah dans ce monde, comment voulez-vous que votre vie soit prospère ?

Pire encore, le prophète a dit : « Celui qui manque la prière du ‘asr c’est comme s’il avait perdu sa famille et ses biens » [Bukhari 519]. Imaginez que vous rentrez chez vous un après-midi, vous constatez avec stupéfaction que votre maison est en cendre, que les membres de votre famille y ont laissé leur vie et que toute votre richesse est partie en fumée. Comment allez-vous vous sentir à ce moment-là ?

Si une personne manque une prière sans qu’il n’en éprouve aucun remords dans son cœur, c’est à se demander si le cœur de la personne contient encore de la foi pour Allah. En fait, la prière est une barrière empêchant une personne de tomber dans le Kufr. Le prophète Muhammad (pssl) a dit : « le pacte qu’il y a entre nous et eux (les mécréants) est la prière. Celui qui la délaisse a alors mécru » [Nasai 459].

Manquer une prière est si grave que c’est considéré comme un « kufr ». Ce qui fait que manquer à la prière est beaucoup plus grave qu’un meurtre, que l’adultère, la consommation de la drogue, la consommation de boissons alcoolisées, le vol, les jeux du hasard, entre autres. Une personne qui manque les prières doit être davantage méprisée qu’une prostituée.

Les punitions

Dans le coran, Allah a menacé ceux qui se montrent négligents dans l’accomplissement de la salât Alors imaginez ce qu’il adviendra de celui qui ne fait aucune salât. Ce dernier sera certes dans la perdition (l’enfer) comme il est dit dans la sourate 19, verset 59.

Dans le coran, Allah nous enseigne de ce qu’il adviendra des non-croyants, le jour du Qiyaamah. Ceux qui n’accomplissent pas la salât doivent se dire qu’ils en subiront les mêmes conséquences.

Ce qui nous amène à dire qu’il faut profiter de notre vie dans ce monde et de la bonne santé que nous jouissons pour nous prosterner devant Allah. D’ailleurs, lorsque les habitants de l’enfer seront interrogés sur la raison pour laquelle ils se trouvent parmi les perdants, la salât en sera la raison principale.

Dans un hadith, le prophète Muhammad (pssl) nous informe que dormir pendant l’heure de la salât est un péché dont les punitions commencent dans le Qabr. « Un soir, deux anges se sont présentés à moi  (en rêve) et m’ont invité à me lever et à les suivre. Je suis parti avec eux. Ensuite nous avons découvert un homme couché alors qu’un autre se tenait à ses côtés une grosse pierre à la main. Et puis, subitement, il lui a asséné un coup à la tête. Celle-ci a éclaté et la pierre s’est transformée en morceaux et les différents fragments ont roulé  çà et là. L’homme poursuivait les fragments et chaque fois qu’il en saisissait un, la tête fracturée reprenait sa forme normale  et l’homme la frappait de nouveau avec un fragment… Le Prophète (pssl) dit : « Je leur ai dit : « Gloire à Allah ! Qui sont ces deux hommes ? ». Les deux anges ont répondu : Quant à la première personne que tu as vu et dont la tête était fracturée à coups de pierre, c’est celle qui a abandonné le Coran après l’avoir appris, et dormait au moment de l’accomplissement d’une prière obligatoire » [Bukhari 6525].

Cela s’applique à celui qui a l’habitude d’accomplir la salât mais qui s’est endormi à l’heure de la salât. Maintenant imaginez ce que devra subir celui qui n’accomplit pas du tout de prière. Qu’Allah nous aide à réaliser l’importance de la salât et qu’on mesure la gravité d’abandonner ne serait-ce qu’une salât. Qu’Allah nous aide à devenir parmi Ses esclaves qui sont sincères envers Lui.

]]>
Le mois de Shawaal http://starpress.info/mois-de-shawaal-1965/ Fri, 07 Jul 2017 12:10:11 +0000 http://starpress.info/?p=1965 Après le mois de Ramadan, vient celui de Shawaal. Pendant ce mois, il est recommandé de jeûner six jours supplémentaires. Ces jours de jeûne ne sont pas obligatoires, mais sont recommandés par le prophète Muhammad (p.s.s.l) qui a dit : « Celui qui jeûne pendant le Ramadan et le fait suivre par les six jeûnes de Shawaal, il sera alors récompensé comme s’il a jeûné pendant toute l’année. »

(Abu Dawood) On peut observer ces jours de jeûne à n’importe quelle date pendant le mois de Shawaal. Il est prescrit à ceux  qui ont manqué plusieurs années de jeûne de remplacer plutôt les jours de jeûne obligatoires avant de jeûner ces 6 nafils. Mais ceux/celles qui ont seulement les jours de  jeûne de ce Ramadan à remplacer, alors ils/elles peuvent commencer par jeûner ces 6 nafils.

Le nikah est recommandé au cours du mois de Shawaal 

Selon un récit de Muslim Shareef, Notre Mère Aisha (r.a.) rapporte que son mariage fut célébré pendant le mois de Shawwaal. Et elle consomma son mariage deux ans après pendant le même mois. Et elle eut l’habitude de célébrer les mariages des filles de sa famille pendant le mois de Shawwaal. Donc les nikahs sont recommandés pendant ce mois. En fait, le mariage d’Aisha (ra) avec le prophète d’Allah (p.s.s.l) est un sujet qu’on a du mal à expliquer. Aisha (r.a.) était une fille précoce et intelligente. Elle posait des questions qui étonnaient bon nombre d’adultes.

Elle avait une excellente mémoire et était très pieuse. De plus, elle était précoce (avec un physique très développé) pour son jeune âge. C’est alors que ses parents offrirent sa main au prophète Muhammad (p.s.s.l). En faisant cela, Abu Bakr fit un grand bien pour l’Oummah. C’était la meilleure des époques, les versets du Coran descendaient et les hadiths du prophète (p.s.s.l) avaient besoin d’être préservés. Sa mémoire était exceptionnelle : elle avait appris le Coran entièrement ainsi que des milliers d’ahadiths. Par ailleurs, elle avait, par sa sagesse, beaucoup aidé à faire comprendre la jurisprudence islamique. Plusieurs chapitres du fiqh se sont développés à partir d’ahadiths rapportés seulement par Aisha(r.a.)

La sagesse d’épouser ‘Aisha (r.a)

C’est un fait qu’un homme a une vie à l’extérieur de la maison et une autre à l’intérieur. Le jour, sa vie se passe à l’extérieur et le soir à l’intérieur. Les sahabas comme Abu Huraira (r.a.) peuvent rapporter des milliers d’ahadiths, des paroles et des sunnas du prophète (p.s.s.l) sur des sujets à l’extérieur de sa maison. Mais qui va nous raconter ces importantes sunnas à l’intérieur de sa maison? Ce sont les épouses qui peuvent nous raconter quelles étaient les habitudes du mari. Sans nos mères, c’est un immense trésor de sunnas qui se serait perdu.

Parmi les épouses du prophète (p.s.s.l), c’est Aisha (r.a) qui a excellé. Un récit rapporte dans le tafseer Kabeer que le prophète (p.s.s.l) a dit : «Recherchez une grande partie d’éducation islamique auprès de Humaira (Aisha) ! » Sa nature de questionner a perfectionné sa connaissance de l’Islam. La question apporte la solution à n’importe quelle difficulté. Le prophète (p.s.s.l) a dit : « Pour ôter l’incapacité, il suffit de questionner.’ » (Abu Dawood)

Un modèle comme Aisha (r.a)

Hazrat Aisha (r.a) avait appris le Coran et ses sciences pendant les neuf années qu’elle a vécues avec le prophète (p.s.s.l). Son savoir et sa soif de connaissance étaient tels que lorsqu’il n’y avait pas de consensus parmi les sahabas érudits en matière de jurisprudence, ils avaient recours à Aisha (r.a.). Lorsque Abu Huraira eut une divergence avec le mufti Ibn Umar, ils n’eurent personne vers qui se tourner sauf Aisha(r.a.). C’est pour cela qu’on dit haut et fort qu’il n’y a pas de discrimination à l’égard de la gent féminine en Islam. Notre mère Aisha (r.a.) a atteint un si haut degré de taqwa (crainte d’Allah), de piété et d’éducation que son nom a été inscrit parmi les plus grandes dames en l’Islam (Muslim). Le prophète (p.s.s.l) avait onze épouses dont deux quitta le monde tôt. Même en présence de neuf épouses qu’il avait à Madinah, le prophète (pssl) avait une préférence pour Aisha. Il disait : « La supériorité d’Aisha sur les dames est comme la supériorité du Thareed sur les autres menus »(Bukhari). Un hadith de Tirmizi rapporte que lorsqu’on avait demandé au prophète (p.s.s.l): « À quelle personne tiens-tu le plus ? » Il a répondu : « Aisha !» Et parmi les hommes ? Il a répondu « son père, Abu Bakr (r.a.) ». (Tirmizi) Croyez-moi, on n’a pas assez connu la grandeur de notre mère Aisha (r.a.).

Même le prophète (p.s.s.l) préférait la présence d’Aisha (r.a) pendant les moments difficiles! Les versets de tayammum furent révélés autour des circonstances de notre mère Aisha (r.a.). Elle était d’une pureté telle que des révélations sont venues au prophète (p.s.s.l) même en son intimité. Elle avait eu la salutation de l’ange Gabriel (a.s.). N’est-ce pas à ses côtés que le prophète choisit pour quitter ce bas monde? Au dernier souffle du prophète (pssl), elle emprunta le miswaak de son frère Abdur Rahman et le mouilla  avec sa salive qu’elle passa entre les dents du prophète (p.s.s.l.). C’est bien elle qui a rapporté les dernières actions du prophète (p.s.s.l.) avant qu’il quitte ce monde. Salutation spéciale à notre mère Aisha (r.a.). Paix et bénédictions d’Allah sur elle. Ameen.

]]>
Zakât : Aumône obligatoire http://starpress.info/zakat-aumone-obligatoire-1847/ Fri, 23 Jun 2017 07:39:34 +0000 http://starpress.info/?p=1847 Faut-il expliquer davantage la valeur du mois béni du Ramadan auprès Allah Ta’ala ? Une raison incontestable quand Le Créateur dit à l’Oummah que ce mois de Ramadan LUI appartient est le fait que ce mois renferme 4 des piliers de l’Islam:- le kalimah, la  salât, le jeûne, la  zakât.

La zakât – une aumône obligatoire à ceux qui possèdent un certain pourcentage de biens.. Renseignez-vous auprès des frères compétents pour de plus amples renseignements. Mufti Mackoojee en a fait son billet de dimanche dernier dans ce journal.

Le saint Prophète Mohammad ( pssl) a dit:- « Allah Ta’ala a fait la  zakât obligatoire simplement pour purifier votre bien qui reste et il a rendu l’héritage obligatoire simplement pour que cela puisse revenir à ceux qui vous survivre et il ajouta:-  « Laissez-moi vous dire à propos du meilleur qu’un homme puisse amasser , c’est une épouse vertueuse qui lui plaît lorsqu’il la regarde , qui lui obéit dans ses ordres et conseils et qui prend soin de ses affaires lorsqu’il est loin d’elle »  ( Abou Daoud).

30 et 27 fois

Le terme  ZAKÂT est mentionné 30 fois dans le saint coran. Et 27 fois, elle est associée à la  salât dans la même séquence.

“ …Et accomplissez la  salât et acquittez-vous de la zakât…”(SC 2/110)
“ … Et accomplissez la  salât et acquittez-vous de la zakât…” (SC 2/43)

“… Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils      commandent le convenable, interdisent le blâmable, accomplissent la  salât, s’acquittent de la  zakât……” (SC SC 9/71)

Oui. A qui est destinée cette aumône obligatoire et pour quelle catégorie de personnes ?

« Les sadaqas (zakât) ne sont destinés que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont le cœur est à gagner à l’islam, l’affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier d’Allah, et pour le voyageur ( en détresse). C’est un décret d’Allah. Et Allah est Omniscient et Sage. » (SC 9/60).

Parole du Saint Prophète Mohammad ( pssl):- « Si tu remets la  zakât à celui que j’ai désigné, ta responsabilité est dégagée et Allah t’accordera la récompense que tu mérites. Mais celui qui triche et prend l’argent destiné à la zakât. il assume seul les péchés ».. (Ahmed)

« Quiconque possède des biens qui lui ont été accordes à travers la faveur d’Allah mais fuit dans l’acquittement de la  zakât , le jour du qayamah, sa richesse se transformera en serpent viril, venimeux avec deux taches noires aux yeux. Le serpent entourera son cou et mordra ses joues tout en lui disant : ‘Je suis ta richesse, je suis ton trésor’. Attention à ceux de mon Oummah qui se déclarant intelligents en voulant prouver par des subterfuges qu’ils ne sont  pas éligibles à la  zakât. Ils sont en train de tricher avec Allah. La punition sera extrêmement sévère. » Et le saint Prophète, après cette explication, récita le verset 180 de la sourate 3 du saint coran:- “ Que ceux qui gardent avec avarice ce qu’Allah leur donne pas sa Grace, ne comptent point cela comme bon pour eux. Au contraire, c’est mauvais pour eux le jour de la résurrection. »

 Les sadaqas (zakât) ne sont destinés que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont le cœur est à gagner à l’islam,

La sagesse

Certains se demandent encore la vraie raison pour laquelle l’Islam est la seule religion où le système d’aumône est rendu obligatoire à ceux qui possèdent une certaine quantité de biens – la  zakât.

En effet, en islam, la  zakât a été imposée aux musulmans pour des objectifs très sages: (i) Purifier son argent en accroissant sa valeur tout en lui évitant des maux destructifs grâce aux bénédictions découlant de l’obéissance à Allah Ta’ala et à Ses commandements. ( ii|) Purifier l’âme même de cet homme qui ne fuit pas l’acquittement de la  zakât en le gardant loin des méfaits de l’avidité, de l’avarice et de la convoitise. ( iii) Aider les pauvres et les nécessiteux.( iv) Unir les cœurs autour de l’Imaan ( Foi) et de l’ Islam ( soumission à Allah ) tout en les débarrassant de l’obscurité de la faiblesse et du doute, pour les mener vers la clarté de la foi et de la certitude.

Un mécréant

Voilà comment est qualifié celui qui refuse de s’acquitter de la  zakât:-

Quiconque refuse de s’acquitter de la zakât en reniant qu’elle soit obligatoire en Islam, est tout simplement un mécréant renégat qui mérite la peine de mort. D’autre part, quiconque refuse de s’acquitter de la  zakât par avarice, bien qu’il affirme qu’elle soit un pilier fondamental de l’Islam, est un pécheur, sans que sa foi soit entachée. Les autorités musulmanes sont tenues alors de percevoir la  zakât d’une personne par la force. Si cette personne s’oppose avec une certaine résistance, les autorités sont tenues de la combattre jusqu’à ce qu’elle accepte le commandement d’Allah et s’acquitte de toutes ses redevances. Au sujet d’une personne, Allah Ta’ala rappelle à travers le verset 11 de la sourate 9 du saint coran:- « Mais, s’ils se repentent, accomplissent la  salât et s’acquittent de la  zakât, ils deviendront vos frères en religion. »

La place au feu

Bibi Aicha ( r.a.) rapporte une explication du saint Prophete Mohammad ( pssl):- “ Le Saint Prophete vit dans mes doigts des bagues en argent . Il me demanda l’origine de ces bijoux et si je fais le nécessaire pour la  zakât sur ces bijoux. A ma réponse négatives, je précisai cependant:- Si c’est la volonté d’Allah, je le ferai bien sûr. Au cas contraire, précisa le Prophete, ce sera ta part du feu.”( Al Baihaqi)

Protection des biens

Le  Saint Prophète Mohammad ( pssl) a dit:- « Protégez vos biens par la zakât , guérissez vos maladies par la charité, et confrontez le malheur et les difficultés par des prières humbles. » ( Abu Dawood).

Autre précision prophétique :- “ La richesse souillée par la  zakât non acquittée finit par etre détruite.”(Boukhari).

Et le verset 103 de la sourate 9 du saint coran confirme ces hadices:- “ Prélève de leurs biens une sadaqa par laquelle tu les purifies et les bénis , et prie pour eux . Ta prière est une quiétude pour eux. Et Allah est Audient et Omniscient. »

Même pre-islamique

À coup sûr, cela nous échappe. Mais le saint Coran en fait mention. Même Hazrat Issa ( a.s) se faisait un devoir de s’acquitter de la  zakât.

“ Nous en fîmes des dirigeants qui guidaient par Notre ordre. Et Nous leur révélâmes de faire le bien , d’accomplir la  salât et de s’acquitter de la  zakât. Et ils étaient Nos adorateurs.”(SC 21/73)

«  Ou que je (JESUS) sois, Il (Allah) m’a rendu béni, et Il m’a recommandé , tant que je vivrai , la  salât et la  zakât ». . ( SC 19/31)

La charité éteint le péché comme l’eau éteint le feu

Bien de chez nous

Au début de l’Islam, l’État se faisait un devoir de collecter la  zakât des individus. Ensuite l’État prenait la charge complète pour une distribution équitable parmi les nécessiteux. Ce système fut par la suite délaissé laissant aux habitants de faire la distribution de leur  zakât individuellement.

C’est bien le cas chez nous. Quoiqu’à une certaine période, des frères musulmans avec une très bonne intention ont voulu créer des Bait-ul maal  à travers lesquels la  zakât est collectée et distribuée aux nécessiteux. Tant bien que mal cela a marché jusqu’à ce que les musulmans ont préféré d’effectuer la distribution de leur  zakât eux-mêmes.

Mais Alhamdoolillah, certaines organisations socio-culturelles ont mis sur pied de solides structures pour la collecte et la distribution de la  zakât, surtout l’ISLAMIC WELFARE FOUNDATION (IWF).

Pour la période Ramadan 2016 au Ramadan 2017, l’IWF a collecté Rs 12M+ sous forme de  zakât. Cette  zakât a été distribuée sous plusieurs formes selon la demande et le mérite des demandeurs.

Un bref coup d’œil: Distribution de denrées alimentaires (Rs 2,5M), Aide pour habitation (Rs 800,ooo); Medical et autres (Rs 1M). La part belle revient, comme chaque année, à l’éducation. En effet, l’IWF s’est occupée de l’éducation tertiaire des étudiants venant  des milieux pauvres en subventionnant à hauteur de Rs 7M. Par éducation tertiaire, cela sous-entend études professionnelles, techniques, préprofessionnelles entre autres.

Autre ONG islamique qui milite pour l’éducation universitaire exclusivement est MECCA, fondé il y a peine une dizaine d’années. MECCA, sous son énergique président, Hajee Mahmad Amine Timol, fait de très gros efforts pour apporter une aide financière assez substantielle aux enfants venant des milieux défavorisés. MECCA, tout comme l’IWF, Muslim Brotherhood, Century Welfare Association, ZamZam, Mulim Mission, SIM, CIMOI, Dr Omar Uteem Trust, se font un devoir sacré de soutenir ces étudiants, très brillants au niveau de HSC. De très gros efforts sont faits pour leur apporter l’aide financière nécessaire pour leurs études universitaires, à Maurice ou à l’étranger.

Une Interrogation

Avec le fort pourcentage de gradués chômeurs en ce moment sur le marché du travail, ces ONGs qui militent pour des études tertiaires pour des enfants défavorisés, ne devraient-elles pas revoir leur copie ? Faudra-t-il participer à l’éducation tertiaire si, une fois les études terminées, ces professionnels se retrouvent dans le groupe des gradués-chômeurs.

Un récent exemple frappant: l’attente inquiétante de ces jeunes médecins avant d’être embauchés pour un emploi dans le service hospitalier gouvernemental. Cette embauche dans les hôpitaux publics a pu avoir lieu durant la semaine écoulée. Une de ces jeunes doctoresses nous confie que depuis son premier jour à l’Universite pour des études en médicine et ce premier jour de travail comme médecin, le sacrifice a été  énorme: pour elle pour ses parents, pour ses sponsors. 8 années et 21 jours. Incroyable !

La question reste posée. Une étude sérieuse et approfondie est plus que nécessaire. Même s’il faut revoir le plan de subvention des études tertiaires pour les étudiants dans le besoin.

Islamic Relief

Un mot très spécial pour cette ONG  internationale qui a une branche à Maurice. Son siège social se trouve à Port – Louis, au 2eme étage de PEARL HOUSE, Rue Sir Virgile Naz.

Un bilan totalement positif qui devra être dans la continuité grâce à la  zakât que versera chaque musulman au compte de ISLAMIC RELIEF.

Bref coup d’œil sur le bilan des projets réalisés en 2016:-

Syrie:- Des matériels médicaux à travers 5 hôpitaux

Yémen:- Aide alimentaire d’urgence avec plus de 4000 familles comme bénéficiaires.

Tchétchénie:- 1500 enfants malvoyants aidés pour pouvoir mener une vie décente.

Bangladesh:- Forage de puits et de toilettes bénéficiant plus de 13,000 familles.

Cette ONG parraine plus de 55,000 orphelins dans le monde entier.

Tous Ensemble

Que ce soit IWF ou MECCA ou ISLAMIC RELIEF ou Darul Heekmah, chaque ONG islamique militant pour diminuer la souffrance des familles musulmanes a besoin de votre  ZAKÂT. Que cette  zakât soit peu ou moyenne ou grosse, qu’importe. Votre donation sera vivement accueillie là où vous désirez la verser . La récompense: immense vient directement d’ Allah Ta’ala.

Pour Rappel

Quelques hadices concernant l’aumône, la charité, la  zakât.

• La meilleure charité est celle accomplie durant le Ramadan. (Tirmizi)

• La charité éteint le péché comme l’eau éteint le feu. (Mishkat)

• La charité faite à un pauvre est seulement la charité mais lorsqu’elle est faite à un parent ou proche, elle sert deux buts : l’aide et la continuité dans la relation familiale. (Ahmad & Tirmizi)

• Sachez que les biens d’un homme sont ceux qu’il a dépensés en aumône et les biens de ses successeurs sont ceux qu’il a conservés.(Ahmad)

• La meilleure aumône est celle que tu fais alors que tu es avare et bien portant avec espoir de devenir riche en redoutant la pauvreté. (Boukhari & Muslim).

• Le pauvre n’est pas celui qui fait partout le tour et est renvoyé avec une pièce de monnaie ou un morceau de quelque chose. Non . Le pauvre est celui qui ne gagne pas assez pour se satisfaire et n’est pas pris en considération pour que l’aumône lui soit donnée mais cependant ne se lève pas et ne mendie pas parmi les gens. (Bukhari).

]]>
Hossen Ibrahim : À 100 ans, il ne rate pas le taraweeh http://starpress.info/hossen-ibrahim-a-100-ans-ne-rate-taraweeh-1828/ Wed, 21 Jun 2017 09:05:39 +0000 http://starpress.info/?p=1828 Alors que des jeunes pleins d’énergie n’accomplissent pas le namaz taraweeh en se cachant derrière toutes sortes de prétextes pour se justifier, un centenaire au nom de Hossen Ibrahim se fait un point d’honneur à être présent à la mosquée pour accomplir les 20 cycles (rakat) de cette prière de la nuit depuis le début du ramadan.

On se souviendra sans doute de l’histoire de Hossen Ibrahim, un centenaire qui se rend dans différentes mosquées de l’île par autobus pour accomplir le namaz Jummah. Cet homme âgé de cent ans et quatre mois réalise une nouvelle prouesse en accomplissant le namaz taraweeh. depuis le début du ramadan. En effet, accompagné de son fils, il se rend à la mosquée Al Rayhaan de Camp Chapelon pour accomplir le namaz taraweeh au complet. Sa bru, Zaida Ibrahim, nous raconte que cette année elle a insisté pour que «Dada» ne jeûne pas car il s’affaiblit de plus en plus.

N’empêche qu’il se réveille à la même heure que toute la famille pour le repas du matin (sehri). Ensuite il fait ses ablutions avant de se rendre à la mosquée à pied pour accomplir le namaz fajr. Presque chaque jour il sort pour faire un tour dans la capitale et se rend au marché central pour acheter des légumes. Il rentre tard dans l’après-midi après avoir accompli le namaz Zohr dans la capitale. Même s’il ne jeûne pas, il respecte ce mois sacré et se garde bien de manger en public. Dada Hossen est un visage connu de Camp Chapelon. Les gens disent que cette région est bénie par sa présence.

Repas léger

Après le namaz Maghrib, il mange très peu et se prépare pour aller à la mosquée pour accomplir le namaz taraweeh. Cette année son fils l’emmène en voiture pour le court trajet car sa vue a baissé et il ne porte pas de verres. À 19h15, il est déjà assis sur une chaise  à sa place habituelle dans la mosquée . Dada Hossen ne parle à personne. Il garde la tête baissée et se concentre sur la lecture du coran. Malgré son âge il insiste pour accomplir le taraweeh au complet. De retour à la maison il prend son thé et croque parfois un gâteau préparé par sa bru.

Né le 12 février 1917, dada Hossen, qui est originaire de Kokan en Inde, fait partie de cette génération de Koknis forts et robustes qui travaillaient dans le port à amarrer les bateaux.

À l’âge de 99 ans, Dada Hossen jeûnait encore et accomplissait tous ses namaz. Soulignons qu’il a été la première personne à accomplir l’itekaaf durant 1 mois seul à la mosquée. Grâce à un «Primus», il faisait bouillir l’eau pour préparer le thé. Ses enfants racontent qu’il se rendait à la mosquée à 3 heures du matin pour allumer les lumières et ouvrir les fenêtres avant l’arrivée des premiers mussalis. Chaque vendredi, même pendant le ramadan, il prend l’autobus pour se rendre à une mosquée différente pour accomplir le namaz jummah. Il rentre à la maison avant le namaz Maghrib. Dada Hossen a 2 fils Siddick et Saïd qui veillent sur lui. Les habitants de Camp Chapelon sont fiers qu’un homme de la trempe de dada Hossen fréquente leur musjid.  Il fait la leçon aux jeunes qui par paresse restent loin de la maison d’Allah.

]]>
Le Ramadan et le pardon http://starpress.info/le-ramadan-et-le-pardon-1785/ Fri, 16 Jun 2017 08:45:15 +0000 http://starpress.info/?p=1785 Beaucoup d’importance a été accordée au pardon durant le mois du Ramadan. C’est la raison pour laquelle le prophète Muhammad (pssl) a dit « ameen » lorsque Jibril (AS) avait dit : « Quiconque jeûne le mois de Ramadan et ne se fait pas pardonner ses péchés, puis entre dans l’enfer, qu’Allah l’éloigne ! ».

Il est rapporté par Abou Houreira que le Prophète (pssl) a dit: « Celui qui prie la nuit du destin avec foi et en espérant la récompense, ses péchés précédents sont pardonnés et celui qui jeûne le ramadan avec foi et en espérant la récompense, ses péchés précédents sont pardonnés » (Boukhari 1901 & Muslim 760). La salaat, l’un des piliers de l’Islam, est aussi l’une des prières les plus importantes. En analysant les différentes postures ainsi que les différents ‘dua’, l’on remarquera qu’en fait, la salaat comprend de nombreuses façons pour demander pardon à Allah.

• L’invocation de l’ouverture (Allahouma ba’id bayni wa bayna…)

« Ô Allah ! Eloigne de moi mes péchés comme tu as éloigné l’orient de l’occident. Ô Allah ! Purifie-moi de mes péchés comme on nettoie le vêtement blanc de sa saleté.

Ô Allah ! Purifie-moi de mes péchés avec l’eau, la neige et la grêle ».

• Le Ruku et le Sijdah (Subhanak Allahumma Rabbana wa Bihamdika AIlahumma Ghfirli)

« Gloire et pureté à Toi, ô Allah, notre Seigneur, et à Toi la louange. Ô Allah, pardonne-moi »

• Lorsqu’on se lève depuis le Ruku : (Rabbana wa lakal- Hamd Hamdan Kathiran…)

« Ô Allah, loué sois-Tu, d’une louange de la contenance des cieux etdelaterreetdecequetuveuxen plus de cela. Ô Allah, purifie-moi par la neige, la grêle et l’eau froide. Ô Allah, purifie-moi de mes péchés et de mes fautes comme on purifie le vêtement blanc de ses impuretés ».

Sijdah

« Ô Allah, pardonne-moi mes péchés en totalité, du plus petit au plus grand, du premier au dernier, commis en public ou en secret ».

Avant le salut (salaam)

« Ô Seigneur, accorde-moi le pardon de mes péchés passés et à venir, ceux d’entre eux que j’aurais commis en secret ou en public. Et pardonne-moi mes abus ainsi que ce dont Tu es plus savant que moi. Tu es certes Celui qui fait avancer et Celui qui fait reculer, et nul n’est digne d’être adoré en dehors de Toi ».

Après le salut

« Lorsqu’il (pssl) avait fini la prière, il (pssl) demandait 3 fois pardon à Allah en disant: j’implore le pardon à Allah (astaghfiroullah) 3 fois ».

La question qu’une personne ayant la foi doit se demander c’est, qui d’autre qu’Allah peut nous pardonner nos péchés ? Parmi les points à réfléchir sur la grandeur de Son pardon

Un péché pardonné est comme un péché jamais commis

D’après ‘Abdallah Ibn Mass’oud (RA), le prophète Muhammad (pssl) a dit: « Celui qui se repent d’un péché est comme celui qui n’a pas de péché(commis ce peche) » (Ibn Maja 4250).

Allah se réjouit du pardon qu’on lui demande : « Allah Se réjouit du repentir de Son serviteur plus que se réjouit l’un de vous qui, traversant une terre désertique, voit sa monture lui échapper, emportant sa nourriture et sa boisson. Désespérant de retrouver sa monture, il s’allonge à l’ombre d’un arbre. Alors qu’il est ainsi, voilà que sa monture se présente devant lui. Il la saisit par la bride et s’exclame sous l’effet de la joie : “Seigneur ! Tu es mon serviteur et je suis Ton seigneur !”, commettant ainsi un lapsus » (Muslim).

La sourate Al Buruj

Cette sourate fait le récit d’un roi qui brûlait vif les gens qui croyaient en Allah. Verset 4 à 8 :« Périssent les gens de l’Ukhdoud , par le feu plein de combustible, cependant qu’ils étaient assis tout autour, ils étaient ainsi témoins de ce qu’ils faisaient des croyants, à qui ils ne leur reprochaient que d’avoir cru en Allah, le Puissant, le Digne de louange ». Quelle preuve de cruauté de la part de ce roi qui, d’après un hadith, avait même fait bruler une mère et son bébé. Imaginez un instant que ce roi se présente devant vous et qu’il vous demande pardon, allez-vous pouvoir le pardonner pour toutes les atrocités qu’il a commises ?

Et pourtant, dans la même sourate, deux versets plus loin (10ème), Allah dit : « Ceux qui font subir des épreuves aux croyants et aux croyantes, puis ne se repentent pas, auront le châtiment de l’Enfer et le supplice du feu ». C’est-à-dire qu’Allah nous informe pas qu’Il les punira, s’ils ne demandent pas pardon. Mais s’ils le font, alors Allah leur pardonnera. Subhanallah. Voyez à quel point Allah est pardonneur.

Allah pardonne

D’après Ibn Omar le Prophète (pssl) a dit : « Le jour de la Résurrection, Allah fera venir en Sa présence, l’un de Ses serviteurs etle couvrira de Sa discrétion. Puis Il lui demandera : “ Te souviens-tu du péché que tu as commis tel jour ? “ Il répondra : “ Oui, mon Rabb.»  Il lui demandera de nouveau : “ Te souviens-tu de tel autre péché que tu as commis tel jour ? “ Il répondra : “Oui,monRabb.“Ildira:“Je t’ai caché au regard des gens à cette époque et aujourd’hui Je te pardonne ». (Muslim)

Ce qu’Allah réserve à ceux qui recherche Son pardon

Sourate Al Furqan (Le Discernement), versets 70-71 : « sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre; ceux- là Allah changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Allah est Pardonneur et Miséricordieux; et quiconque se repent et accomplit une bonne œuvre c’est vers Allah qu’aboutira son retour.

Quelques conditions pour espérer obtenir le pardon d’Allah :

1. La sincérité envers Allah, c’est-à-dire qu’elle est dirigée exclusivement vers Allah, afin d’obtenir Sa récompense et d’échapper à Son châtiment.

2. Le regret du péché qui a été commis ; cela l’attriste et il souhaiterait ne l’avoir jamais commis.

3. La détermination à ne pas retourner à ce péché dans le futur

4. Arrêter immédiatement le péché ; si ce péché enfreint un droit envers Allah, en commettant un acte illicite, il doit le délaisser. Et si ce péché était l’abandon d’un acte obligatoire, alors il doit recommencer à le pratiquer. De même, si ce péché enfreint le droit d’une personne, il doit s’acquitter de ce droit en lui rendant son bien ou lui demandant pardon et en réparant le mal causé.

5. Se repentir avant la limite, c’est-à-dire l’agonie ou le lever du soleil se lève du couchant. Allah dit : « Mais le repentir n’est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu’au moment où la mort se présente à l’un deux et qu’il dit : ‘je me repens maintenant.’ » S 4 Ayt 18. Et le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Celui qui se repent avant que le soleil se lève du couchant, Allah lui pardonne ses péchés. » Rapporté par Muslim.

]]>
Les vertus de l’I’tikaaf et ses principes http://starpress.info/vertus-de-litikaaf-principes-1779/ Thu, 15 Jun 2017 05:45:12 +0000 http://starpress.info/?p=1779 La religion est venue pour apporter à l’homme l’équilibre et la perfection dans sa vie. Sans la religion, l’homme perd ses repères et donc ne pourra pas vivre une vie saine.

C’est la religion qui encourage le mariage, une vie familiale et la prière. Le fait qu’on est surveillé et qu’on doit un jour rendre compte de ses actes nous oblige à bien nous comporter et à réfléchir deux fois avant de commettre des actes ignobles. La religion de l’Islam préconise la modération et ne tolère aucun extrême. D’une part, il y a l’obligation à chacun de chercher un gagne-pain licite, et d’autre part on doit s’adonner à des obligations religieuses tous les jours. « Ce sont des hommes que ni le commerce, ni les transactions ne les distraient de l’invocation d’Allah, de l’accomplissement de la Salât et de l’acquittement de la Zakât. » (24 :37).

Mais pendant l’année on devrait avoir un équilibre entre les activités mondaines et la spiritualité. Et c’est là qu’on note que le prophète (pssl)  consacrait les derniers dix jours de chaque Ramadan à l’I’tikaaf. Il est rapporté par Hazrat Aisha (r.a.) qu’après la mort du prophète*pssl), ses épouses aussi s’asseyaient pour les dix jours de l’i’tikaaf (Bukhari).

L’I’tikaaf est se couper de toutes les occupations mondaines et se retirer pour faire les ibadats exclusivement dans la masjid pour les hommes et dans la maison pour les dames. Il existe trois catégories d’I’tikaaf : Nafil, sunna et wajib. L’intention de I’tikaaf nafil peut se faire n’importe quand en entrant dans la masjid et on peut rompre l’Itekaaf sans problème. Il n’y a pas de condition de jeûne attachée à I’tikaaf nafil et on peut le faire même pour un instant. Deuxièmement, il y a l’I’tikaaf sunna des dix derniers jours du Ramadan. Cet I’tikaaf exige qu’on soit propre et qu’on jeûne et qu’on le complète jusqu’à la fin. C’est pour cela qu’à  l’arrivée des menstruations, les dames doivent rompre leur I’tikaaf. Les épouses doivent avoir la permission de leur époux pour s’assoir pour cet I’tikaaf. L’I’tikaaf wajib est celui pour lequel on a fait la promesse de le faire ou en retour d’une faveur quelconque (mannat). L’I’tikaaf des dix derniers jours de Ramadan est sunna muakkadah alal kifayah. C’est à dire qu’au moins un homme doit être en état d’l’I’tikaaf les 10 derniers jours du Ramadan dans une masjid au moins dans chaque endroit. S’il n’y a personne, alors tous les musulmans de ces régions sont à blâmer.

Les vertus de l’I’tikaaf

Il est rapporté sous l’autorité de Ibn Majah que celui qui effectue l’I’tikaaf, c’est comme s’il est en train d’accomplir toutes les bonnes actions possibles. « Celui qui reste un jour en I’tikaaf, il sera éloigné du feu de l’enfer d’une distance de trois fossés. Chaque fossé a une largeur plus ce qu’il y a entre la terre et le ciel » (Tabrani) Et la vertu de l’I’tikaaf est qu’on est coupé de toutes les occupations mondaines pour se consacrer à son Créateur, Allah Ta’ala. Et encore la plus grande vertu est la nuit de Lailatul Qadr qu’on peut avoir par l’I’tikaaf des dix derniers jours. Au fait le prophète (pssl) effectuait l’I’tikaaf pour avoir cette nuit-là. Plus de 1000 mois de récompenses pour cette nuit et donc on comprend pourquoi tant de personnes accompagnaient le prophète (pssl) pendant l’I’tikaaf. L’I’tikaaf a pour principal objectif de nous délaisser des besognes mondaines pour nous adonner au service d’Allah Ta’ala dans les limites de la masjid. Et il nous est conseillé d’augmenter les ‘ibadats’ pendant ces dix derniers jours :  « Lorsqu’arrivaient les dix derniers jours de Ramadan, le prophète (pssl) passait les nuits en ‘ibadats’, réveillait ses épouses, et faisait beaucoup d’efforts et serrait sa ceinture » (Muslim). L’expression « serrait la ceinture » est expliquée soit pour exprimer le sérieux du prophète (pssl) à faire des ibadats ou il n’approchait pas ses épouses en ces jours.

Les principes de l’I’tikaaf

La première condition de l’I’tikaaf sunna ou wajib est qu’on doit être musulman, propre (sans impureté), être sain d’esprit et on doit jeûner. Pour les hommes, l’Itikaaf se fait dans une masjid où les cinqs salaats sont établis. Les dames doivent être pures (après les menstruations)  et doivent prendre une chambre de leur maison comme leur ‘’Masjidul Bait’’ d’où normalement elles font leurs salaats. On doit rester dans l’enceinte de la chambre Masjidul Bait et ne pas sortir de là  sauf pour trois raisons : faire Wuzu, aller aux toilettes et prendre un bain obligatoire. Une seconde passée sans nécessité en dehors de la masjid annulera l’itikaaf. Hazrat Aisha (r.a.) explique cela : « La prescription sur un mu’takif (celui qui fait l’I’tikaaf) est qu’il ne doit pas sortir pour visiter un malade, ne pas assister à un enterrement, ne pas toucher et ni avoir des relations intimes avec sa femme, ne pas sortir sans nécessité et il n’y a pas d’Itikaaf sans le jeûne »
(Abu Dawood).

Donc on doit rester dans ces limites et passer son temps à faire la lecture du Coran, les salaats, tasbihs et s’adonner à d’autres occupations religieuses. On peut parler de bien, dormir, manger sur place et la famille peut prendre de nos nouvelles.

Les hommes ne partiront pas au travail et les dames ne s’occuperont  pas de leurs corvées ménagères. Mais si elles n’ont personne pour faire la cuisine, alors elles peuvent s’en occuper sans tarder pour retourner dans sa chambre de Masjidul Bait (Fatawa Mahmoodia). L’Itikaaf est pour s’adonner à des occupations de deen et rien d’autre. Il n’est pas permis d’accomplir le bain de Jum’ah aussi. Pas de transactions de commerce ni des paroles du dunya, mais il est permis d’acheter sa nourriture au cas où il n’y a pas d’arrangement.

Note : Ceux que leur I`tikaafs sont annulé soit par les menstruations ou par sortir par exprès ou sans nécessiter devront remplacer un jour et une nuit d`I`tikaaf seulement. On peut le remplacer pendant le Ramadan ou après.

L’heure de l’I’tikaaf

Le l’`tikaaf sunna des dix derniers jours commence au coucher du soleil le 21eme Ramadan jusqu`à la fin du Ramadan. Pour cette année, l`I`tikaaf commence au coucher du soleil le jeudi le 15 juin 2017.

En quête de la Lailatul Qadr, les mu`taqifs et les non mu`taqifs sont conseillés de rester éveillés pendant les nuits impaires : Le soir du jeudi 15 Juin : 21eme. Le soir du samedi 17 juin : 23eme. Le soir du lundi 19 juin : 25eme. Le soir du mercredi 21 juin : 27eme. Le soir du vendredi 23 juin : 29eme.

]]>