mardi , 21 mai 2019
Accueil / Interview / Rashid Imrith : «Avec la politique de ciblage, la pension de vieillesse va disparaître»
Rashid Imrith

Rashid Imrith : «Avec la politique de ciblage, la pension de vieillesse va disparaître»

Le syndicaliste Rashid Imrith compte manifester prochainement contre le paiement de la pension de vieillesse à 65 ans. Il évoque le ciblage comme étant un moyen pour faire disparaître cette allocation.

Tout d’abord, dans quelle optique allez-vous manifester le 1er mai prochain ?
En fait le 1er mai, avec plusieurs syndicats, nous participerons à une marche de protestation qui débutera à Saint-Jean pour prendre fin à Belle-Rose. Nous voulons atteindre deux objectifs. Premièrement, préserver et améliorer nos droits acquis. Deuxièmement, combattre les menaces qui guettent la classe des travailleurs, notamment, l’élimination des institutions comme le comité tripartite qui existe et qui fait des recommandations sur le paiement de la compensation salariale à la hausse du Cost of Price Index (CPI). Nous remettons également en question l’existence du Pay Research Bureau (PRB).

Vous avez fait de la pension de vieillesse à 65 ans votre cheval de bataille…
Ce changement dans l’attribution de la pension de vieillesse fait partie du plan du gouvernement dans le cadre de la réforme des pensions. Il y avait des discussions pour repousser l’âge de la retraite. Une option était de payer la pension à 65 ans. La seconde option était d’introduire le ciblage où tout le monde ne serait pas éligible à la pension de vieillesse. Les personnes devraient passer par un exercice de sélection. Et la troisième option était de payer la pension goutte à goutte. C’est-à-dire quand une personne fête ses 60 ans au lieu de bénéficier de Rs 5000, elle reçoit une pension de Rs 1000. Et cette somme augmente chaque année. Lorsque la personne atteint 65 ans, elle perçoit finalement Rs 5000. Ces propositions ont été rejetées par les mouvements syndicaux. Finalement, le gouvernement a fermé le dossier. Par la suite, le ministre de la Sécurité sociale, Monsieur Sinatambou avait fait une déclaration au parlement en 2018 pour dire qu’on n’ira pas de l’avant avec ces trois propositions.

… il était convenu entre les syndicats et le gouvernement que le rapport du PRB soit publié chaque deux à  trois ans…»

Cette année, il y a des représentants du patronat qui font du lobbying auprès du gouvernement pour rouvrir le dossier du paiement de la pension à 65 ans. Ils remettent aussi en question les institutions qui œuvrent pour l’amélioration des conditions de vie de chaque citoyen. La Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI) veulent aussi repousser l’âge pour le paiement de la pension. Leur principal argument c’est le vieillissement de la population. Ensuite, il y a l’incapacité du National Pension Fund (NPF) de payer la pension de vieillesse. Or, c’est une campagne de désinformation pour induire la population en erreur. Nous considérons que c’est malhonnête et que cette réforme vise à priver des citoyens de leur dû. C’est une pension universelle qui date de 1976 et c’est une décision politique. Tout comme en 2014, c’était une décision politique d’augmenter la pension de vieillesse à Rs 5000. Cette pension est contributive. Chaque citoyen paye la taxe à hauteur de 15% pour les services et produits consommés et cet argent va dans le Consolidated Fund. C’est à partir de ce fonds que la pension de vieillesse est payée et cela n’a rien à voir avec le NPF.

Pourquoi évoquez-vous le lobby des grands patrons pour introduire le ciblage ?
Cette idéologie du système capitaliste se propage au niveau international et local par la Banque Mondiale, le FMI et aussi par les représentants du patronat. Leur objectif est d’aller vers la disparition de la pension de vieillesse. Ils usent de leur influence quand il y a la présentation du budget. Avec leur politique de ciblage, la pension de vieillesse à long terme va disparaître par elle-même.  Comme c’était le cas pour la Family Allowance. Il y avait un chiffre de ciblage de Rs 600 sur le revenu mensuel pour qu’une famille soit éligible. Ce chiffre n’a jamais été révisé avec pour conséquence que cette allocation a disparu d’elle-même. En 2005, le gouvernement avait cité le chiffre de Rs 20 000 comme revenu mensuel comme le ‘targeting figure’ pour bénéficier de la pension de vieillesse. Si nous avions accepté cette proposition en 2005, dans 20 ans, la pension de vieillesse aurait disparu, car le revenu des personnes aurait dépassé Rs 20 000. Puis, le ciblage vise à humilier les gens qui devront faire une demande  au bureau de la sécurité sociale pour justifier s’ils sont pauvres. Nombreux sont ceux, qui pour éviter cette humiliation, ne feront pas cette demande.

…une formule pour rapprocher la pension de vieillesse du salaire minimum.»

Est-ce  qu’une nouvelle hausse de la pension comme demandée par des syndicats est faisable ?
Le gouvernement de l’alliance Lepep vise à devenir un pays à haut revenu en 2030. Le salaire minimum est une étape pour atteindre cet objectif. D’où le fait que nous avons proposé au ministre des Finances, en vue du prochain budget, de venir avec une formule pour rapprocher la pension de vieillesse du salaire minimum. Cela va aider à être un pays à haut revenu.

Quelles sont les raisons qui poussent les syndicats à demander que la publication du rapport du PRB soit avancée ?
Depuis 1978, il était convenu entre les syndicats et le gouvernement que le rapport du PRB soit publié chaque deux à  trois ans, mais cela n’a jamais été le cas. Il est publié chaque cinq ans. En 2013, nous avons fait une représentation devant le comité Manraj pour expliquer que ce n’est pas dans l’intérêt du secteur public que le rapport soit publié chaque cinq ans, mais qu’il faut que ce soit fait chaque trois ans. Monsieur Manraj a accepté notre proposition et le rapport a été publié en 2016. Nous avons en vue 2030 avec une nouvelle structure pour le secteur public et nous ne pouvons attendre cinq ans pour connaître « le pay and grading » dans la fonction publique. Nous avons demandé que la publication se fasse après quatre ans et ensuite après trois ans. Nous demandons que le rapport soit rendu public en octobre 2019 pour être implémenté en janvier 2020 et non pas en 2021. Monsieur Manraj, étant secrétaire financier, est la personne idéale pour étudier et faire des recommandations au Premier ministre par rapport aux demandes des fédérations.

Nous sommes satisfaits que le Premier ministre ait dit que notre demande est à l’étude.»

Où en sont les choses concernant les trois augmentations ?
D’après la section 9 du National Wage and Counsultative Council Act, quand on implémente le salaire minimum dans le secteur public, il y a une distorsion dans la relativité des salaires. Selon la loi, quand il y a une telle situation, le PRB doit faire un exercice administratif pour la rectifier. Quand le salaire sort de Rs 7800 pour atteindre Rs 8500, il y a un exercice à faire. Ce n’est pas parce que le PRB ne fait pas son travail que 83 000 officiers du secteur public doivent être pénalisés. En attendant le PRB, nous avons demandé au gouvernement de donner trois augmentations à tous les fonctionnaires indistinctement. Nous sommes satisfaits que le Premier ministre ait dit que notre demande est à l’étude.

Les amendements aux lois du travail sont fin prêts et seront prochainement présentés au parlement. Pour vous, quels doivent être les plus grands changements ?
Nous attendons ces amendements depuis que le gouvernement est au pouvoir. Nous comprenons qu’Ivan Collendavelloo préside un comité interministériel sur la loi du travail. Les syndicats ont fait leurs propositions. Nous espérons que la nouvelle loi sera plus favorable aux travailleurs et souhaitons aussi que les inégalités dans la loi actuelle soient revues et que les droits des travailleurs soient renforcés. Nous attendons que la grève fasse partie de la Constitution de Maurice et devienne un droit fondamental. Par ailleurs, nous voulons que les personnes qui œuvrent pour la défense des travailleurs soient considérées comme des défenseurs des droits de la personne et qu’elles soient protégées par la loi. D’autre part, il y a une anomalie concernant le fait que les employés du secteur public ne peuvent déclarer un litige contre le gouvernement quand ils acceptent le rapport du PRB. Notre souhait est que le gouvernement n’attende pas la veille des élections pour rendre public le « draft bill » de la nouvelle loi qui règlementera les relations industrielles.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Sallah-ud-din Surfraz

Sallah-ud-din Surfraz, de l’ACCA Network Panel : «La Fintech est une source d’opportunités pour les expert-comptables»

Sallah-ud-din (Den) Surfraz a été désigné président de l’ACCA Network Panel, le vendredi 10 mai, …