lundi , 25 septembre 2017
Accueil / Interview / Rashid Soobadar, nouveau Haut-commissaire au Pakistan : «Maurice, un tremplin vers l’Afrique pour le Pakistan»
210817_rashidally

Rashid Soobadar, nouveau Haut-commissaire au Pakistan : «Maurice, un tremplin vers l’Afrique pour le Pakistan»

Fort de son expérience dans le domaine diplomatique, le nouveau Haut-commissaire de Maurice au Pakistan, Rashid Ally Soobadar, compte mener à bien sa mission à Islamabad où il posera ses valises début septembre. Il se penche sur l’éventualité d’utiliser Maurice comme tremplin pour le Pakistan afin de faciliter l’investissement dans la région africaine.

Sept ans après Caire (2005 à 2010), quels sont vos sentiments après avoir été nommé pour représenter Maurice, cette fois-ci au Pakistan ?
Après avoir dignement servi au Caire en Égypte, ma nomination comme Haut-commissaire de Maurice au Pakistan me procure un sentiment de fierté. C’est avec beaucoup de plaisir que je servirai le pays au Pakistan. J’accomplirai ma tâche avec honneur et dignité. J’ai aussi une pensée pour ma famille et les amis.

Comment est-ce que le choix s’est porté sur vous ?
La décision de nommer un haut-commissaire ou un ambassadeur revient au Premier ministre. Et je pense que mon parcours au sein du MSM au fil des années a joué en ma faveur. Quoique ces dernières années j’ai été inactif sur le plan politique, je n’ai jamais été loin du parti. Ma loyauté, mon dévouement et ma sincérité ont peut-être contribué à cette nomination.

« Maurice pourra utiliser le port de Gwadar comme plateforme pour pénétrer dans les pays de l’Asie centrale »

Quelles seront vos priorités une fois installé à la chancellerie mauricienne au Pakistan ?
Vu la conjoncture économique mondiale et les nombreux défis à relever,  plusieurs pays passent par des moments difficiles. Néanmoins, je suis d’avis qu’il faut s’appuyer sur la diplomatie économique pour pouvoir exploiter au maximum tout le potentiel qui existe entre Maurice et le Pakistan. Dans un premier temps, notre équipe à Islamabad travaillera en étroite collaboration avec les autorités pakistanaises pour essayer de voir comment des investisseurs pakistanais pourront utiliser Maurice comme un tremplin vers d’autres pays africains. Nous avons plusieurs traités avec des pays d’Afrique et Maurice dispose de beaucoup d’atouts dans les secteurs bancaire et financier, entre autres.

Comment allez-vous mettre votre expérience dans le domaine diplomatique à profit pour véhiculer une meilleure image de Maurice à l’étranger ?
Il est malheureux de constater que certaines brebis galeuses tentent de faire croire que Maurice a mauvaise réputation. Mais je peux vous dire qu’en dépit de tout cela, notre pays a encore une bonne image sur la scène internationale dans plusieurs secteurs. Nous avons des institutions financières fiables et un système juridique bien établi. L’expérience que j’ai acquise dans le domaine de la diplomatie dans le passé m’aidera à travailler dans l’intérêt de Maurice et aussi du Pakistan.

Comment peut-on donner un nouvel essor aux échanges commerciaux entre nos deux pays ?
Dans un premier temps, il va falloir travailler pour faire revivre nos accords de libre échange car j’ai constaté que les chiffres d’affaires entre Maurice et le Pakistan sont faibles et continuent de baisser.Nous prévoyons des rencontres entre des délégations commerciales des deux pays pour des échanges et aussi des négociations bilatérales. Nous allons aussi étudier la possibilité d’exporter nos produits au Pakistan car Maurice ne compte pas seulement importer de ce pays mais aussi exporter. Nous pouvons aussi offrir nos services aux Pakistanais dans plusieurs domaines. Comme je l’ai mentionné, nos systèmes bancaire, financier et juridique sont fiables et stables. Nous avons également prévu des rencontres avec des représentants des agences de promotion.

« Les touristes pakistanais n’auront pas de souci à se faire en ce qui concerne les normes halal »

Comment est-ce que Maurice peut bénéficier de l’expertise pakistanaise dans les secteurs du commerce et de l’économie ?
Le Pakistan dispose d’une panoplie de produits de très bonne qualité à des prix compétitifs. Aussi, les consommateurs musulmans n’auront pas à se soucier du concept ‘halal’ car tous les produits portent le label ‘halal’. En ce qui concerne l’économie mauricienne, notre équipe à Islamabad va se pencher sur trois dossiers une fois installée. À Lahore, les Chinois sont venus de l’avant avec un ‘Electronic Hub’ qui attire des investisseurs des quatre coins du monde. Nous allons étudier toutes les possibilités pour que Maurice puisse également en tirer des bénéfices.

En deuxième lieu, nous nous pencherons sur la nouvelle Route de la Soie connue comme la ‘Belt and Road Initiative’ (BRI). Cette liaison ferroviaire entre la Chine et l’Europe pourra ouvrir de nouvelles perspectives pour Maurice. Néanmoins, nous n’allons pas seulement étudier les possibilités au Pakistan mais dans les autres pays asiatiques comme l’Ouzbékistan et le Tadjikistan. Enfin, on se penchera aussi sur le port de Gwadar au Pakistan où le volume de travail est énorme. Maurice pourra utiliser ce port comme une voie d’accès pour pénétrer dans les pays de l’Asie centrale.

Dans le domaine de l’éducation, hormis la gratuité des bourses d’études, qu’est-ce que le Pakistan a à offrir de plus aux Mauriciens ?
Le Pakistan offre plusieurs bourses aux Mauriciens mais elles ne trouvent pas preneurs. Dans le domaine de la médecine, je pense qu’il est temps pour que des médecins puissent bénéficier de bourses pour des études de spécialisation. Nous travaillerons de concert avec les institutions pakistanaise concernées à cette effet . Aussi, dans notre élan de faire de Maurice un ‘Education Hub’, d’autres institutions tertiaires du Pakistan pourront venir s’implanter à Maurice ou en Afrique.

Existe-t-il la possibilité de vendre Maurice comme une destination pour les touristes pakistanais ?
Certainement. C’est un des créneaux à exploiter car Maurice a un très bon secteur hospitalier. Il faut établir des contacts avec des opérateurs pour identifier des clients potentiels. Nous avons des atouts à faire valoir. Aussi, les touristes pakistanais n’auront pas de soucis à se faire en ce qui concerne les normes halal car à présent,  la majorité des hôteliers ont compris qu’il y a une réelle demande pour le tourisme halal. Il nous faudra néanmoins le coup de main de la MTPA et les agences mauriciennes car nous comptons organiser des ‘road shows’ au Pakistan pour promouvoir Maurice ainsi que ses produits touristiques.

Outre le Pakistan, vous êtes également accrédité pour représenter Maurice au Qatar et en Iran. À quoi peut-on s’attendre de ces relations diplomatiques ?
Nous allons en premier lieu établir un réseau de contacts et ensuite faire un ‘profiling’ des potentiels investisseurs. Ce ‘profiling’ est très important et cela va se faire de concert avec le Board of Investment (BoI), Enterprise Mauritius et le Financial Services Commission (FSC) ainsi que des agences de promotion. Pour l’Iran, il serait souhaitable d’y établir un consulat honoraire pour faciliter la communication et les échanges. L’Iran est une réelle ‘Power house’ et nous allons étudier toutes les possibilités.

Commentaires

A propos de Nuur-Uddin Jandanee

Ceci peut vous intéresser

Dr Bhavish Jugurnath

Dr Bhavish Jugurnath, économiste : «La diversification du commerce aiderait à stabiliser la roupie»

MaLa roupie mauricienne est particulièrement vulnérable sur le marché international. Mais selon le Dr Bhavish …